Publicité

Bordelophone : leur 1er album

Du boulot, de l’expérimentation sonore, des compositions et des concerts ont abouti à l’enregistrement d’un premier album. Un mélange explosif de groove et de rock instrumental, parfois à la limite du métal tout en conservant le coté improvisé du jazz… En bref, un joyeux bordel pouvant passer du calme à la tempête en un éclair ! Du jazz ? Du rock ? Non ! Du Groove rock au rendez-vous du 1er album de Bordelophone !

Bordelophone

Peut-on en savoir plus sur l'origine du nom Bordelophone ?
Comme beaucoup d’histoires de groupe, ça a commencé autour d’une bière… On cherchait un nom alors on s’est mis à essayer de définir notre musique, notre son. Est-ce qu’on fait du rock ? Du jazz ? Du métal ? L’un de nous a du dire une phrase du genre : « c’est trop le bordel » et voilà ! Bordelophone voyait le jour. C’est un nom assez représentatif du bordel d’influences qu’on retrouve dans notre musique.

Pouvez-vous nous présenter votre 1er album et son univers ?
C’est un album sur lequel on a beaucoup travaillé. Les compositions qu’on y retrouve sont très éclectiques, c’est sûrement du au fait qu’on ait tous joué chacun de notre coté pendant pas mal d’années avant de monter ce projet. On a rassemblé toutes nos influences perso dans cet album et ça a donné un univers qui nous est propre. L’instrumentation contribue beaucoup à l’originalité du groupe et les effets utilisés sont une partie importante de l’univers qu’on a créé sur ce premier album.

Comment travaillez-vous ensemble pour la composition des titres ?
L’un de nous viens en répète avec une idée, ou parfois la compo entièrement écrite et on trouve ensemble la façon de la jouer, l’arrangement. On jam beaucoup pour trouver la bonne combinaison de thèmes, la bonne structure ou encore les bons effets sonores…

Est-il possible d'en apprendre plus sur votre passage en studios ?
On a eu la chance d’obtenir une résidence à la maison des artistes de Chamonix. C’est une structure qui propose un super studio d’enregistrement et des conditions au top ! On y est resté cinq jours. Le boulot fournit en amont nous a permis d’être assez efficaces et d’aller vite. On a enregistré environ deux prises par morceau, gardé la meilleur et chacun a en suite retravaillé les petits détails qu’il voulait améliorer.

Parlez nous du morceau Jambon de Bruxelles, on s'en fout...
Ce morceau est né de la rencontre avec le chanteur Sanseverino. On lui a proposé de participer à l’album en posant sa voix sur un titre. On lui a envoyé une maquette et il a accroché sur « jambon de Bruxelles ». Il a en suite eu cette super idée de texte qui parle d’un groupe de rock à qui on propose une tournée foireuse dans les villes dont la saucisse est la spécialité. On est allé enregistrer le titre chez lui et le résultat nous a séduit ! C’était plutôt génial de partager ça avec Sanseverino dans la mesure où certains d’entre nous écoutaient ses discs au lycée !

A quoi correspondent les chiffres du titre 4 4 5 ?
Les chiffres 4 4 5 font référence à la métrique du morceau composé de deux mesures à 4 temps et d’une mesure à 5 temps.

Peut-on en savoir plus sur l'artwork de l'album ?
L’artwork a été réalisé par l’Abbé et Ralphon Pipon, deux illustrateurs basés sur Lyon. On a balancé comme ça l’idée d’un monstre fait d’instruments de musique qui ravage une ville façon KingKong et après plusieurs proposition de croquis, on s’est arrêtés sur la version définitive dont on est super fiers !

Dîtes nous en plus sur le clip de Delpez et son tournage...
On a tourné le clip dans la salle de concert du CREA, une association culturelle basée sur Alfortville dans le 94. L’idée était de donner un aspect live à la vidéo tout en collant avec le coté psyché qu’on peut retrouver dans ce titre. L’équipe de tournage qui s’est occupée de la réalisation du clip a très bien su cerner notre demande et le résultat est super !

Une indiscrétion à nous donner sur l'album ?
On l’a enregistré à poil !

Vous serez en concert le 27 octobre au Studio de l'Ermitage. Qu'attendez-vous de cette rencontre avec votre public et comment ressentez-vous ce moment d'échange ?
Ce concert marque l’aboutissement de plusieurs années de boulot, c’est un événement qu’on attend depuis longtemps. On est fiers de présenter ce premier album à notre public et on veut lui offrir un show d’enfer ! Le studio de l’Ermitage est un lieu qu’on aime beaucoup et qui saura laisser libre cours à la folie Bordelophonique !

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
On attend les parisiens en grand nombre le 22 novembre à l’Internationale, n’hésitez pas à partager l’info et notre musique !

Merci à Bordelophone d'avoir répondu à nos questions !
Suivez leur actualité sur Facebook.

Bordelophone - Delpez

Musique interview

Ulrich Forman : l'album Chapter III - A Perfect Storm Ulrich Forman : l'album Chapter III - A Perfect Storm
Pour marquer la sortie de son nouvel album le 2 novembre prochain, Ulrich Forman nous rév&egr...
  Kristina Bazan : l'EP EPHV1
Kristina Bazan présente son premier EP pop et élégant EPHV1.
Kristina Bazan : l'EP EPHV1

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire