Publicité

Bruno Karnel : le single En ti solo annonce un EP

Pour promouvoir la sortie de son nouvel EP auto-produit prévu pour le second trimestre 2019, Bruno Karnel souhaite réaliser un clip, sur le morceau titre du projet, En ti solo. Découvrez le dès maintenant.

Bruno Karnel (crédit Jen photographies)

Crédit : Jen photos

Pouvez-vous nous parler de votre single En ti solo et pourquoi avoir voulu rendre un hommage au poète César Vallejo ?
Je suis passionné par le Pérou et la poésie de Vallejo, qui est un peu poète national, me touche beaucoup. Lorsque j'ai lu les Poèmes humains, j'ai eu l'idée d'adapter "Confianza en el anteojo", c'était évident que c'était le texte idéal. D'abord parce qu'il a quelque chose qui pourrait s'apparenter à un refrain, et ensuite parce que le sujet, la solitude et le fait qu'il faille avant tout compter sur soi-même, m'intéresse. 

César Vallejo est péruvien, vous vous inspirez également de l'écrivain Jacques Lacarrière connu pour ses récits de voyages ; en quoi cette thématique est importante pour vous ?
Je voyage beaucoup. Découvrir de nouveaux endroits, de nouvelles façons de vivre, de nouvelles langues, c'est presque une drogue pour moi ! La musique permet de retranscrire les impressions et les émotions laissées par ces différents voyages. 

Vous souhaitez réaliser un clip sur ce titre, comment l'imaginez-vous et comment allez-vous travailler avec le réalisateur Valentin Ponot ?
Je connais Valentin depuis quelques années maintenant, et j'apprécie beaucoup son travail. Son clip pour Frero, de Incompris, m'avait impressionné alors, lorsque j'ai envisagé de faire un clip sur le prochain titre, j'ai tout de suite pensé à lui. Le morceau lui a plu et il a trouvé tout de suite des idées qui ne m'auraient même pas effleuré. 

Le collectif Burn Crew Concept figurera parmi les artistes présents dans le clip, qu'est ce qui vous a attiré pour faire appel à eux ?
C'est Valentin qui les a contacté. C'est un collectif d'artistes très professionnel et impressionnant. Notre idée est de faire appel à un jongleur de feu, qui représenterait en quelque sorte le protagoniste du poème, face à sa solitude. Nous ne voulions pas faire un truc morne, statique, dépressif, car la structure de la chanson va de l'ombre à la lumière. 

En quoi votre financement participatif va-il vous aider ?
Valentin et moi sommes tous les deux des artistes indépendants, sans appui de quelque structure que ce soit. Et comme nous ne voulions pas faire un clip "cheap", nous avons décidé de nous donner les moyens de réaliser quelque chose qui nous convienne, en limitant au maximum les frais. Nous avons prévu 600 euros, ce qui peut paraître une somme ridicule pour une production de label, mais pour nous, c'est beaucoup. Nous sommes aujourd'hui à plus de 400, les gens ont été très généreux et nous ont fait confiance, c'est génial !

Vous pouvez soutenir le clip En ti solo de Bruno Karnel sur Ulule.

 

Le single En ti solo annonce un EP pour cette année, peut-on en savoir plus à son sujet ?
Il y aura cinq titres En ti solo, Vies antérieures, Wétaye, Aguilas en Paris (un instrumental) et Visites. Le thème général est la solitude et l'introspection, mais ce n'est pas de la musique dépressive : il y a des moments sombres, mais aussi de nombreuses taches de couleur apportées par des instruments acoustiques et folkloriques, en plus des guitares/claviers/batterie plus traditionnellement "rock".

Ce sera le dernier EP d'une série de 4 opus lancés en 2017. Qu'est ce qui vous a poussé à créer ainsi une succession ?
Au départ, j'avais écrit un album complet, et je voulais accompagner les 4 titres principaux de cet album par quelques morceaux du même genre, présentant ainsi une facette différente de mon travail : mandoline et domra sur le 1er EP, charango sur les 2 suivants et une sorte de synthèse sur le 4ème. Finalement, ces EP (que j'ai appelés des "Satellites") m'ont tellement occupé que j'en ai abandonné l'idée de l'album pour me consacrer entièrement à eux. Les réactions à ces "Satellites" ont été très positives, ce qui m'a conforté dans l'idée de pousser le projet au bout.

Quelle importance accordez-vous à la partie instrumentale dans vos compositions et quel est votre instrument préféré ?
En général, je commence toujours par écrire la musique (sauf En ti solo, évidemment), et là, pour les "Satellites", j'ai vraiment essayé d'utiliser les instruments folkloriques comme base de ces chansons, au lieu des guitares et autres instruments habituels. Je me suis pas mal gratté la tête par moments, mais le résultat m'enchante et a plu à pas mal de monde ! Mon instrument préféré ? Peut-être le charango, cette petite guitare de la Cordillère des Andes ; en tout cas, c'est celui que je travaille le plus. 

En quoi est-ce important de proposer quelque chose de différent au public dans votre musique ?
Oui, je trouve qu'utiliser les mêmes recettes est très ennuyeux. J'essaie de me surprendre moi-même et, si c'est le cas, le public sera surpris aussi... parfois même déstabilisé !

Aura-on l'occasion de vous retrouver en concert dans les prochains mois ?
Il n'y a pas de concert planifié pour l'instant (à part ce soir, à Coulommiers !), car j'ai été très occupé à finaliser tout cela. La question, maintenant, sera de trouver comment restituer tous ces arrangements en live sans faire appel à 7 ou 8 musiciens...

Que souhaitez-vous dire pour terminer et qu'espérez-vous pour l'année 2019 ?
Tout d'abord, je souhaite vous remercier pour votre intérêt. Ensuite, à titre personnel, j'espère évidemment que l'EP et le clip rencontreront de l'intérêt. J'ai encore pas mal de projets sur le feu, dont certains seront très surprenants ! 2019 s'annonce déjà comme une année bien remplie !

Merci à Bruno Karnel d'avoir répondu à notre interview !
Retrouvez le également sur Facebook.

interview Musique

Corneille : le single Le chant des cygnes Corneille : le single Le chant des cygnes
Le 15 Février prochain sortira le nouvel album de Corneille Parce qu’on aime. Actuellem...
  Collectif 13 : l'album Chant libre
Collectif 13 dévoile l'album Chant libre, avec des membres de TRYO, LA RUE KETANOU, MASSI...
Collectif 13 : l'album Chant libre

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire