Publicité

Fløx annonce son futur EP Marée basse

Rédaction Divertir Par Le jeudi, 26 décembre 2019 à 15:06 0

Dans Culturel

Fløx est un rappeur original avec un grain de voix particulier, une énergie, un grain de folie et une détermination à réussir font de lui un artiste à part. Il annonce la sortie prochaine de son EP Marée basse pour le 20 février 2020.

Flox - Marée basse

Vous avez récemment annoncé la sortie de votre EP Marée basse pour début 2020, pouvez-vous nous présenter son univers ?
Un univers très varié en passant de la folie, aux vérités quotidiennes, j'ai envie de plaire à tout le monde, un de mes rêves serait de voir des mamies danser sur mes sons… J'ai trop kiffé valser avec ma grand-mère pourquoi pas valser avec, sur des sons plus modernes ? Plus sérieusement il y en aura pour tout le monde et c'est juste une carte de visite après tout.

Qu'est ce qui vous a incité à faire du rap et quelles sont vos influences ?
Les premiers concerts, qu'une amie m'a emmené voir, Bigflo et Oli et Orelsan, je pense que c'est de là que j'ai dû récupérer le côté vérité et sensible de Bigflo et Oli et la folie d'Orelsan, j'ai toujours été très émotif, j'ai plus d'inspiration lors des coups bas. Bien avant, ça a commencé au cours de danse « hip-hop » où notre prof nous a donné un exercice d’écriture donc lâchez un freestyle, dès lors mon passage j'ai vu que toute la salle avait kiffé et moi aussi ! J'étais très jeune je devais avoir 14/15 ans et je me suis dit pourquoi ne pas continuer à faire swinguer les potos ! Désormais je me concentre plus sur mon taff et évite d'écouter trop de la daube (attention cela ne veut pas dire que je n'aime rien au contraire je suis très ouvert !). Pour éviter de reprendre certains flow car, tous, inconsciemment on le fait... Et j'essaye donc d'avoir mon truc mon style c'est très dur...

C'est vrai que votre mère voulait que vous deveniez carrossier quand vous lui avez dit que vous préfériez la musique ?
Je faisais tout simplement des études de carrossier/peintre et pour assurer ma « survie » ma mère me répétait sans cesse d'avoir mon bac pour avoir un vrai métier et m'assumer dans la vie quotidienne, sauf que la musique était bien trop présente dans ma tête, elle m'a toujours soutenue et a toujours voulu que j'écoute mon cœur dans un but raisonnable afin que je m'en sorte bien évidemment. « Maman je t'aime » ! J'ai arrêté ces études à 4 mois du BAC et à travailler dans différents corps de métiers intermittent du spectacle, à l'usine, etc. Je prenais tout ce que j'avais sous la main pour gagner de l'argent et faire des études d’ingénieur. C'est ce qui me passionnait plus que tout car j’étais souvent en train d'enregistrer moi et mes collègues la musique était mon seul objectif de vie ainsi que de rendre fiers ma famille.

Certains thèmes vous inspirent-ils plus que d'autres et comment composez-vous ?
Alors oui certains thèmes m'inspirent plus que d'autres cela dépend tout simplement du moment de mes ressentis et de l'émotion apportée, j'ai souvent beaucoup plus d'inspiration lors des coups bas comme je vous le disais mais cela est très souvent aléatoire. Je me mets à écrire des fois dans des moments assez spéciaux quand je prends mon bain, en soirée, aux toilettes... Comme je vous dis l'inspiration est très aléatoire et en général je finis mes textes quand je les commence ou alors dans le cas contraire je garde l'idée et j’améliore au fur et à mesure. Pour le titre Couscous Tajine on a fait nuit blanche avec ma cousine qui était en train de préparer l'instru, moi fingnoler mon texte ensuite j'ai enregistré, on passe d'énormes moments ensemble à faire de la musique je suis beaucoup complice avec ma famille surtout ma mère et mon inspiration se puise de moi aussi.

Dans quel état vous met le passage en studio ?
Je n'ai jamais enregistré dans un vrai studio... J'ai toujours fait appel à des amies très souvent « axel xanax aka Le X » du côté de Marseille, qui se débrouille très bien, je vous invite à aller voir ce qui fait d’ailleurs, c'est un magicien du home studio avec beaucoup de connaissances ! Pour moi dépenser de t'elle sommeq alors que je n'étais et ne suis toujours pas connu était bien trop importante sachant que je voulais économiser pour mes études. Petit à petit j'ai commencé à m'acheter du matos à me renseigner et j'ai finit par m'enregistrais tout seul, il faut se l'avouer CERTAINS ingés son ne vous donnent pas le résultat attendu car chez un artiste débutant, si un manque de connaissances est présent il ne se donnera pas à fond... Cela c'est produit chez certaines de mes amies.

Est-ce facile de trouver sa place en tant que rappeur de nos jours et en quoi votre producteur Roger Leroux va-il vous aider ?
Je pense qu'il faut beaucoup se démarquer pour pouvoir intégrer un label ou autres. Roger est quelqu'un de très engagé, contrairement à certaines personnes il met direct à l'aise, il est cash, même des fois cru mais c'est ça que j'aime ! Et je pense qu'il pourra m'apporter de la visibilité, de l'expérience, et une énorme aventure pleine d'émotions pour enrichir mon insti ahah !

D'où vient l'idée du titre de l'EP ? D'une balade à marée basse au bord de l'océan ?
Ah ah pas du tout, l'idée serait plus qu'on me voit sortir de l'ombre (d’où mon arrivée de la « forêt, jungle » en croco féroce qui dénoncerait ma motivation) car beaucoup de choses vont se concrétiser et devenir plus sérieuses ; je sortirai donc de cette marée basse. Attention j'y suis toujours pour l'instant mais la machine est lancée.

L'artwork de Marée basse est très intéressante ; on vous y voit à dos de crocodile tenant un révolver. Peut-on en savoir plus sur vos choix et le travail réalisé à ce sujet ?
Tout simplement comme je vous ai dit, le gun représenterait aussi ma motivation à tout casser dans le rap et ma venue avec un beau croco féroce prêt à chambouler notre arrivée dans l'rap. J'ai choisi ça car tout d'abord je savais ce que je voulais et un graphiste l'a mis en œuvre, j'suis pas connu mais pas besoin d’être connu pour travailler et réfléchir ! Il faut s’attendre à tout dans la vie j'ai déjà beaucoup de sons en réserve sûrement plus d'actualités mais mon arrivée dans le rap ne peut pas être mieux représentée que par mon arrivée sur un croco en compagnie d'mon 9 mm.

Avec l'Croco on dirait que le crocodile va devenir votre emblème...
Le croco est bien plus qu'un emblème, selon moi il est un style de vie, une mode et avant tout une marque, très bien représentée par MOHA, tout comme lui et beaucoup de jeunes c'est une marque que tout le monde kif porter ça ne sera jamais démodé même les papis se trimballe en croco ! Lacoste est une marque relativement chère pour des jeunes sans travail, alors pourquoi incruster le croco quelque part...

Des clips sont-ils prévus pour accompagner cet EP et comment les imaginez-vous ?
Le croco est toujours vif et attaque sur le coup, alors pourquoi pas vous surprendre ?

Une indiscrétion à nous donner sur l'EP Marée basse ?
Les seules indiscrétions sur l'EP Marée basse je les garde pour mon public.

Des concerts sont-il prévus pour la sortie de l'EP Marée basse ?
2020 les crocos sont de sorties.... Surprise !

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Que le travaille paye toujours il ne faut jamais rien lâchez et ce peu importe les situations ! Croyez en vous et vos rêves, qui c'est peut être qu'un jour je taperai le feat avec MOHA ou encore mieux que je serais l’égérie de Lacoste...

Merci à Flox d'avoir répondu à notre interview !
Retrouvez le également sur Instagram.

Fløw-Fløw - l'Croco ( Freestyle vidéo ) Prod by Wysko Beat

Musique interview

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam