Publicité

Charlie Pâle présente l'EP Je vais où ?

Maxime Lopes Par Le jeudi, 07 avril 2022 à 07:17 0

Dans Culturel

Charlie Pâle, artiste de 24 ans qui choisit de casser les codes pour mieux s’épanouir. Originaire de Nantes, le chanteur dévoile son premier EP Je vais où ?

Charlie Pâle

Interview

Pouvez-vous nous présenter l'EP Je vais où ?
Mon EP « Je vais où ? » est composé de 5 titres où j’ai voulu décrire le doute, la solitude, la peur de ne pas savoir qui j’étais, où j’allais.
Écrire une période compliquée qu’a été mon adolescence.
Une période de construction qui a été difficile pour moi.

Comment avez-vous souhaité aborder votre transition de genre dans cet EP ?
Les chansons de mon EP, je les ai écrites il y a 3 ans. Je ne savais pas encore que j’étais un homme. Enfin, en tout cas pas consciemment, j’étais dans le déni.
Je savais qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas mais je n’arrivais pas à savoir quoi.
Mes chansons parlent du doute, de ne pas trouver sa place, de ne pas savoir où aller et de façon inconsciente ma transition en fait partie. Mais je m’en rends compte aujourd’hui.

Cette thématique est-elle selon vous correctement abordée dans la société ?
On parle de plus en plus de la transidentité et c’est important mais il faut en parler correctement.
Le problème, c’est qu’on donne la parole à des personnes non concernées.
On ne nous laisse pas la place, pas la parole.
On nous infantilise, on est pathologisé.
Il n’y a qu’à voir que c'est la galère pour faire une transition sociale ou médicale ou les deux.
Écoutez-nous et respectez-nous !

Faites-vous un travail particulier sur votre voix pour chanter, avec par exemple des entraînements ou coaching ?
Alors les premiers mois suivant le début de mon traitement hormonale, je suis allé voir une orthophoniste une fois par semaine pour qu’elle me donne des conseils et exercices pour accompagner ma voix dans sa transition et mieux gérer ma mue.
J’ai ensuite travaillé tous les jours, alternant entre échauffement vocal, exercice de respiration et chant.  
Maintenant, à bientôt 1 an sous testostérone, je n’y vais plus et j’ai moins besoin de travailler ma voix tous les jours.
Je suis beaucoup plus apaisé face à ça.

Pourquoi avoir voulu réaliser une version acoustique du titre Dans tes yeux ?
J’ai commencé à écrire mes premiers morceaux à la guitare, puis c’est avec elle que j’ai débuté les premières parties seul.
La version acoustique de « Dans tes yeux » sonne comme un clin d'œil.

Souhaitez-vous nous parler des enregistrements en studio ?
C’est vraiment magique ce qu’il s’y passe.
J’arrive avec une chanson que j’ai écrite à la guitare ou au piano, parfois Raphaël d’Hervez compose une instru et puis petit à petit la chanson prend forme.
Et à la fin de la journée, on passe d’une maquette à une chanson.
Raphaël d’Hervez et moi c’est un coup de foudre amical et professionnel, c’est une chance pour moi d’avoir fait sa rencontre et d'apprendre de son expérience.
Et notre complicité se ressent dans la création.
Maintenant nous travaillons presque en télépathie aha.  

Parlez-nous du titre Je vais où et de son clip...
« Je vais où ? » est mon premier morceau sorti. J’y parle de mes doutes, d’où j’en suis, de ce qui m’attend, de la difficulté à se trouver… Dans cette déambulation pop, le pas léger mais l’esprit encombré, je cherche à savoir quel est le bon chemin à emprunter vers l’épanouissement.
Le clip de « Je vais où ? » raconte mon retour dans ce lieu symbolique de ma construction : le lycée de mon adolescence. J’y dépose des objets comme symbole d’un poids dont je m’émancipe. À travers cette déambulation nocturne, je m’épanouis et je décide d’accepter mon passé pour pouvoir prendre en main mon avenir.

Avez-vous une anecdote à nous raconter sur votre EP ?
Mon EP a été enregistré deux fois.
Une fois avec mon ancienne voix, mon ancien moi. Et ensuite avec mon nouveau moi et ma voix en travaux.

Est-ce qu'il y a un artiste avec qui vous aimeriez collaborer sur un titre ?
Mon rêve aurait été de collaborer avec FAUVE.
Je dirais Hoshi, Eddy de Pretto, Terrenoire.

Comment vous sentez-vous actuellement concernant votre évolution personnelle et en quoi la musique vous a-t-elle aidé ?
Il me reste encore beaucoup d’étapes sur ma route pour être pleinement épanoui mais je mesure le chemin parcouru et je suis fier de moi de ne pas avoir lâché jusqu’à aujourd’hui et fier d’être qui je suis et d’avoir écouté ce qui était bon pour moi et pas continuer de devenir celui qu’on voulait que je sois.  
C’est plus facile de parler de ce que je ressens et de raconter mon histoire en chanson.
La musique a été un moyen d’extérioriser mes pensées, mes émotions que je n’arrive pas à évacuer autrement.
C’est un moyen de m’affirmer et de prendre confiance en moi.

En quoi est-ce important de tatouer les dates importantes de votre transition sur votre corps ?
Parce que c’est des dates importantes de mon histoire, de mon combat que je veux graver à jamais sur ma peau pour me rappeler que je m’en suis sorti.

Espérez-vous pouvoir présenter votre EP sur scène et que représente-elle pour vous ?
Oui j’ai hâte de pouvoir défendre mon projet sur scène, faire plein de concerts parce que c’est un endroit où je me sens libre et dans mon élément.
Être sur scène me procure tellement de bonheur, je sais que c’est là où est ma place.
L’interaction avec le public, l’énergie partagée, c’est incroyable.

On se donne rendez-vous l'année prochaine pour les Victoires de la musique ? Vous penserez à nous avec votre trophée d'interprète masculin de l’année ?
Aha ça serait incroyable !
Je suis persuadé que ça arrivera, je le sens au plus profond de moi même si je ne sais pas encore quand. J’y crois tellement !
Gagner une victoire de la musique en révélation masculine de l’année, ça veut dire beaucoup pour moi.
Alors bien sûr si ça arrive je penserais à vous.
J’espère qu’on aura l’occasion d’en reparler dans quelques années aha.

Que souhaitez-vous dire pour terminer ?
Mon EP est disponible sur toutes les plateformes alors venez découvrir mon projet
Je veux aussi envoyer plein d’amour et de force à tous mes adelphes.
Soyez fier.e.s d’être qui vous êtes.
Vous êtes magnifiques !
Et merci à vous de m’avoir laissé la parole.

Merci à Charlie Pâle d'avoir répondu à notre interview !

Charlie Pâle - Je vais où ? (Clip Officiel)

Rencontre

Enveloppé dans son hoodie orange ; jean-baskets : on croirait voir débarquer un version 2021 de Justin Bieber. Même si le parcours de Charlie ne fut pas celui d’un enfant-star : lassé par la scolarité, l’élève nantais quitte le lycée avant le bac pour bosser en intérim. Alors il scanne des colis, assemble des pièces autos à la chaîne. [Avant Charlie Pâle : la case Charlie Chaplin.]

J’passe ma soirée à regarder par la fenêtre
j’reste isolé
mais non je fais pas la tête
je traverse un monde qui nous entoure.

Sauf que notre ouvrier trouve un moyen de s’évader.
Dans les mots de Charlie, ça paraît simple : « J’ai toujours chanté et tout ça... »
Il apprend la guitare en 3 mois : « Pour pas perdre la tête, parce que je me suis retrouvé seul d’un coup. Et je me suis mis à écrire des chansons pour me libérer de mes émotions négatives. »
- Comment tu crées ces chansons ?
- Je cherche des accords qui me plaisent sur la guitare, et je me laisse inspirer. J’écris beaucoup de textes sur mon iPhone. Certains se transforment en paroles.
La suite est simple, elle aussi : des concours de jeunes talents remportés, des résidences de création, et LA rencontre avec le prod prodige Raphaël d’Hervez (Pongo, Ramó, Lenparrot, Moi, Pégase), décrite par Charlie comme « un coup de foudre immédiat. Artistique... mais surtout humain ».
Des titres puissants jaillissent, qui racontent la jeunesse, l’amour, la vie en général.
Beats électro / grâce contemporaine : chair de poule immédiate.
Mi-chantés, mi-slammés, les refrains distillent une pop addictive.

Renaissance

C’est un garçon pas comme les autres.
Qui a trouvé la force d’aller vers son vrai lui : « Le 18 avril, c’est mon anniversaire. Le 24, ma première injection de testo. J’aimerais qu’on fête les deux dates : ma naissance et ma renaissance. »

J'ai cru longtemps savoir qui j'étais vraiment
Je me suis oublié maintenant je le ressens
J'ai tout à déconstruire et tout à reconstruire
Depuis ma naissance on a décidé pour moi
Qui je pouvais être, surtout ne pas être

Sur Insta, le public de Charlie suit l’évolution intime & artistique de sa transition.
Les accords eux aussi se transposent : un grain de voix, de nouvelles résonances.

- C’est important pour toi de parler de cette identité trans ?
- Oui et non. Oui – parce que je développe mon projet musical en même temps que ma
transition. Donc forcément c’est lié. Non – parce que ce n’est qu’un moment de mon chemin.
Je suis un homme trans et j’en suis fier, mais je suis un homme avant tout.

Ainsi (re)naît Charlie Pâle.

Charlie – parce que depuis tout petit, il a « toujours voulu s’appeler Charlie ».
Pâle – pour son visage blême où l’enfance se devine encore ?

Une chose est sûre : le nom de scène devient un nom de vie.

Demain...

Même s’il a grandi dans le vignoble nantais, Charlie préfère la bière au vin ... et ne pense qu’à quitter Nantes pour embrasser Paris. En attendant, il pointe à l’usine, mate une millième fois la saga Harry Potter et binge-watch la saison 3 de Sex Education, « une série inclusive, ouverte d’esprit, parlant avec justesse du genre, sans dramatiser la sexualité. »
Puis surtout il fait de la musique. Travaille sa voix. Fignole son premier EP, sculpte mille titres dans sa tête, « parce qu’avec la scène, le studio est le plus bel endroit du monde. »
Charlie a 24 ans. Des tatouages viendront bientôt graver sur ses bras ses dates fondatrices.
Pour l’heure il oublie le présent, rêve au futur et « même si ça fait hyper peur de pas savoir exactement où on va », on n’est pas très inquiets pour lui : Charlie sait où il va.
Vers de grandes scènes.
Vers de grandes aventures.
Vers beaucoup, beaucoup d’émotion.

Musique interview

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam