Publicité

Claire Galo-Place, la harpe pour tous !

Maxime Lopes Par Le jeudi, 12 mai 2022 à 15:02 0

Dans Culturel

Ne vous fiez pas aux apparences : on pourrait se tromper à la voir assise devant sa harpe de concert, avec ses longs cheveux blonds et sa peau diaphane, pourtant Claire Galo-Place n’a rien d’une romantique. Sensible et passionnée, certainement, mais sa virtuosité, elle la partage avec tous grâce à ses dons de conteuse et un sérieux sens de l’humour.
Portrait d’une musicienne pas si classique qui raconte les compositeurs romantiques et sa vie de harpiste dans son seule-en-scène “vous avez-dit romantique ?”

Claire galo place

La harpe, elle la découvre au hasard d’un concert où l’a emmenée sa mère et c’est un coup de foudre immédiat. Ses parents la soutiennent, malgré la taille et le coût de l’instrument, et bientôt Claire Galo-Place entre dans la classe d’une pédagogue passionnée, Annie Desmarets : “elle m’a donné le goût des choses un peu différentes”.
À 16 ans, elle change de harpe et part à Paris pour travailler avec Frédérique Cambreling, harpiste de l’Ensemble Intercontemporain. À ses côtés, elle découvre une culture française héritée de Pierre Jamet, qui lui révèle toute la palette sonore et expressive de son instrument. Après avoir obtenu le premier prix de la Ville de Paris, on la retrouve à Troyes dans la classe Béatrice Guillermin, harpiste de la Garde républicaine, où Claire Galo-Place apprend une technique moderne, basée sur le corps et sa fluidité, qui lui donne ce son particulièrement rond et chaleureux.

“Je suis allée ensuite aux Etats-Unis pour rencontrer Susan Macdonald, un monstre sacré de la harpe. J’étais acceptée à la Juilliard en master mais j’ai choisi Bloomington University car je savais qu’elle y enseignait”

Là, Claire Galo-Place travaille tous les répertoires et tous les styles, s’habituant aux exigences de la musique au plus haut niveau.

Une soliste pour tout le monde

À son retour en France, elle se retrouve face aux contradictions du métier : “On travaille pendant toutes nos études sur des morceaux solo, et en fait, la profession de harpiste, c'est l’orchestre, l’enseignement et un peu de musique de chambre. Moi, c’est ce répertoire de soliste qui m’avait transportée, c’était en avoir plein les doigts, être un orchestre à moi toute seule !”.
Aussi, depuis qu’elle a 15 ans, elle se produit seule dans toutes les salles, les grandes comme les petites, en France mais aussi à l’étranger. Elle organise notamment plusieurs tournées au Caraïbes, amenant la harpe classique dans des endroits inédits, au plus proche de tous les publics. Au cours de ces années, elle partage également la scène avec la mezzo-soprano Mathilde Cardon (entre autre pour le projet Ars humana, une performance musicale et picturale à l’église de la Madeleine) mais aussi avec la chanteuse Ala.ni : ensemble, pendant 4 ans, elles parcourent toutes les scènes jazz d’Europe.

Vous avez dit romantique ?

“Un jour, un monsieur vient me voir et me dit : ‘je n’ai pas le certificat d’étude, donc la musique classique, je ne pense pas que ce soit pour moi’. Ça m’a touché car mes grands-parents étaient ouvriers. J’ai vu ça comme un appel : comment transmettre la musique à tout le monde ?”

C’est de cette envie de partager autrement la musique qu’est né son spectacle “Vous avez dit romantique ?”. Pourtant le répertoire du XIXe siècle, a priori, n’était pas sa tasse de thé : trop d’égo, de larmes, de montagnes russes émotionnelles un peu vaines. Elle préfère Debussy, Ravel, Hindemith ou encore Britten.
Mais c’est un répertoire qui a le pouvoir de parler à tous, aux connaisseurs comme à ceux qui poussent pour la première fois la porte d’un concert de musique classique. Alors elle intègre une pièce romantique à ses concerts, puis deux… Bientôt, elle se met à dévorer cette musique et à rêver d’un spectacle pour présenter sa vision du romantisme.

Un seul en scène musical

Romantique oui, mais pas à l’eau de rose : dans son spectacle Claire Galo-Place présente la face sombre, sensuelle voire un peu délirante de ces compositeurs du XIXe siècle, ou plutôt des “invités” comme elle les nomme. “Ce que je propose au public, c’est de s’asseoir à la table de Schumann, Brahms, Paganini pour boire une bière”.
Avec son humour incisif, d’autant plus percutant qu’il contraste avec sa voix légère et sa silhouette

délicate, Claire Galo-Place présente un stand up qui tord le cou aux clichés sur la musique romantique et sur la harpe. Sur scène, des vies bien humaines s'entrecroisent en musique : celles des compositeurs mais aussi la sienne, car, loin de l’image de salon de l’instrument, l’existence d’une harpiste n’est pas toujours un long fleuve tranquille comme elle le raconte avec humour et sensibilité.
“Combien ça pèse ? Combien ça coûte ? Ce sont des questions que j’ai entendues 100 fois et auxquelles je réponds toujours avec joie, parce que je sais que les gens demandent ça simplement pour approcher de l’instrument qu’ils ont vu sur scène. Ce spectacle, c’est aussi un retour de tendresse pour toutes ces personnes-là.”

Le spectacle Vous avez dit romantique ?
Au Théâtre de l'Essaïon - Paris
Du 19 mai au 11 juin 2022

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam