Publicité

Bruit : l'album The Machine Is Burning And Now Everyone Knows It Could Happen Again

Rédaction Divertir Par Le vendredi, 02 avril 2021 à 14:27 0

Dans Culturel

Cinématographique, instrumental mais aussi conceptuel... Découvrez l'album The Machine Is Burning And Now Everyone Knows It Could Happen Again de Bruit ≤.

BRUIT ≤ naît de l’envie de ses membres de tourner le dos aux majors en renouant avec un processus de création sans contraintes. À ses origines, le projet BRUIT ≤ est un laboratoire sonore qui fait ses expériences en studio. Une recherche progressive qui tend sans cesse à repousser les limites des genres musicaux. BRUIT ≤ se traduit par des compositions instrumentales intenses où se mélangent post-rock, éléments électroniques et arrangements classiques. Après un premier EP, Monolith (Elusive Sound - 2018), des dates en compagnie de Shy Low, The Black Heart Rebellion, Endless Dive ou encore A Burial At Sea et un Dunk Festival, BRUIT ≤ annonce son premier album, The Machine Is Burning And Now Everyone Knows It Could Happen Again, pour le 02 Avril 2021.

Ce premier album est conçu comme un film sans images comprenant deux chapitres et illustrant l’inévitable recommencement des cercles vicieux autour desquels les civilisations humaines s’enroulent. Un conte philosophique mettant en scène une humanité dans sa chute et sa renaissance. The Machine Is Burning And Now Everyone Knows It Could Happen Again est une parenthèse musicale et poétique où chaque instant est une introduction à l’instant suivant. L’auditeur ne peut que très rarement se raccrocher à un thème ou une voix, il se laisse alors immerger dans des atmosphères impalpables permettant à l’imaginaire de créer les contours d’une histoire dont lui seul est le maître...

Le conte :
“Celui qui vendait du temps au temps a scié la branche sur laquelle il était assis puis l’arbre sur lequel était la branche. N’ayant plus d’ombre pour s’abriter, il était temps pour lui de faire face à la colère des autres ou de se confronter à la brûlure du soleil. Alors, dans les cendres de l’industrie encore fumante poussa le premier germe d’un nouveau grand arbre. Certains surent lire sur son écorce l’histoire du monde d’après. La patience repoussa les limites de l’imagination et l’humilité redonna au temps sa baguette de chef d’orchestre. L’histoire ne finissait jamais, et tout le monde mourrait d’en connaître le dénouement. Alors l’imagination repoussa les limites de l’intelligence et ils trouvèrent les moyens d’en savoir un peu plus sur la suite. Juste un peu plus. Ils construisirent alors l’industrie qui vendait du temps au temps. Leur chef, en symbole de pouvoir, grimpa au vieil arbre et s’assit sur sa plus haute branche. Alors l’histoire se répéta encore, assez lentement pour que les humains aient toujours la sensation d’avancer alors que du début à la fin ils tournaient en rond.”

Musique

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam