Publicité

Deleo : l'EP live Isolated

Rédaction Divertir Par Le mardi, 15 juin 2021 à 15:35 0

Dans Culturel

Deleo est un groupe indé et de Montpellier. Découvrez leur musique au confluent de la pop, la folk et l'electro.

Deleo

Qui se cache derrière Deleo et comment s'est formée la bande ?
J’ai (Denis Navarro) formé le groupe en décembre 2018 suite à une rencontre avec le producteur anglais James Sanger qui à l’écoute d’une démo d’Unfair et d’autres morceaux que j’avais écris dans mon studio m’a proposé de produire le premier album de Deleo. Au retour de son studio de Normandie, je contacte des potes musiciens et Deleo se créé. Le line up évolue pas mal au début pour se stabiliser avec Emy au chant et Clément Pernet à la batterie. Romain Viguier, basse/synthés et Nicolas Gaeremynck à la guitare, sont là depuis le début de l’aventure ! Toute l’année 2019 a été un travail de répétition pour le groupe afin de préparer les séances d’enregistrement. On voulait tous être au top pour assurer devant J.
Sanger. On s’est donc retrouvés en studio pour deux sessions d’un peu plus d’un mois. Nos premiers jours là-bas furent inoubliables, on naviguait entre stress et excitation… voir tous ses synthés mythiques, ses récompenses (Brit Awards, Grammy awards, Ivors Novello) les photos et témoignages d’artistes internationaux. On se sentait tout petit et on se demandait ce que nous faisions là. Des moments forts !

Pouvez-vous nous présenter votre EP live Isolated ?
Isolated Live a été enregistré à l’occasion d’un livestream pour le festival de musique Shoegaze « NMER » en Argentine. Il a ensuite été mixé au Studio Ma Ferme par Philippe Uminski pour son nouveau label My Own Records. C’est une deuxième rencontre forte pour le groupe. Outre sa carrière d’artiste solo, ses références dans l’industrie musicale française sont des plus prestigieuses ! Il a collaboré avec les plus grands et dans tous les genres musicaux, de la variété avec Calogero, Julien Clerc ou La Grande Sophie en passant par le rock français de Johnny Hallyday, des Têtes Raides ou de Mass Hysteria ; l’électro de Daft Punk ou encore le rock anglais avec Archive, groupe que j’affectionne tout particulièrement.
Il a apporté au groupe toute son expérience de la réalisation et a peaufiné un son pour « Isolated Live » plus rock et sombre. On voulait vraiment proposer quelque chose de différent, de plus organique. On l’a laissé faire pendant 4 jours ! Il voulait retrouver ce son typique du live des groupes qui tournaient bien en 90/2000 (Radiohead, Placebo, Cure,…) avec un gros travail sur le son de la batterie et de la guitare acoustique omniprésente ici et a même ajouté des parties guitare/basse et synthé qu’il a joué lui-même ! C’était une autre belle expérience, et un mentor hors pair aujourd’hui puisqu’il nous a pris sous ses ailes…

En quoi vous sentez-vous "isolé" ?
La situation s’arrange ! Mais ça a été notre sentiment, comme beaucoup d’autres groupes et artistes suite à cette crise sanitaire que l’on a tous subie ! Salles fermées, plus de concerts en public, difficulté à jouer ensemble lors des confinements ou couvre-feu, etc… On a dû s’adapter aux contraintes, pas tous les jours faciles à vivre. Mais malgré la crise, nous avons réussi à faire ce live devant un public très limité et ça nous a fait beaucoup de bien.
Compliqué la scène sans public, et les Facebook live n’en parlons pas !

Comment avez-vous vécu la crise du Covid 19 en tant qu'artiste ?
2020 devait être l’année du lancement de Deleo avec un album à sortir et des contacts pour une tournée promo. Unfair notre premier single est sortis en mars 2020 quelques jours après le premier confinement… On a dû bousculer le planning et reporter beaucoup de choses. La sortie de l’album a été repoussée et on a finalement décidé de sortir 2 autres singles sur l’année pour voir les retours du public et des médias, Mythomania et Going Home.
Finalement cette période n’a pas été si négative que ça pour le groupe. On a essayé de se bouger pour être visible et les titres ont été plutôt bien accueillis en France et à l’étranger avec des papiers et des passages radio. Le résultat était encourageant !
Et finalement début 2021, on signe un contrat avec le label de Philippe Uminski (My Own Records), donc on ne va pas se plaindre !

Globalement, comment composez-vous au sein du groupe ?
Tout part d’un riff ou d’une mélodie à la guitare avec une ligne de chant en « yaourt ». Le morceau est présenté au groupe puis chacun bosse sa partie. On réalise une démo dans notre home studio et les textes me viennent naturellement… Le travail est facilité par le fait que l’on partage un univers musical commun mais avec chacun ses spécificités. Romain, plus rock-électro (Foals, Radiohead,…), Nico, aérien et mélancolique (Divine Comedy, Cure,…) et moi la synthèse de tout cela (Archive, Placebo,…).

Quel intérêt portez-vous aux instruments utilisés dans vos compositions ?
On reste d’abord un groupe à guitares ! qu’elles soit acoustiques, électriques ou basses ! C’est notre ADN hérité des 90’/2000. D’ailleurs tous nos titres fonctionnent bien en version épurée voix/guitare. Après on y ajoute des nappes, des sons. Romain est notre geek ! C’est un fondu de pédales d’effets et de claviers. Il arrive avec sa basse à reproduire des chants de baleines (Unfair) ! D’ailleurs il y a des titres ou il alterne dans un même morceau la basse et son Prophet. Alors imaginez lorsque nous sommes entrés la première fois dans le studio de James Sanger, c’était un peu le paradis. On a pu jouer sur Rhodes, Jupiter, Moog etc…
L’apport de James sur notre album à venir est indéniable, il maîtrise les arpegiators et est à la recherche du son parfait ! Ce n’est pas pour rien qu’il reste l’un des « producers » les plus récompensés de l’industrie musicale. Son nom apparaît sur plus de 67 millions d’albums vendus !

Qu'appréciez-vous dans le mélange pop/folk de votre musique ?
En fait beaucoup ont parlé de mélange entre la pop, la folk et l’électro… On définit plutôt notre musique dark-pop aérienne. Elle reste très mélancolique sur le fond, que ce soit dans ses mélodies et les thèmes abordés mais est toujours épicée de sonorités pop apportées par les synthés et les arpegiators de James Sanger. Le côté folk vient évidemment de ma guitare acoustique, utilisée pour la rythmique, un peu à la façon de Coldplay, elle reste assez lointaine dans les mixs de l’album. Elle est beaucoup plus présente en live, comme on peut l’entendre sur Isolated Live !

Parlez nous du titre Reason et de son clip live...
C’est un morceau plus intimiste. C’est finalement une belle synthèse de notre univers… Le titre démarre par un arpège à la guitare acoustique qui met en valeur la voix puis le panorama se dévoile avec l’arrivée des autres instruments. La version live est vraiment différente de celle « studio » qui sera dans l’album, plus produite, plus anglo-saxonne. A chaque fois, on essaye de proposer un voyage…

Que souhaitez-vous procurer au public avec votre musique ?
De l’émotion, des « voyages immobiles », de l’introspection… notre musique est aérienne et mélancolique, elle s’écoute facilement même si certains de nos morceaux dans l’album seront plus rocks et plus pointus. On fait vraiment le grand écart dans cet album, sans l’avoir voulu vraiment d’ailleurs. Il est représentatif de ce que l’on est et de ce que l’on aime.

Quelle relation occupez-vous avec vos fans et quelle place occupe les réseaux sociaux ?
Une grande place évidemment ! 2020 a été une année où l’on a essayé de proposer des choses différentes : des lives acoustiques intimistes, des lives sur scènes, des livestream, des Remixs etc… Il fallait être présent pour exister. La crise sanitaire a accentué cette dépendance. C’est bien et mal car finalement c’est un puit sans fond. C’est comme faire du vélo, si on arrête de pédaler, on tombe. Les réseaux sociaux c’est un peu pareil.

Comment ressentez-vous la scène et en quoi est-elle importante pour vous ?
C’est la finalité ! On fait des heures de répèts, de résidence pour se retrouver face au public et lui transmettre nos émotions. Aujourd’hui les concerts doivent être complets au niveau du son, des lumières et de la vidéo. On doit pousser notre exigence, le public demande des émotions globales et entières !

Avez-vous des dates de concerts programmées prochainement ?
Pour le moment on prépare la sortie de l’album et une release est prévue au théâtre l’Ardaillon près de Béziers le 15 octobre prochain. Pour le reste, ça se construit…

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
On donne rendez-vous à la rentrée de septembre, DELEO aura une grosse actu et en attendant suivez-nous sur nos réseaux sociaux !

Merci à Deleo d'avoir répondu à notre interview !

Reason (Live Version) - The new single from the EP "Isolated Live" out now ! #darkpop #folkpop

Musique interview

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam