Publicité

Cinco : l'album Sacrifices

Maxime Lopes Par Le vendredi, 04 février 2022 à 12:02 0

Dans Culturel

Le mystérieux Cinco aussi bon en rap muble qu'en drill, a su imposer ses codes musicaux dans cette nouvelle scène rap. Après ses mixtapes Told'Yall et ses projets remarqués The North Doesn't Forget et Preach Drill, le rappeur de Choisy-le-roi dévoile son premier album « Sacrifices ».

Cinco - Sacrifices

Comme à son habitude, l'artiste excèle dans son art, tout en s'essayant à d'autres sonorités et en y apportant sa fibre, toujours entouré de ses beatmakers de prédilection. Un cheminement qui se dessine à travers 15 titres, oscillants entre passages chantés et seize mesures bien kickés. Pour ce projet il a invité des artistes de renoms tels que Franglish, Josman, Tsew The Kid et Tiakola & Bné.

Cinco invite Franglish sur "BB", un titre qui mélange une vibe pop et urbaine dans un tube frais et parfait pour ce mois de Décembre. Les deux artistes combinent leurs styles et flows pour envoyer un hit entraînant qui allie le rap technique et les punchlines de Cinco aux mélodies plannantes et efficaces de Franglish.

Cinco - Ensemble (ft. Tsew The Kid) (Clip Officiel)

Parcours

“On est pas les mêmes, moi, je suis un martien”... Cette phrase prononcée par Lil Wayne dans Phone Home en 2008, Cinco l’a fait sienne dès son plus jeune âge, cultivant sa différence avant même de comprendre ce qu’elle signifie. Né à Paris dans le 14ème arrondissement en 1997, Cinco vit ses premières années à Grigny dans le 91. Mais c’est dans le 9-4 qu’il fait ses armes, à Jacques Cartier, une cité de Choisy-le-Roi qui fut le berceau d’une partie des membres de la Mafia K’1Fry, illustres grands du quartier. Dernier enfant d’une famille d’origine congolaise, Cinco est le seul de la fratrie à naître en France. Dès la naissance, il trouve le moyen de se démarquer. Le choc qui changera sa vie à tout jamais interviendra plus tard, lorsque la route du jeune garçon croise celle d’un ovni - lui aussi adepte de la singularité - nommé Lil Wayne. Influence majeure, l’impact qu’a le rappeur de la Nouvelle Orléans sur le Mc est brutal, la déflagration profonde. “Je suis tombé sur lui en regardant MTV Base chez un cousin. Il m’a donné envie d’être artiste. C’est son album, Carter 2 qui m’a tué. Je le découvre sur le tube Lollipop comme le grand public mais après j’ai tout rattrapé”.
Le traumatisme fut tel que le jeune garçon se surprend rapidement à écrire des textes en anglais pour “faire comme” Weezy. Là où ses collègues sont biberonnés aux hymnes du 9-4 et aux sons de rue, Cinco, lui, se prend de passion pour le rap US et tourne son regard vers l’ouest, outre-Atlantique.
Il a 10 ans à peine mais se distingue déjà de ses ainés. Pour lui, le rap n’est pas une partie de plaisir, c’est du sérieux. Sa passion prend le pas sur le football, son autre domaine de prédilection et sur la vie de rue : “J’étais un gros voleur, je vendais. J’étais grave dans les bagarres. Les embrouilles, c’était grave ma vie. Aujourd’hui même les mecs avec qui j’étais en embrouille, quand je traverse leur quartier, ils écoutent ma musique”. Alors il s’investit pleinement dans la musique, il fonde plusieurs groupes, rappe notamment avec Béné, le fils de Demon One et se forge une identité loin des codes classiques du rap. En 2017, les choses s’accélèrent pour celui qui se fait encore appeler Zgarman. Il sort Kubilai Khan, un titre en référence à un empereur chinois (petit-fils de Gengis Khan) véritable concentré des techniques du jeune rappeur, de ses gimmicks mais aussi de sa gestuelle.

La même année, Cinco rejoint Monstre Marin, le label de Gims. Le rappeur le reconnaît volontiers, au même titre que Booba dont la vision “à l’américaine” correspondait à la sienne, le Mc de la Sexion d’Assaut a eu une influence toute particulière sur sa musique : “Gims, sa musique elle m’a aidé. Sa folie sur ses punchlines, sa manière d’utiliser ses métaphores, il est fou”. L’aventure Monstre Marin tourne court mais Cinco rebondit et signe finalement sur le label Play Two. À l’instar de Lil Wayne, il se lance alors dans un cycle de production acharné et sort 5 mix-tapes en l’espace de quelques mois. Ainsi naît la série de tapes Told Y’all, une référence à un morceau de Weezy. Dessus, Cinco y affirme un peu plus son univers et fait étalage de sa créativité enchaînant les placements imprévisibles et les cassures dans le flow. Il s’y impose aussi aussi en chef de file du Mumble rap à la française (littéralement un rap marmonné) , complexifiant encore ses schémas de rimes. Il appelle ça le Pess, un flow à la fois laid back et recherché. Passionné par Game Of Thrones, il enchaîne par la suite avec TNDF, The North Doesn’t Forget, un titre emprunté à la devise des gens du Nord de Westeros - lieu de l’intrigue de la série - qui signifie que l’on n'oublie pas le mal que l’on nous a fait malgré le temps qui passe. Un titre sombre qui reflète les épreuves difficiles que traverse le rappeur à cette période : “J’étais bad triste. Il fallait que je me relève. J’ai appris 3 choses essentielles à se souvenir : qui était là quand tu étais dans la merde, qui t’as vesqui quand tu étais dedans et qui t’as mis dans la merde”. 2020 marquera un nouveau tournant dans la carrière et dans la vie du Mc.

Éloigné un temps du studio suite aux épreuves qu’il a traversées, Cinco reprend petit à petit goût à l’écriture. Il devient papa, un moteur essentiel pour retourner croiser le fer avec l’industrie : “C’est mon bébé qui m’a donné la force sinon, je ne sais même pas si j’aurais continué à faire de la musique”. Cinco a vu la médaille et son revers, il est pleinement conscient des sacrifices que représente une carrière dans le rap. C’est avec une gouaille revancharde qu’il compose ce 1er véritable album, le bien nommé “Sacrifices”. Dès l’intro, le ton est donné, Cinco est plus incisif que jamais mais toujours aussi imprédictible. De son propre aveu, cet album a été pour lui un terrain d’expérimentations sans précédent. Et le résultat est à l’image de l’artiste, unique. L’éventail de productions est large et Cinco s’adapte à chacun des univers. She Want It, Eat Da Pussy, le rappeur de Choisy assume cet amour pour le rap cainri. Il fait fi des codes, ne surfe que là où l’on ne l’attend pas. Le projet est aussi l’occasion pour lui de confronter sa versatilité à d’autres entités pour créer des formules inédites.

Avec Josman, la joute est mémorable, “c’est la bagarre”, confesse Cinco tandis qu’avec Tsew The Kid, c’est dans un registre beaucoup plus pop qu’il se distingue. Avec son flegme légendaire, Cinco se taille - presque malgré lui - une nouvelle stature, aux frontières de toutes ses influences. “Quand je passe un cap, c’est même pas en studio, c’est quand j’écris. C’est l’étape d’avant, la rencontre avec la prod”. Et des rencontres, il en provoque, qu’elles soient pleines de sincérité (Riley) ou empruntes d’un vécu qu’il met en rimes comme personne (Franklin Street). Sacrifices marque un nouveau départ pour le rappeur, un chapitre dans lequel il assume pleinement son ouverture à d’autres sonorités. Illustration parfait, BB, avec Franglish, une ballade sur laquelle Cinco endosse parfaitement le costume de gangster lover. Et chacun des titres est une aventure de la sorte. Des prods aux accents Blues sur Riley, aux nappes vaporeuses de Rue d’ATL, Cinco s’impose en artiste à part entière, prêt à conquérir un public plus large. À l’aube d’une nouvelle ère, le rappeur vient reprendre son dû à coups de rimes et de flows extraterrestres, objet rappant non-identifié mais irrésistible.

Cinco - BB feat Franglish (Clip Officiel)

Musique

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam