Publicité

Checler : le single Jérémy, sur le harcèlement scolaire

Maxime Lopes Par Le vendredi, 22 octobre 2021 à 16:09 0

Dans Culturel

Sur un beat qui prend aux tripes, Checler aborde un sujet plus que jamais d’actualité dans son nouveau titre « Jérémy » : le harcèlement scolaire.
Pas besoin de pectoraux lorsque les mots mettent K.O.

Checler - Jérémy

Checler grandit à la campagne, sous le soleil d'Aix-en-Provence. À sept ans il écrit déjà ses premiers textes, à neuf ans, il se met à la guitare. A 14 ans, il envoie ses premières maquettes à des maisons de disques et entre en contact avec le Directeur Artistique qui finira par le signer 10 ans plus tard sous son projet éponyme. Ado, il monte un groupe de rock et se rode sur scène pendant des années, à Marseille comme à Paris. Il écoute AC/DC, Led Zep, Metallica. Entre études musicales et projets artistiques en tous genres, il travaille dur, ne lâche rien. C’est en lui, pour lui, et il le sait. Un jour, on lui fait découvrir Hocus Pocus et Orelsan. Un nouveau déclic. Il intègre le conservatoire de Paris, ville où il écrit et compose aujourd'hui, tout en y enseignant la musique. Il y rencontre Eliott Sigg, jeune multi-instrumentiste et producteur de MAO (Musique assistée par ordinateur). Les deux décident de s’associer. Ils se cherchent et finissent par se trouver. Des mois et des mois à expérimenter loin de la lumière.

Introspection, constat lucide et sans concession, sourires en coin et cynisme contemporain, Checler chante sans mythomanie les états-d'âme d’une génération qui tâtonne, et qui cherche à s'offrir la liberté de quitter les sentiers battus. Les chansons de Checler sont paradoxales, intenses, elles arrachent leurs vêtements de parade pour mieux se livrer. Parfois ironiques, souvent mélancoliques, elles visitent l’âme humaine avec une précision chirurgicale, elles plongent au coeur de ce qui fait l’époque. Un miroir précis et insolent de sa réalité. Saisissant.

Quand on parle à Checler de ses textes naviguant entre ego sans filet et sourire assumé, de son arrogance, il rit, presque embarrassé. Et pourtant, cette arrogance-là est pour lui salvatrice. Elle le libère, elle fait de lui l’artiste qu’il est. On parle ici de cette insolence presque inconsciente qui lui permet, au moment d’écrire, de chanter, de jouer, de n’être que lui-même, malgré la peur, les doutes, les problèmes de communication. “La musique ça m’éclaircit, elle éclaircit qui je suis, elle me permet d’ordonner mes pensées. Elle me canalise, me permet de comprendre l’autre un peu mieux. Quand un morceau est terminé, ça m’aide à fluidifier mes idées. Je vois où je voulais en venir…”. Checler compose et chante pour se découvrir et s’accepter. Et enlacer enfin le monde, peut-être…

Checler est aussi un control freak qui confesse sans problème qu’il manque parfois de confiance en lui. C’est d’ailleurs cette fragilité assumée qui lui a permis d’écrire ces belles chansons qui naviguent en permanence entre autobiographie et extérieur. Checler est un timide qui va vers l’autre grâce à la musique. Pour effleurer le meilleur, Checler a peut-être besoin de valser avec le pire. L’humanité, il veut la regarder droit dans les yeux.

Un nouvel EP est en préparation et devrait sortir en janvier 2022.

Checler - Jérémy (Clip Live)

Musique

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam