Publicité

Eisbear prépare l'EP Bushido

Originaire de Lyon, le projet Eisbear s'inspire de sonorités eighties/new wave dans un format pop efficace. Le groupe Eisbear prépare actuellement son EP Bushido.

Eisbear

Pouvez-vous nous présenter le groupe Eisbear et comment s'est-il formé ?
Eisbear s’est formé l’été 2018 avec initialement Axel au clavier, Mattis à la guitare et Noé à la basse. Hugo a rejoint le groupe après qu’il nous ait vus répéter tous les trois. Nous n’avions pas encore de chanteur à ce moment-là alors il s’est proposé !
Malgré des univers très différents, nous avions en commun la volonté de faire une musique “catchy” avec des codes aisément abordables dans la lignée des tubes des années 80.
Après quelques mois de rodage le groupe trouve progressivement son identité et continue de l’affiner. Les compositions deviennent progressivement plus évolutives et s’ouvrent à plus de recherches sonores. L’équilibre entre expérimentations et “musique accessible” participe véritablement à l’identité du groupe.

Vous préparez votre premier EP Bushido, peut-on en savoir plus à son sujet et son univers ?
Tout d’abord, c’est un album auto-produit et qui a pu voir le jour grâce à l’aide de notre entourage (merci à eux !). Bushido est un EP qu’on considère comme entraînant dans sa globalité pour son aspect pop. Nous aimons jouer sur le côté “happy-sad” qu’on retrouve chez beaucoup de groupes de new-wave. Bushido est un EP qui joue avec cette ambiguïté !
Les textes d’Hugo sont plus sombres et tranchent généralement avec l’instrumentation, ce qui amplifie encore ce paradoxe.
Les titres de cet EP sont représentatifs d’une période précise pour le groupe, celle de ses débuts. Ils sont, pour la plupart, les premiers morceaux que nous avons commencé à jouer ensemble.

Comment avez-vous travaillé les compositions de Bushido et sur quoi mettrez-vous l'accent pour cet EP ?
Axel et Mattis habitaient ensemble au début du groupe et ont développé une bonne partie des compositions de l’EP. Trois des titres de l’EP étaient des démos d’Axel que les deux ont développés et arrangés. Noé et Hugo ont respectivement apporté leurs parties par la suite.
Le titre éponyme Bushido est né d’une autre approche ; c’est un morceau que nous avons composé et développé en répétition tous ensemble. C’est sûrement le morceau le plus représentatif de notre travail de groupe.

Peut-on en savoir plus sur la partie instrumentale ?
Un des piliers de l’esthétique instrumentale du groupe est l’utilisation de machine telles que les synthés ou une boite à rythme notamment. Ces choix se sont révélés déterminants dans l’approche et dans la texture globale du son d’Eisbear qui revêt ainsi de nombreux codes s’apparentant aux années 80. Cependant, malgré de nombreuses références aux groupes de l’époque, l'approche instrumentale et la composition se veulent modernes et actuelles, il ne s’agit évidemment pas de se cantonner au simple exercice de style.

Le passage en studio est-il appréhendé ?
Lors de l’enregistrement de notre EP, nous avions un an de groupe et la volonté de plus en plus forte d’enregistrer nos chansons. Nous avons ainsi commencé les sessions d’enregistrements sans grande préparation pour la plupart des titres, simplement en voulant fixer les compositions telles que nous les jouions en live. Mais le studio s’est finalement avéré très bénéfique en terme de recherche sonore et de réarrangement. Il nous a permis une meilleure prise de recul et a été le terrain de nombreuses expérimentations.
Nous aimerions pour la prochaine sortie garder cette approche expérimentale mais avec plus de moyens et de préparation.

Parlez nous du titre Or never et de son clip…
Or never est une des premières compositions d’Eisbear. Axel nous a envoyé l’instru quand il étudiait à Montréal, Hugo a ensuite rajouté la mélodie vocale et les paroles dès son arrivée dans le groupe. C’est un titre assez spécial pour nous. Nous souhaitions enregistrer un morceau dans le but de faire découvrir notre univers au public, ainsi que pour démarcher des dates. Au départ nous ne souhaitions pas en faire un clip, mais Gaetan Lack qui nous a mixé le titre s’est gentiment proposé d’en faire un en modifiant des vidéos libres de droit. On trouvait que ça collait bien à l’esthétique du morceau, alors on l’a gardé. Nous l’avons sorti en single il y a tout juste un an, et il nous a permis d’évoluer sur la scène locale. Or never sera sur l’EP en version remixée.

Pourquoi réalisez-vous un financement participatif et quel serait l'argument pour convaincre de vous aider ?
La réalisation du clip et l'enregistrement de l'EP ont demandé beaucoup de temps, de moyens humains mais surtout financiers. Nous avons payé ce que nous avons pu de notre poche ou avec l'argent des concerts, mais ça ne suffit malheureusement pas à couvrir tous les frais, c'est pourquoi nous avons pris la décision de lancer un financement participatif afin de nous aider à réaliser ces projets. La sortie de notre premier EP sera déterminante dans l’évolution du groupe et permettra de faire découvrir notre univers dans sa globalité à un public plus large.

Je crois qu'un nouveau clip est également en préparation. Peut-on en savoir plus à son sujet et comment s'est passé le tournage ?
Nous avons commencé à parler très tôt de l’idée de clipper un de nos titres, ça nous tenait vraiment à coeur tant pour faire avancer le groupe que pour l’expérience que cela apporte.
Noé a écrit le scénario de base que nous avons retravaillé entre nous puis avec l’équipe de tournage. Par l’intermédiaire d’Hugo nous avons rencontré Charlène Clair, la réalisatrice, qui est en école de cinéma et qui s’est occupée de rassembler toute l’équipe. Nous vous passerons ensuite les longs mois de préparatifs pour chercher un lieu, des décors, des costumes, s’occuper de toutes les contraintes techniques. Le tournage a eu lieu chez nous (Noé, Hugo et Mattis vivent en coloc) et a duré 2 jours. Nous profitons de l’occasion de cette interview pour encore une fois remercier Charlène et toute son équipe qui ont fourni un travail incroyable. Tourner ce clip à véritablement été un plaisir et une formidable source d’expérience. Il est actuellement en cours de montage, nous avons hâte de voir la version finale et pouvoir enfin vous le faire découvrir.

Avez-vous déjà des idées pour la pochette du disque Bushido ?
Nous travaillons actuellement avec le photographe Rémy Badout pour la pochette de l’EP. Il a déjà fait l’artwork de beaucoup de groupes locaux et c’est comme ça que nous avons découvert son travail. Son univers très personnel nous a tout de suite parlé est s’avère être très cohérent avec le nôtre.

Aurez-vous l'occasion de donner quelques concerts pour la sortie de l'EP et en quoi la scène est-elle importante pour Eisbear ?
La scène est au premier plan de notre travail, nous la voyons comme un aboutissement à la composition. Nous nous y sommes confrontés très tôt, à peine trois mois après avoir monté le projet (avec notamment, le tout premier concert d'Hugo en tant que chanteur).
Elle est importante pour nous car elle permet une confrontation directe avec le public, nous voyons alors comment les morceaux sont reçus, si le public est réceptif à l'énergie. Nous tirons énormément de plaisir des concerts.
La scène nous apporte également beaucoup d'expérience quant au jeu de scène ou à la pratique de la musique en live par exemple.
Nous aimerions d'ailleurs à terme affiner le travail scénique et scénographique afin d'offrir un live musicalement et visuellement complet.
Pour ce qui est de l'EP, nous attaquons effectivement les préparatifs de la release qui devrait avoir lieu d'ici un mois ou deux, on vous en dit pas plus...

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Ce projet d’EP est à nos yeux le plus ambitieux que l’on ait jamais réalisé jusqu’ici. Les différentes étapes de préparation de l’album sont pour la plupart des membres une première. Nous avons mis beaucoup de moyens et d’énergie pour aboutir à un résultat satisfaisant et nous avons hâte de vous dévoiler la suite.

Merci à Eisbear d'avoir répondu à notre interview !
Retrouvez les également sur Facebook.

eisbear - Or never

Musique interview

Enki Thing dévoile l'EP No Gravity Enki Thing dévoile l'EP No Gravity
Le groupe ENKI THING est un nouveau groupe du troisième type, issu d'une rencontre lors d...
  Arrogant criminals va dévoiler l'album Fine & Dandy
Après 2 ans de travail acharné, Fine & Dandy le premier album de Arrogant Cri...
Arrogant criminals va dévoiler l'album Fine & Dandy

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Pour rester informé(e) de l'actualité de Divertir ; abonnez-vous à la newsletter de Divertir et recevez chaque mois notre actualité dans votre boîte aux lettres !
Vos données ne seront pas partagées avec des tiers. Désinscription à tout moment en 1 clic.

MailNewsletter
Le lien s'ouvrira dans un nouvel onglet.