Publicité

Elefant Talk prépare son 1er album

Elefant talk est un Power Duo Rock stoner, juste basse, chant et batterie aux riffs puissants, incisifs et fédérateurs. Découvrez le premier album qu'il prépare.

Elefant Talk (crédit Pascal Lemoine)

crédit visuel : Pascal Lemoine

Qui se cache derrière Elefant Talk et pourquoi avoir choisi ce nom ?
Elefant Talk est un duo power rock composé d’un batteur, Sébastien Necca, et d’un bassiste chanteur, Gaby Vegh, et c’est tout !
Le nom Elefant Talk est inspiré d’un morceau de King Crimson (mais orthographié différemment) un des groupes fétiches de Gaby... Nous cherchions un nom en rapport avec les animaux, car tous les textes sont écrits comme si c’était un animal qui parlait et qui exprimait sa vision de la vie, des comportements humains, mais sans être moralisateurs, c’est juste un autre point de vue que le nôtre...
Et l’éléphant parce que c’est la puissance à son paroxysme, un peu comme la section rythmique que nous sommes !

Pouvez-vous nous présenter votre premier album et son univers ?
Ce premier album est un vrai défi pour nous, faire une musique puissante et compréhensible pour le public mais sans concessions, et seulement à deux musiciens sans aucun ajout de sons synthétiques ni de samples, on est dans la quintessence de la musique rock sans fioritures... L’univers est très vintage, un peu dark mais chaleureux malgré tout, les influences vont de Led Zeppelin à Queens of the Stone Age en passant par Black Sabbath ou Muse.

Quelle est votre approche du point de vue instrumental et qu'apportera le guitariste de Guns'n Roses à votre univers ?
L’approche instrumentale est très brute, minimaliste car il n’y a qu’une seule partie jouée en plus de la batterie, il a fallu trouver une façon de faire sonner « groupe » juste à deux, donc on va à l’essentiel ! C’est une approche passionnante, pour les musiciens que nous sommes, on ne peut rien rajouter et ça nous force à aller creuser dans notre imagination et notre créativité...
Ron Thal est un guitariste avec qui Gaby a partagé la scène il y a une vingtaine d’années, et le morceau sur lequel il fait un solo est très speed et plutôt violent même dans le propos. C’est l’histoire d’une chasse mais racontée par l’animal qui poursuit sa proie, on voulait un invité pour faire un solo de guitare à la fin et le jeu de Ron correspondait parfaitement à cette folie et cette violence animale... Ce featuring est un bonus, la cerise sur le gâteau, Elefant Talk n’a pas besoin de guitariste, mais nous en avions juste envie sur ce titre...

Parlez-nous du titre I'm a hound dog et de son clip...
I’m a Hound Dog est un titre qui parle de l’obéissance aveugle à un maitre, c’est particulièrement d’actualité... C’est un chien de chasse qui raconte qu’il est prêt à tuer pour son maitre, qu’il le fera avec plaisir si on lui demande car c’est son rôle, il ne se pose pas de question... Le clip est la version longue du morceau, la chanson de l’album est plus courte... Réalisé par le talentueux Pascal Lemoine, il raconte une vengeance froide et préméditée, mais l’histoire peut être comprise de bien des façons, les personnages semblent manipulés par d’étranges créatures à têtes d’animaux... On est un peu dans un univers kafkaïen, le côté sinatra punk déjà présent dans le premier clip Pachydermik, le choix du noir et blanc ayant paru évident pour nous...

Souhaitez-vous nous parler des enregistrements en studio ?
Pour l’enregistrement nous avons tout fait chez nous dans nos propres studios, Sébastien a enregistré ses batteries chez lui, puis Gaby à enregistré les basses et les chants dans son studio également. Tous les morceaux étaient déjà pré produits et maquettés ensemble au préalable... Puis nous avons envoyé tous les tracks à notre ami Djul Lacharme (guitariste d’Alpha Blondy et Gnô) pour le mixage et le mastering dans son studio en Bourgogne.

Qu'est ce qui vous a motivé à faire un financement participatif ?
Nous avons besoin d’aide pour pouvoir faire presser CD et vinyle, ça coûte cher, nous sommes entièrement producteurs de l’album et nos moyens sont limités, surtout depuis la crise sanitaire c’est compliqué de vivre de la musique à plein temps...
Et c'est également un très bon moyen d'impliquer nos fans qui souvent nous demandent comment il peuvent nous aider à faire connaître notre projet ou à réaliser des choses.
Nous avons mis beaucoup de contreparties dans le financement, l'album évidemment, en CD, digital, ou vinyle mais aussi quelques contreparties plus amusantes ou anecdotiques qui peuvent en amuser certains !

Que souhaitez-vous transmettre avec cet opus ?
On souhaite transmettre la puissance et la simplicité de notre musique évidemment avant tout, mais surtout s’il y a un message c’est que rien n’est impossible, on est absolument libres si on le décide, tout est là !

Quel sera l'univers visuel de votre premier album et peut-on en savoir plus sur l'artwork ?
L’univers visuel est donc en noir et blanc, comme les clips, l’artwork est réalisé par Pier Bernard avec qui Gaby travaille déjà depuis de nombreuses années pour son trio rock Gnô. On a essayé de retranscrire cette idée de puissance, d’apocalypse, même si ce n’est pas forcément une connotation négative pour nous. Pour construire du neuf il faut bien détruire l’ancien ! L'éléphant sera présent bien sûr !

Qu'est ce qui vous plaît dans le vinyle et en quoi est-ce important de le proposer pour cet album ?
L’objet vinyle est incomparable, c’est une bonne chose d’avoir un retour de ce bel objet dans ce monde de plus en plus dématérialisé ! On s’aperçoit que beaucoup de gens nous demandent qu’on sorte des vinyles lorsque nous discutons après les concerts, alors on essaye de les écouter...

Avez-vous une indiscrétion à nous donner sur votre futur album ?
Ron Thal a enregistré un petit message en vidéo pour parler de l’album d’Elefant Talk...

Qu'appréciez-vous dans les concerts et en quoi sont-ils importants pour vous ?
Les concerts sont essentiels pour nous musiciens, il n’y a rien de plus puissant et jouissif que de jouer sa musique en direct pour des gens devant nous, c’est la partie la plus gratifiante et plaisante ! C’est important aussi parce que c’est une grande partie de notre gagne pain en tant que professionnels, mais c’est surtout un immense moment de plaisir et de partage !

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Merci à tous pour l’intérêt que vous avez porté à Elefant Talk, on espère vite retourner faire des concerts avec un vrai public pour présenter notre musique, ça nous manque énormément !

Merci à Elefant Talk d'avoir répondu à notre interview !
Suivez leur actualité également sur Facebook.

ELEFANT TALK - I'm a Hound Dog - A short movie

interview Musique

Playschool présente l'album La garderie Playschool présente l'album La garderie
Après avoir organisé des concerts, des expos, réalisé des clips, le coll...
  Julien Hermant dévoile l'album Nemesis
Julien Hermant dévoile son troisième album Nemesis et nous plonge dans de nouveaux uni...
Julien Hermant dévoile l'album Nemesis

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire