Publicité

Faubourg : le clip de Lost

Maxime Lopes Par Le vendredi, 26 novembre 2021 à 10:00 0

Dans Culturel

Avec Lost, le producteur parisien Faubourg s'offre ici un featuring avec l'une de ses idoles : Roya Arab, chanteuse à l'origine du groupe Archive. Le titre s'accompagne d'un clip graphique et envoûtant, tourné dans un ancien couvent parisien.

Faubourg

Faubourg est compositeur, producteur et sound designer. Plus de dix années qu’il intervient sur des projets de musique, spectacle vivant et danse contemporaine présentés au Centre Dramatique National, aux Eurokéennes de Belfort ou à l'Exposition Universelle (pavillon des femmes) et qu'il collabore avec de grandes marques pour leurs publicités (Armani, Cartier, Lacoste).

Faubourg écrit une musique qui lui est propre en filtrant trip-hop, electronica, sound design et R&B à travers un prisme sensible. Il mélange synthés puissants, paysages émotionnels et rythmiques vibrantes inspirées de ses voyages entre Melbourne, Montréal et Paris. A la frontière de plusieurs mouvements, à la croisée de plusieurs mondes, il creuse un sillon avec une approche mélancolique mais où la lumière n’est jamais loin.
­

"Lost" est l’histoire de la rencontre de Faubourg avec Roya Arab (Archive), une de ses idoles. Cette track est une ode au trip-hop et à tous ces groupes anglais (Massive Attack, Portishead, Archive, Tricky…).

Composé entre Londres et Paris, “Lost” est en réalité le premier volet  d'un mini-EP à venir, comprenant la version originale du morceau, une 2e version et une version noisy remixée par Kooltrasher. Quand le downtempo de la fin des années 90 rencontre une production élégante et puissante, cela donne un trip-hop 2.0 intense où les influences anglaise et française communient.

Interview avec Faubourg

D'où vient votre passion pour la musique et pour le DJing ?
Ma passion pour la musique a débuté lors d'un concert où ma mère m'avait emmené. Je me rappelle avoir été bluffé par la puissance de la musique, les rythmes, l'intensité. J'avais 6 ans et ma mère m'a inscrite dès ce moment-là à l'école de musique. Elle même était violoniste amateur et écoutait beaucoup de musique à la maison, ça m'a influencé.

Pouvez-vous nous présenter le single Lost ?
Lost, c'est l'histoire d'une rencontre avec une de mes chanteuses préférée ; Roya Arab du groupe anglais Archive. J'adorais leur album Londinium et quand il a été possible de collaborer avec elle, j'ai sauté sur l'occasion. Roya m'a été présentée par Rith Banney avec qui je collabore sur le titre. C'est une femme puissante, intelligente, ça a été facile de travailler avec elle.

Comment avez-vous travaillé avec Roya Arab sur ce titre ?
Ça a débuté par des appels, des échanges WhatsApp puis on s'est rencontré sur Paris. Le jour de l'enregistrement, nous avions reçu le texte mais pas entendu ce que Roya imaginait au chant. Elle nous a simplement dit de lui faire confiance. L'enregistrement s'est super bien passé, c'était fluide et j'en garde un souvenir magnifique.

Quels ont été vos choix sur le clip de Lost et pourquoi l'avoir tourné dans un ancien couvent parisien ?
J'étais à la recherche d'un lieu de caractère pour le clip. Je voulais que les décors puissent rendre justice à l'intensité du morceau. Quand j'étais en recherche de ce lieu de tournage, j'ai eu un nombre incalculable de personnes au téléphone jusqu'à ce qu'on me propose ce lieu. Quand je l'ai visité j'ai tout de suite adhéré et su qu'on devait tourner la.

Comment travaillez-vous les parties instrumentales de vos compositions ?
C'est très variable selon les morceaux. Sur celui-là, tout a débuté par une ligne de clavier joué au Minimoog ; l'arpeggio qu'on entend sur la quasi totalité du titre. D'ailleurs, Roya Arab m'a dit que c'est cet arpeggio qui lui avait donné envie de chanter sur ce morceau.

En quoi vos voyages entre Melbourne, Montréal et Paris influencent votre musique ?
Tous ces voyages influencent ma musique car ils ont profondément influencé ma vie personnelle. La frontière entre ma vie pro et perso est vraiment fine voire inexistante. En vivant à l'étranger, on ne change pas complètement mais on a la possibilité de se ré-inventer un peu, se donner une chance d'évoluer, d'apprendre sur soi, sur les autres. J'ai aussi eu l'occasion de me confronter à d'autres artistes, d'autres visions ; ça a été fondamental pour moi.

Vous avez déjà travaillé avec de grandes marques. Avez-vous une approche différente pour créer une musique lorsque vous collaborez avec une enseigne ?
J'ai la chance d'être assez libre en général : les marques avec qui je collabore viennent me voir car elles connaissent mon approche et mes sonorités. Ceci dit, c'est évident que ce n'est pas le même impact émotionnel pour moi ; en définitive, je travaille pour eux dans ce genre de contexte donc il faut trouver la juste balance entre mon approche et la leur.

Qu'appréciez-vous de participer à des spectacles vivants ou des évènements (Centre Dramatique National, Eurockéennes, Exposition Universelle...) ?
La rencontre avec le public sans hésiter. Tous les gens qui montent sur scène le diront. L'énergie, l'écoute, la passion que le public envoie, c'est assez génial et difficile à expliquer.

Avec la pandémie, avez-vous pu repartir à travers les faubourgs pour rencontrer le public en clubs ?
Pas encore, depuis la pandémie j'ai surtout travaillé en studio ou en collaboration avec des gens. Il me tarde de remonter sur scène avec mon projet Faubourg.  
 
Que peut-on savoir de votre futur EP à venir ?
Il sortira fin mars, début avril. Pour moi, ce premier EP sera une forme de manifeste sur mes premiers amours musicaux, mes influences et le point de départ pour beaucoup d'autres choses. Il devrait être composé de 6 titres et j'espère qu'il sera accompagné d'un vinyle.  

Qu'aimeriez-vous procurer au public prochainement avec votre musique ?
De l'émotion, du lâcher prise, l'envie de se retrouver et j'oserai même dire de communier.  

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Pour conclure, je dirais qu'il nous appartient de voir les choses positivement. Qu'il y a beaucoup de choses qui méritent d'être vécues même si le futur nous réserve pas mal de défis. Et pour Faubourg, le meilleur reste à venir !

Merci à Faubourg d'avoir répondu à notre interview !


Publicité


Faubourg & Rith Banney - Lost feat. Roya Arab (Clip Officiel)

Musique interview

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam