Publicité

Elefent présente l'EP Burials

Du blues et ses racines aux chants traditionnels, Elefent puise son inspiration dans le folklore et la spiritualité des Amériques qu’il mêle aux sonorités issues du monde industrialisé, et met en lumière un instrument atypique : la guitare Weissenborn.
L'EP Burials sort le 8 février 2018.

Elefent

Elefent a connu 2 périodes, une phase solo et une dans un quartet. Comment vous êtes-vous rencontrés et qu'est ce que cela a apporté dans votre musique ?
En fait, Elefent c'est moi (Olivier), je compose et j'écris. Je me produis en solo, ET nous arrangeons aussi les morceaux en quartet. Je connais Clément (basse) de longue date, il m'a présenté Alban (batterie) et Marine (chants – percussions) et m'a encouragé à concrétiser le projet.

Pouvez-vous nous présenter votre EP Burials ?
Je voulais écrire sur la renaissance. Mais voilà, pour renaître il faut d'abord faire son deuil. Burials : c'est cette préface universelle.
C'est un EP très personnel ou je met en avant la guitare Weissenborn et où je mêle ancien et nouveau dans le but de créer un son singulier.

Olivier, vous pratiquez la guitare Weissenborn. Pouvez-vous nous en donner les particularités et pourquoi avoir choisi cet instrument ?
La Weissenborn est une guitare plate et creuse (manche compris) souvent accordée en open tuning et que l'on pose à plat sur les genoux. On y fait glisser une barre en métal, c'est ce qui donne ce son blues et organique si particulier.
Je suis tombé amoureux du son, comme beaucoup, il y a quelque années en découvrant Ben Harper et John Butler !

Comment avez-vous composé cet EP ensemble ?
J'ai composé et enregistré cet EP seul. Clément m'a prêté main forte pour l'enregistrement des basses. Un micro, une carte son, un software, et c'est parti !

Qu'est ce qui vous a poussé à vous inspirer dans le folklore et la spiritualité des Amériques ?
C'est une réelle passion pour les sons organiques, acoustiques, pour les voix qui viennent du fond de l'âme, et pour les musiques intemporelles, qui viennent du fond des âges. On retrouve ces caractéristiques dans beaucoup de musiques traditionnelles. La folk et le blues, on baigne tous un peu dedans, même sans le vouloir. Les USA dominent le monde et nous imposent leur culture depuis le plan Marshall, le deal c'était : « on vous file des thunes, vous nous laissez vendre notre culture sans restrictions en France ». Ca a bien marché, maintenant on connaît mieux le répertoire traditionnel américain que le répertoire français !

Peut-on en savoir plus sur les coulisses des enregistrements ?
Tout à été enregistré en Home Studio, au calme, pistes par pistes, avec du matériel de fortune. Je suis d'autant plus satisfait du résultat. J'ai trop peur de passer à côté de quelque chose dans enregistrement studio avec une deadline.

Parlez nous du titre Dancing to my burial...
J'ai vu quelqu'un mourir à petit feu, et je l'ai vu être tellement effrayé, que sa peur était peut-être plus intense que ses douleurs physiques. Je me suis dis qu'en occident on nous préparait vraiment pas du tout à la mort, voir même que c'est un énorme tabou. On ne nous pousse pas à l'envisager, ni pour nous-même ni pour nos proches, à en chercher le sens, à tenter - je dis bien tenter - de l’appréhender. On en parle tout simplement pas, ou alors sous forme de blagues, ce qui prouve bien que c'est un tabou. Jusqu'au moment où ça nous tombe dessus, mais là c'est trop tard, on rentre dans une frayeur terrible. J'aimerai pouvoir atteindre un état de sérénité tel, que ma mort ne m'effraie pas, et que les gens qui m'entourent, rassurés eux-aussi, puissent fêter ça dignement.

Des clips sont-ils prévus et comment les imaginez-vous ?
J'ai plein d'idées d'histoires à raconter par l'image, et plein de gens avec qui j'aimerai travailler. Il faut surtout que je trouve les fonds à vrai dire… J'aime les vidéos qui racontent quelque chose, et qui jouent avec les plans et les formats de manière cohérente avec le thème. Je vais m'y atteler dans les prochains mois, je pense !

Une indiscrétion à nous donner sur l'EP Burials ?
J'ai écris Sundown quand je me suis fais largué...

Quels souvenirs gardez-vous de votre victoire au tremplin Focus ?
C'était mon tout premier live avec Elefent, du coup c'était plutôt prometteur ! Tout le monde se félicitait, c'était assez marrant.

Que ressentez-vous lors des concerts et quelle est votre relation avec le public ?
Je me sens en général très bien, en bon égocentré que je suis ! C'est assez étrange de monter sur une scène pour dévoiler une part de soi-même qu'on ne montre jamais sinon. ça fait un peu l'effet d'un tourbillon émotionnel, c'est difficile de rester concentrer. Je n'aime pas plus que ça aller vers le public, je préfère qu'on vienne à moi. :-)

Connait-on les dates où l'on pourra vous voir sur scène cette année ?
Le 08 février en quartet au Temps Machine (37)
Le 09 mars en concert chez l'habitant à Tours (37)
Le 19 mai en solo à la Médiathèque de Saint-Jean-de-Braye (45)
Le 26 mai en solo au festival de la Petite Mussette (37)
Le 1er juin en solo à l'Oxford, Tours (37)
Le 21 juin en solo à Saint-Jean-de-Braye (45)
Le 23 juin en solo au festival Prunaystival (41)
Le 11 août en solo à la Guinguette de Chinon (37)

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Je voudrai juste vous remercier pour le temps que vous m'accorder ! :-)

Merci à Elefent d'avoir répondu à notre interview !
Pour en savoir plus et suivre l'actualité, rendez-vous sur Facebook.

Le clip de Sundown

Elefent - Sundown

Teaser de l'EP

Elefent - Teaser 2 "B U R I A L S"

Musique interview

Lucien & The Kimono Orchestra : le clip de Fresh Start Lucien & The Kimono Orchestra : le clip de Fresh Start
Premier single pour annoncer leur nouvel EP Horizon, qui sortira la 9 Février 2018, dé...
  Mickaël Dos Santos : le single "Chaque seconde (I'm Alive)" !
Un an après avoir marqué les esprits dans La France a un Incroyable Talent avec sa rep...
Mickaël Dos Santos : le single

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire