Publicité

ELLA/FOY : l'album Walking in the space

Rédaction Divertir Par Le vendredi, 18 mai 2018 à 08:00 0

Dans Culturel

Il est des musiques qui sonnent comme une invitation, un appel au voyage ou à la rêverie. Celle du duo ELLA/FOY est justement de cette étoffe dont sont faits les songes...

Ella/Foy

Épris de liberté et de sensations sans cesse renouvelées, ils ont vite compris que le voyage était la plus belle des muses. Et voyager c’est aussi déambuler parmi les inspirations musicales qui forgent l’identité du duo. Si on y perçoit clairement des airs plaintifs et mystiques d’un blues ancestral, c’est aussi sur les rivages d’une soul ondoyante portée par les grandes voix noires des fifties qu’on peut trouver leurs influences premières. Sans oublier le revival d’une folk intemporelle et organique.

Ils citent au rang de leurs inspirations des Otis Redding ou des Moriarty et admettent volontiers une parenté avec Agnès Obel, Hugh Coltman ou encore Angus et Julia Stone.

Après trois EP en quatre ans d’existence, les ELLA/FOY nous prennent aujourd’hui par la main pour nous emmener à la découverte de leur tout premier album : Walking in the space. Chaque titre y invite à de belles échappées : balades ou flâneries (How would it be ? RED), road trips (San Francisco) voire grands décollages (Les envolées sauvages). « Une chanson, disait Dylan, ce sont des pays inconnus où il faut s’introduire ». Êtes-vous de ceux qui oseront suivre ELLA/FOY vers ces horizons lointains ?

Peut-on savoir comment s'est formé le duo Ella/Foy ?
HELENE : ELLA/FOY s'est formé sur scène. Nous nous rencontrons pour un live lors d'une fête de la musique et on accroche tout de suite musicalement et humainement.
ROMAIN : Nous avions la même envie de composer notre propre répertoire, nous décidons alors très rapidement de monter ELLA/FOY.

Comment décririez-vous l'album Walking in the space ?
ROMAIN : Délicat, chaleureux et poétique.

D'où viennent vos sources d'inspirations et comment s'est passé le travail de composition ?
ROMAIN : Beaucoup de notre inspiration vient de nos émotions.
HELENE : On n’intellectualise pas du tout notre processus de création. Pas de recette magique toutes les chansons se composent de façon très différentes mais toujours intuitives.

Est-il possible d'en savoir plus sur la partie instrumentale et l'importance que vous y accordez ?
ROMAIN : On fait une musique organique, et nous nous mettons au service de nos envies c'est pour ça que nous n'hésitons pas à changer d'instruments sur scène.
HÉLÈNE : On se considère comme des artisans, nous apportons beaucoup de travail et beaucoup de soin. Nous façonnons énormément notre musique, puis nous y ajoutons toute l’émotion. Nous aimons les instruments, les sons organiques.

Peut-on en savoir plus sur les enregistrements en studio ?
ROMAIN : Nous avions fait beaucoup de live mais peu de studio, il a fallu repenser les arrangements pour créer des atmosphères, pour que cela sonne, sans dénaturer notre stylistique.

Parlez nous du clip des Envolées sauvages, dont la bande son a servi au festival international du film d'aventure... C'est pas toujours évident d'être ainsi mis en avant dans un festival.
HELENE : Les Envolées Sauvages est notre 1er titre composé en français, nous sommes très fiers que ce morceaux soit choisi par le festival et qu'il soit ainsi mis en image.
ROMAIN : C'est une très belle opportunité de faire connaitre notre musique à un public plus large.

Le prochain clip de Nothing better to do sera réalisé par les étudiants nantais de CinéCréatis avec la participation de certains de vos fans. Peut-on en savoir plus à ce sujet ? Comment l'imaginez-vous ?
ROMAIN : Nous avons été contacté par des étudiants de CinéCréatis pour leur projet de fin d'étude. Notre musique les inspirait pour une mise en image. Nous avons échangé et nous avons choisi un morceau de l'album et une atmosphère ensemble.
HELENE : Ils sont en train de chercher des figurants et des fonds pour finaliser le projet.
Nous sommes très touché par ce genre de démarche et nous sommes très flattés de se rendre service mutuellement.

Une indiscrétion sur l'album Walking in the space à nous donner ?
Chuuuuuut,  c'est un secret ;) On a plein de surprises pour le live.

Cet album, c'est une liberté et une invitation au voyage. Dans quelles destinations aimeriez-vous nous emmener ?
HELENE : Etant de grands enfants, je dirai au pays imaginaire, pas vraiment besoin de bouger et il est propre à chacun mais il fait du bien d'aller y faire un tour.
ROMAIN : Cet album est pensé dans une joyeuse mélancolie, donc je dirais au pays de la joyeuse Melancolie.

Plusieurs concerts sont prévus, dont le 30 mai au Zèbre de Belleville à Paris. Qu'attendez-vous de cette tournée et des échanges avec votre public ?
ROMAIN : Nous sommes très content de rencontrer différents publics et de jouer dans des conditions très différentes : festival, grandes salles ou guinguette, public assis ou debout.
A chaque concert l'énergie, l'atmosphère, le partage avec le public est différent.
HELENE : Le fait de sortir un album nous permet de toucher un public plus large mais le live permet de finaliser la rencontre.

Dans quel état êtes-vous juste avant de rentrer sur scène ?
ROMAIN et HELENE : Très concentré.

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
MERCI et A BIENTOT.

Merci à ELLA/FOY d'avoir répondu à nos questions !
Retrouvez les aussi sur Facebook.

Les envolées Sauvages

Concerts 2018

19.05 ST PALAIS SUR MER (17) Jardin de la maison des douanes
30.05 PARIS (75) Le Zèbre de Belleville
01.06 BAYONNE (64) La Luna Negra
02.06 LONS (64) Cabaret au suivant
03.06 TOULOUSE (31) Le Cactus
22.06 HOMMES (37) Guinguette les Farmers
29.06 PARIS (75) La Javelle
21.07 LA TRANCHE SUR MER (17)
28.07 SULLY SUR LOIRE (45) Sully Plage
07.08 OLERON (17) Couleur Cabane
16.08 NESMY (85) Au Son de l'Yon
17.08 ST MARTIN DE RE (17) Festival Jazz en Ré

Musique interview

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam