Publicité

Coralie : l'EP Blossom

Coralie dévoile le 16 mars son EP Blossom. L'occasion de découvrir son univers.

Coralie

Affranchie de la plupart des codes d'aujourd'hui, cette auteure-compositrice affiche un parcours loin des standards. Des années à fouler la scène de sa ville ; elle en a tiré une musique à la fois familière et très personnelle.

Au terme de ses années de formation à la Comédie Musicale, et après avoir intégré les troupes de La Folle Histoire du Petit Chaperon Rouge, ou encore de La Reine des Neige, Coralie, encouragée par la bienveillance de son public qui la croise et l'écoute, décide de s'entourer de musiciens pour conquérir de nouvelles scènes et en son nom. Construites sur des histoires du quotidien, la voix fragile, entre douces balades et envolées puissantes, les histoires de Coralie touchent par leur fausse simplicité, et leurs mélodies précises et enlevées.

La sortie de son EP Blossom annonce déjà bon nombre de concerts à venir...

Pouvez-vous nous présenter votre EP Blossom et son univers ?
Blossom c'est quatre compositions au total dans un style folk, à la fois très intimiste et imagé. On peut dire que c'est un peu l'éclosion de mon style, en assumant ce jeu de mots ! J'y ai mélangé beaucoup de mes influences.

Comment l'avez-vous composé et avez-vous un endroit particulier où vous aimez écrire ?
Les quatres morceaux ont été composés de manières toutes très différentes et décousues. Certains d'entre eux ont beaucoup évolué, texte comme musique, au fil du temps. D'autres ont été des one-shot, que j'ai retravaillés et gardés sur l'EP. Tout a été écrit dans ma chambre, à l'exception d'In The Fog qui est le tout premier, et co-écrit avec Maxime Toussaint (du groupe WYVE) qui en a eu l'idée. En général, je me pose sur mon lit avec ma guitare, puis je travaille sur la mélodie en faisant du yaourt. Lorsqu'elle me plaît, je commence à écrire le texte. En général c'est en plein milieu de la nuit, sinon ce n'est pas assez cliché, haha !

En quoi votre formation à la Comédie Musicale vous a été utile ?
J'ai toujours aimé la comédie musicale, et je fais du théâtre depuis presque aussi longtemps que je chante. On me parle souvent de la façon dont j'interprète mes chansons, et pendant ma formation j'ai compris qu'en chantant comme en dansant, on joue toujours quelque chose ou quelqu'un, on incarne les émotions exactement comme on joue un monologue !
Je n'avais jamais pris de cours de chant avant non plus, ce qui m'a aussi permis découvrir un peu plus de technique vocale (on en apprend tous les jours !). En résumé, ma voix s'est développée, a beaucoup mûri aussi, au même titre que l'interprétation que j'injecte dans ce que je chante.

Quelle importance accordez-vous aux textes ?
Il est primordial ! Qu'il soit drôle, poétique, profond ou tout ce qu'on veut... Il faut qu'il ait du sens. Le texte dessert la musique et inversement, je crois qu'une belle mélodie n'aurait pas de sens si le texte disait n'importe quoi.

Pour vous, que doit transmettre la musique ?
Pour moi la musique nous permet de communiquer. En tant qu'interprète, on transmet quelque chose qui nous appartient, tiré de notre vécu, mais ça ne parviendra jamais tel quel à celui ou celle qui nous écoute en face parce qu'on ne se connaît pas forcément et que je ne lui aurai pas raconté quel machin de truc m'est arrivé au moment où j'ai composé. On transmet de l'énergie, de l'émotion... Ensuite, libre à chacun d'y voir ce que ça crée chez eux !
Je vois la musique comme un langage à part entière. Si on me parle en néerlandais, ou en russe, je suis certaine de ne rien comprendre haha. Et pourtant, on peut écouter une musique dans une langue étrangère, ou même instrumentale, et comprendre/ressentir quelque chose. 

Souhaitez-vous nous parler de la partie instrumentale ?
Lorsqu'on a commencé le recording de l'EP, les morceaux n'existaient qu'en guitare/voix. J'avais quelques idées déjà, mais la majeure partie s'est faite pendant nos sessions de travail avec Matthieu Clerjaud, l'ingénieur du son et sérial-consommateur de cafés, et Francis-Gaël Grommier qui a aussi prêté un peu de son cerveau aux arrangements !
C'est également Matthieu qui a posé les parties de basse des morceaux. Aurelien Ascöet est venu poser des guitares électriques et acoustiques, et les parties de fiddle qu'on peut entendre en revanche, elles, sont des impro amenées par Baptiste Grech ! En un clin d'oeil, il est entré en cabine d'enregistrement, et il a laissé faire sa magie.

Faites nous entrer dans les coulisses des enregistrements en studio...
Il faut imaginer le studio au sous-sol du Captain Fox, un pub culturel de Bois Colombes. Matthieu, ses cafés, et surtout... Son paquet de gâteaux ! Entre deux de ses jeux de mots (je suis très mal placée pour juger de leur qualité), le thé à la main, on écoute les morceaux, on se creuse la tête sur les arrangements, on chipote sur telles et telles parties... Tout ça dans la bonne humeur et la productivité !

En quoi LPE vous ont-ils aidé sur votre projet ?
L'encadrement, les musiciens qui sont venus enregistrer, le studio, le travail avec Matthieu, l'organisation de la release party... En fait, tout cela, c'était grâce à l'aide de l'association LPE ! Francis Gaël ayant été celui qui m'a proposé de concrétiser mon projet. Blossom étant mon tout premier EP, je n'avais pas la moindre idée de comment m'y prendre. J'avais mes morceaux et mes idées, LPE m'a aidée à amener tout le reste !

Parlez-nous du titre Till the sun comes down...
Comme j'en parlais précédemment, il fait partie des titres "one-shot". En fait, c'est même le résultat d'un exercice à l'école. On avait comme consigne de produire quelque chose, qu'importe, sur le thème "le dernier soleil". J'ai écrit ce morceau un peu au dernier moment, un soir où j'avais besoin de poser ce que je ressentais et étrangement, j'en étais très satisfaite (alors que j'écris régulièrement des morceaux que je range dans "à oublier pour toujours"). Je l'ai amené en cours, et le professeur m'a dit "c'est bien mais "dance me", ça ne veut rien dire." J'ai répondu que c'était "une métaphore". Ensuite, toute la journée, j'entendais par-ci par-là l'air du refrain chantonné dans l'école. Donc j'étais bien déterminée à garder ce morceau sur l'EP :)

Peut-on en savoir plus sur l'artwork de Blossom ?
C'est Florian Fasola qui a pris cette photo dans sa chambre ! J'avais eu une idée dans la journée, et le soir je suis allée le voir en lui expliquant. Comme je lui sert régulièrement de cobaye photo, il était totalement partant. On a installé quelques lumières, et on a commencé nos essais. Dans les jours suivants, c'est sur mon téléphone que j'ai créé le visuel, un peu au hasard en fait. J'ai hésité entre deux versions du visuel, mais celle-ci est restée pour son côté un peu sirène.

Des clips sont-ils prévus et comment les imaginez-vous ?
On a tourné le clip de Who Am I avec NaBo, le frère de Francis Gaël (quand je vous dis qu'ils sont forts chez LPE !). J'espère pouvoir en faire plus ! Je les imagine un peu plus cinématographiques peut être, et j'aimerais mêler les disciplines. Avoir de la danse, ou du dessin. 

En quoi est-ce important de vous affranchir des standards de la musique actuelle et qu'est-ce qui vous y dérange ?
Sans jouer les grandes rebelles, parce qu'évidemment il y a des choses qui me plaisent parfois dans la musique actuelle, mais ses standards ne me touchent tout simplement pas. J'ai du mal à trouver où est la sincérité dans ce qui est dit ou joué et j'aimerais ne pas avoir l'impression d'entendre toujours les mêmes choses.

Quelle place occupe les réseaux sociaux dans votre relation avec votre public ?
Quasiment inexistante pour le moment je dirais ! J'ai une page Facebook sur laquelle je poste occasionnellement, et un compte Instagram mais qui n'est pas dédié à ma musique, j'y met aussi un peu de ma bêtise et des spectacles musicaux auxquels je participe. À l'avenir peut être que j'y communiquerai plus souvent !

Quels souvenirs gardez-vous de votre participation aux troupes La Folle Histoire du Petit Chaperon Rouge ?
Pleins de bons souvenirs ! L'équipe est folle, et on s'arrête rarement de faire les clowns ! Et c'est là que je vois comme les enfants sont drôles malgré eux, haha. Je me souviens de fous-rires improbables avec les musiciens qui sont aussi sur scène. On joue encore jusqu'en avril, et j'en suis ravie. C'est également mon premier job sur scène en comédie musicale donc ça a beaucoup de sens pour moi.

Est-ce que faire un télé-crochet comme The Voice vous plairait ?
Pas vraiment. Je ne suis pas à l'aise avec ce type d'exposition, et je dois même avouer que ça m'effraie trop pour m'y essayer.

Le 7 mars vous avez donné un concert en live acoustique au Temps Suspendu. Qu'appréciez-vous dans cette forme d'interprétation ?
Lorsqu'on joue en live, on capte directement l'impact de ce qu'on joue sur les gens. Aucun concert ne se ressemble, et on reçoit en retour de ce qu'on donne. On est aussi tout à fait libre dans ce qu'on joue, surtout dans ce type de cadres où on peut s'adapter au public qu'on a en face de soi.

Comment ressentez-vous la scène et aurez-vous des concerts prochainement ?
Comme à la maison ! Je ne me pose pas de question lorsque je monte sur scène, je fonce, et j'y prend toujours un plaisir infini. Oui, d'autres concerts viendront et ceux-là, je ne manquerai pas de les communiquer sur mes réseaux sociaux, haha !

Que souhaitez-vous dire pour terminer ?
Merci Divertir et à ceux qui auront pris le temps de lire jusqu'ici, n'attendez pas demain pour concrétiser vos projets, n'hésitez pas à venir voir La Folle Histoire du Petit Chaperon Rouge au théâtre des Nouveautés, et vive la raclette ! :)

Merci à Coralie d'avoir répondu à notre interview !
Retrouvez la sur Facebook.

interview Musique

Mona San dévoile le clip d'Innerbl◊◊m Mona San dévoile le clip d'Innerbl◊◊m
Entre électronica et hip hop, Mona San dévoile depuis quelques années son unive...
  Damir Kedžo défendra la Croatie à l'Eurovision avec Divlji Vjetre
Damir Kedžo est un chanteur pop de 32 ans et l'un des visages les plus célèbres de...
Damir Kedžo défendra la Croatie à l'Eurovision avec Divlji Vjetre

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire