Publicité

Delinquante : l'EP éponyme

Maxime Lopes Par Le lundi, 11 juillet 2022 à 17:57 0

Dans Culturel

Le duo Delinquante sort son EP éponyme, accompagné du clip Libre.

Delinquante

Delinquante, ou l’histoire de 2 femmes du Sud Claire et Céline. Une rencontre au conservatoire de Marseille. Au départ, 2 accordéons et la volonté de faire "autre chose" de cet instrument stéréotypé.
Rapidement, s’installe l'envie de semer la bonne humeur en chantant avec légèreté le quotidien et en parlant d'amour avec tendresse et dérision. Delinquante c’est le sourire, le regard malicieux, le propos impertinent, un savoir-faire éprouvé pour jouer de l'accordéon, des voix en parfaite harmonie.
Le public les découvre avec leur premier album dont le succès les amène à enchaîner les festivals, c’est la découverte des premières salles prestigieuses (Européen, Cigale, Bataclan...) et même des tournées à l'étranger (Roumanie, Japon, Etats-Unis, Canada...). Après un break forcé compte-tenu de la crise sanitaire, le groupe a enfin repris le chemin de la route avec notamment depuis le printemps des premières parties de JB Guegan. A chaque fois Delinquante fait mouche : accueil dithyrambique.
Sur scène Delinquante c’est un spectacle truffé d'enthousiasme, de sensibilité et d'énergie. Un univers dans lequel la gouaille malicieuse de l'une répond à la fougue dévastatrice de l'autre. Tout en finesse Delinquante aborde des plaisirs bien compliqués de la vie conjugale, la féminité en bandoulière revendiquée et la fantaisie partagée. Un univers baigné de dérision, qui est en fait un hymne à la tolérance.
Delinquante est la première signature de Rouge Océan, le label de Madeu Gonzalez, celle à qui l’on doit la découverte de talents tels que Claudio Capéo, Hoshi, Boulevard Des Airs ou encore plus récemment Petit k !

Interview

D'où vient l'idée du nom du duo ?
Au départ, nous venons du monde de l'accordéon, très cadré et stéréotypé aussi. Nous voulions un nom qui tranche avec ce monde dans lequel on ne se retrouvait pas !
Sur une liste déposée sur le frigo, au milieu de tout et n'importe quoi, il y avait Delinquante, et c'était parti !

Pouvez-vous nous présenter votre EP éponyme et son univers ?
Avec les chansons "Allez souris !", "Libre", "Papa" et "La poudre d'escampette", on a voulu présenter un éventail de ce qu'est le groupe Delinquante. 2 filles, 2 voix, 2 accordéons mais pas que ! De la bonne humeur, de la tendresse, de la sensibilité aux gens et aux choses qui nous entourent, l'amour sous toutes ses formes et surtout, l'espoir, un cap à tenir !

En quoi est-ce important de chanter la bonne humeur avec légèreté ?
Tout n'est pas si léger...
Il y a aussi des thèmes lourds abordés.
Il est possible de poser plusieurs angles de vue sur une même situation. Et tous ces angles de vue sont légitimes. Pour autant, de notre côté, on a envie de montrer le verre à moitié plein ! C'est un leitmotiv pour nous, même dans nos vies personnelles.
Lorsque les gens viennent nous voir à la fin des concerts en nous disant, "j'ai passé une mauvaise journée", "j'ai une vie de merde" mais ce soir, j'ai pris ma dose de bonheur et de bonne humeur, alors on se dit que notre "mission" est remplie. Et ça nous remplit nous aussi:)

Qu'est-ce qui vous a intéressées d'aborder des thèmes comme la vie conjugale, la féminité..sur cet opus ?
Au delà de la vie conjugale et de la féminité, ce sont évidemment nos vies de femmes d'une part, mais les rapports humains dans leur ensemble qui nous amènent à écrire nos chansons. La femme libre, la mère, l'amie, l'amante, la compagne... Tour à tour ces casquettes s'enchainent et/ou se superposent. Mais il y a aussi le voisin seul, le frère handicapé, ce souvenir d'amour d'adolescent.. On regarde beaucoup autour de nous. L'humain est une source d'inspiration inépuisable !

Quels sont vos choix sur le plan instrumental ?
Nous sommes accordéonistes depuis notre plus jeune âge. L'accordéon fait partie intégrante de l'identité du groupe.
Il y a le travail de studio, et le travail scénique, qui sont volontairement 2 esthétiques très différentes.
En live, les 2 accordéons prennent beaucoup de place.
Il y a aussi un ukulélé, parfois des claviers, souvent des percus. C'est une formule pour l'instant mouvante, qui nous permet de ne pas figer les choses.

Comment vous complétez-vous dans le duo ?
Parfaitement !
On est tellement différentes et on se connait par cœur.
Il n'y a ni rivalité, ni jalousie. On sait l'une et l'autre quels sont nos atouts et nos faiblesses respectives. Il y a un profond respect qui nous permet d'avancer telles que nous sommes.

Comment se sont passés les enregistrements en studio ?
Les enregistrements se sont passés en plusieurs temps, avec plusieurs équipes !
C'était génial de vivre ça, on a beaucoup appris et pour dire plus, on a pris goût à ce travail de studio alors qu'on était jusque-là, avant tout, des filles de scène !

Parlez-nous du titre « Libre » et de son clip...
Il y a longtemps qu'on avait envie de faire une chanson sur le handicap. Il nous touche de près l'une et l'autre...
On voulait une chanson pleine d'espoir, sans lourdeur ni démagogie. Juste une chanson qui met en avant la situation de nombreuses personnes dont on ne parle que trop peu.
"Libre" est arrivée pendant le confinement, lorsque nous aussi nous nous sommes retrouvées enfermées, privées de certaines libertés, avec cette impression qu'on nous avait coupé nos bras, nos jambes, nos ailes.
Dans le clip, les couplets montrent des danseurs enfermés dans leurs bulles, en quasi asphyxieHabillés en noir, dans leur douleur.
Les refrains les montrent dans la nature, au grand air, respirant à plein poumons et dansant en toute liberté, entourés de couleurs, en métaphore à l'infini liberté qu'offre l'imagination.

Que peut-on savoir de la pochette de l’EP ?
La photo a été prise par Caroline Bertin, une photographe albigeoise de grand talent. Elle annonce doucement l'univers de l'album à venir.

Qu'est ce qui est le plus important pour vous dans la musique que vous proposez ?
L'expression que celle-ci nous permet !

Qu'appréciez-vous dans la scène et avez-vous un souvenir à nous raconter ?
On vit avec la scène depuis presque 20 ans ! Elle est note terrain de jeu, d'expression, l'endroit où l'on se retrouve toutes les 2, où l'on échange avec les gens venus nous écouter.
On y fait de magnifiques rencontres avec le public, les organisateurs de spectacle, les techniciens..Elle fait partie de notre équilibre au quotidien !
C'est chaque fois magique, et on sait à quel point jamais on ne vivra 2 fois la même chose ! Alors on en profite à fond !!!

Aura-t-on l'occasion de vous revoir prochainement sur scène et est-ce qu'il y a un lieu où vous aimeriez vous produire ?
Oui bien sûr ! Appelons-ça le calme avant la tempête !!!
Le théâtre de la mer, à Sète !

Que souhaitez-vous dire pour terminer ?
Un grand merci et à très vite sur les routes d'ici et d'ailleurs :)

Merci au duo Delinquante d'avoir répondu à notre interview !

DÉLINQUANTE - Libre (Clip officiel)

A propos du clip Libre

Delinquante sort le clip de Libre. Celui-ci met parfaitement en images ce joli single traitant du handicap, « d’un corps en scaphandre pendant que la tête, elle, n’a pas de limites et continue de rêver sans relâche. Malgré les doutes, la douleur… Les pensées sont infinies… ».
Ce clip plein d’émotion, qui fait suite à celui de « Allez Souris », est dévoilé aujourd’hui afin d’accompagner la sortie de l’EP éponyme de Delinquante.
Comme tu pourras l’entendre, Claire et Céline y chantent avec légèreté le quotidien, parlent d'amour et de vie conjugale avec tendresse, dérision et tolérance, tout en touchant au sujet de la féminité…

Mais Delinquante, c’est surtout la bonne humeur, le sourire sensible, le regard malicieux et plein d’énergie, le propos impertinent, un savoir-faire éprouvé pour jouer de l'accordéon, avec la volonté de faire "autre chose" de cet instrument stéréotypé…

Musique interview

  • 1 vote. Moyenne 1 sur 5.

Ajouter un commentaire

Anti-spam