Publicité

Cheu-B : l'album WTSKL 2

Maxime Lopes Par Le vendredi, 01 octobre 2021 à 14:41 0

Dans Culturel

Cheu-B dévoile le volet 2 de son projet WTSKL.

« Mes mélodies font danser sans toplines » : affirme-t-il dès l’intro, un manifeste baptisé. En écu en or. Se passant des services de l’auto-tune, il impose un flow sans fioritures et malgré tout harmonieux. Ce nouvel album, Cheu-B le voulait à son image. Rien de surprenant : sa fanbase peut témoigner de l’authenticité de cet artiste qui refuse les faux-semblants. Mais ici, le rappeur souhaite creuser toutes ses sources d’inspiration et ses origines en épousant un air du temps qu’il sait devancer.

Aussi loin qu’il se souvienne, Cheu-B a toujours écouté de la musique. Le reggae et le zouglou, en particulier, adorés par sa mère et qui cultivent l’art de raconter des histoires, la pop, l’électro, le coupé-décalé. Dans la famille, on est mélomane et musicien. Et quand le jeune garçon se balade dans la rue, prend les transports pour aller jouer au foot, il ne se sépare jamais de ses écouteurs. Lesquels lui déversent dans les oreilles tout ce qui résonne aujourd’hui dans les morceaux du Cheu-B qu’il est devenu : Michael Jackson, DJ Arafat, Booba, Sexion d’Assaut... Très vite, il se retrouve à freestyler avec des copains du quartier, le XVIIème arrondissement parisien, des journées entières. Jamais il n’aurait pensé gagner un euro avec la musique, mais le groupe qu’il a formé, XV BarBar, puis le succès rencontré par la mixtapeWelcome to Skyland et son premier album Icône lui prouvent le contraire.
Car Cheu-B écrit, rappe comme il respire, et chante également. S’il puise son inspiration dans la scène trap d’Atlanta, il n’oublie jamais ses origines ivoiriennes. C’est l’un des premiers rappeurs de sa génération, celle de ceux nés à la veille du passage au XXIème siècle, à insuffler des mélodies dans son hip hop. En témoigne ce troisième projet, francophone mais néanmoins transcontinental. La langue est celle de Molière, certes un peu bousculée. La production taillée à l’américaine, vibrations californiennes de préférence, aux côtés de Kevin 2K, et les origines ivoiriennes de Cheu-B s’entendent en filigrane d’un disque pour lequel l’auteur voulait sortir de sa zone de confort. (Se) surprendre, imaginer ses morceaux en toute indépendance, qui lui plaisent à lui et non à la maison de disque, et à son public. Celui-ci est convoqué dès le titre, WTSKL 2 pour Welcome to Skyland 2, la Skylanderie étant l’un des surnoms donnés par Cheu-B à sa communauté de fans. Loin de jouer la carte de l’inaccessibilité, le rappeur échange avec ceux qui le suivent depuis longtemps et n’hésite pas à multiplier les clins d’œil.

On l’aura compris, la loyauté est cruciale dans la galaxie Cheu-B. Ainsi, au lieu de se perdre dans mille et une featurings, ou se contenter de rencontres éphémères en studio, il n’invite ici que les proches et des artistes dont il apprécie l’univers : Da Uzi, Leto, Kodesou son petit frère, Kepler. Dans son quartier, et pas que, il s’agit de se renvoyer la balle, avec enthousiasme et humilité. Leurs sonorités sont proches et, si Cheu-B se distingue autant par ses dreads que par sa vision pop du rap, l’amitié est un terreau créatif déterminant. Surtout pour un chanteur qui raconte ce qu’il est, ce qu’il entend et ce qu’il voit – lui qui « vit à cent pour cent ».

Ainsi, WTSKL 2 est un carnet de bord improvisé de la rue, des rêves et des désillusions, d’un quotidien bien tangible. On danse sur Santa Barbara et La calle est dans le club, on s’amuse sur Chouchou des nanas, on exorcise les démons sur Desperados, on délire sur 90’s Love, on se laisse porter par l’ADN oldschool d’un Gucci Bag, on revoit des instantanés de Pulp Fiction ou Kill Bill grâce à Tarantino, on capte le message engagé de Envoie l’bif (« c’est nous les enfants des gens qui se sont battus ») et l’hommage à Notorious B.I.G. sur Big, on trippe sur le groove insidieux de Trésor... Cheu-B fonctionne à l’instinct, à l’intensité, et c’est pour cette raison que l’on ne peut résister à WTSKL 2: parce qu’il lui ressemble, reflétant son quotidien, ses origines et sa culture musicale. « J’apprécie la folie des gens », dit-il. Et nous, on apprécie la sienne, toute en nonchalance et en beats addictifs. À écouter très fort.

Cheu-B - Chouchou des nanas (Clip officiel)

Musique

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam