Publicité

Every day in June prépare son premier album

Every day in june crée de la musique sur son ordinateur portable pour contrôler et mixer les instruments (saxophone / flûte / clarinette basse), l'électronique, les synthés analogiques, les samples et toutes autres manipulations possibles des sons... Découvrez son premier album en cours de préparation.

Every day in june (crédit Claire Huteau)

crédit photo Claire Huteau

D'où vient votre passion pour la musique et quel est votre parcours ?
J'ai commencé la musique en autodidacte en apprenant plusieurs instruments (guitare, batterie, piano, saxophone et flûte), puis me suis formé sur le tard à la théorie musicale pour étudier l'orchestration et la composition au conservatoire de Paris. Cela m'a permis de nourrir ma passion pour le son d'une manière générale, qu'ils proviennent d'instruments acoustiques ou électroniques.

Pouvez-vous nous présenter votre premier album que vous préparez et quel sera son univers ?
Cet album façonne des pistes électroniques, aux influences variées, portées par le son chaud des bois (saxophones / flûte / clarinette basse), les harmonies intenses des claviers analogiques et les "triturages" électroniques, il orchestre une fusion d'univers qui peuvent sembler éloignés.

Dans quelles conditions composez-vous et quelles sont vos sources d'inspirations ?
La musique du premier album de ce nouveau projet est justement une synthèse des musiques qui ont nourris mon imaginaire musical : de la musique écrite (baroque/classique/romantique/contemporaine) dite savante, même si cette dernière terminologie est ridicule, à la musique électronique en passant par les musiques afro-américaines ou les musiques populaires.

En quoi la musique anglaise et afro-américaine influence-t-elle vos compositions ?
Les premiers sons électroniques que j'ai entendu provenaient de Bristol et Londres avec des artistes comme Massive Attack, Aphex Twin, Boards of Canada, Fourtet... J'ai aussi beaucoup étudié, relevé et joué des musiques issues de la soul, du funk, du groove et du jazz. Je crois que ma musique synthétise aujourd'hui malgré moi tout ce que j'ai écouté et apprécié.

Quels sont vos choix sur les instruments que vous utilisez ?
Dans Every Day In June, je peux vraiment m'éclater à jouer d'un instrument comme le sax ou la flûte, puis lancer et trafiquer des boucles électros en live grâce aux effets et aux machines que j'utilise.

Parlez-nous du single Wall Of Sound et son clip...
Le titre Wall Of Sound fait justement référence à une technique que l'on retrouve beaucoup en électro : l'empilement de sons. On y entend une guitare acoustique et une harpe qui côtoient une voix trafiquée (harpe et voix ont été jouées par la très singulière Laura Perrudin) et des synthèses analogiques. Les batteries sont électro, mais les breaks sont des samples de jazz... deux sons différents qui ne forment plus qu'un !
Côté vidéo, on a trouvé que cela collait bien avec une ambiance très chaleureuse de jeunes skateuses et skateurs dans un village en bord de mer où j'ai moi-même passé la plupart de mes vacances.

Que souhaitez-vous proposer au public avec ce premier opus ?
Comme le bonheur que j'ai pu ressentir avec tous les musiciens que j'admire, j'essaie d'embarquer le public avec moi dans ce voyage dans le monde des sons. C'est vraiment ce qui me motive depuis toujours à faire de la musique.

Qu'est ce qui vous a motivé à faire un financement participatif ?
Même si nous bénéficions de quelques subventions pour la production du disque, aujourd'hui l'industrie dans ce secteur ne se porte pas très bien et il nous faut donc avoir recours directement au public pour nous aider à finaliser cela. Aujourd'hui, les disques se vendent surtout lors des concerts pour des artistes comme moi, le financement participatif permet donc de vendre à un public plus large et avant que le disque ne soit sorti, et donc de savoir qu'il ne finira pas dans des cartons mais sur des platines ! L'engouement des contributeurs au projet nous apporte en plus une énergie considérable, et il en faut pour sortir des disques aujourd'hui ;-)

Peut-on en savoir plus sur l'artwork et l'univers visuel de votre premier album ?
Le visuel de l'album a été confié à Ferdi Peñafiel, qui a déjà réalisé le visuel de nombreux disques (Le Sacre du Tympan, Tom Poisson,...).

Au fait, qu'est ce qui vous plaît dans tous les jours de juin ?
La sonorité de l'expression, et un de mes mois préféré bien sûr ;-)

Espérez-vous pouvoir donner des concerts de sortie et que représente la scène pour vous ?
Je travaille aujourd'hui principalement sur le live, et ce n'est pas une mince affaire quand on mélange électro et instruments acoustiques, mais c'est passionnant. Vivement qu'on sorte de cette crise sanitaire pour pouvoir s'exprimer en public !

Merci à Every day in June d'avoir répondu à notre interview !
Suivez le également sur Facebook.

[NEW CLIP] Wall of sound - Music video by Every Day In June

Musique interview

Julien Hermant dévoile l'album Nemesis Julien Hermant dévoile l'album Nemesis
Julien Hermant dévoile son troisième album Nemesis et nous plonge dans de nouveaux uni...
  Devenez un pro de la météo avec la station connectée Netatmo
Depuis 2012, Netatmo propose des stations météo connectées. Devenez un pro de l...
Devenez un pro de la météo avec la station connectée Netatmo

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire