Publicité

Bientôt un 2ème album pour Les Coureurs de Rempart

Rédaction Divertir Par Le mercredi, 06 mai 2020 à 19:14 0

Dans Culturel

Esprits libertaires aux aguets ! Ces coureurs-là ont foulé les pavés, brûlé frustrations et désespoirs, hissé pavillons noirs, enchaîné les luttes. Ils mélangent des chansons à textes inspirées sur du rap à énergie keupon. Accordéon, contrebasse, guitare et batterie en main, ils montent sur scène pour embarquer le public dans un joyeux bordel, le sourire aux lèvres et le poing en l’air.
Les coureurs de rempart préparent un deuxième album accompagné d'un spectacle.

Coureurs de rempart (crédit Florent Forestier)

crédit visuel : Florent Forestier

​Les Coureurs de Rempart sont venus faire pogoter les grands mères et chialer les keupons.

4 musiciens, 3 techniciens qui modernisent le rock français engagé des 90’s en y ajoutant leur patte.
Sur scène, ils mêlent discours politique et interludes allumées afin de donner corps à ce credo qui leur est cher : « Lucha y Fiesta ! ».

Interview avec Les coureurs de rempart

Qui se cache derrière Les Coureurs de Rempart et comment vous êtes-vous rencontrés ?
Dans Les Coureurs, on est 4 sur scène. Clara à l'accordéon, Django à la contrebasse, Antoine à la batterie et Aurel à la guitare et au chant lead. A la base, Antoine et Aurel se sont  rencontrés à la fac ya déjà 7 ans et ont commencé à jouer des reprises et des ébauches de chansons originales dans les rues de Grenoble. Petit à petit, ça a pris et Tim (ancien accordéoniste du groupe) et Django ont rejoint ce projet festif et militant. On a alors commencé à peaufiner nos compos et et on s'est lancé sur scène. Clara, c'est la p'tite dernière. Elle nous a rejoint pour la composition du nouvel album qui arrive… Nos idées libertaires nous soudent. Même si elle peuvent différer parfois, nous portons un message commun et nous le défendons sur scène et dans nos textes.
Après Les Coureurs c'est une grande famille, avec beaucoup de personnes qui participent ou ont participé à la création et au développement de ce projet. Des big up à Tim, Péji, Camille, Mike, Gauth, Lucie et tous les autres !

Pouvez-vous nous présenter le 2ème album que vous préparez ?
Ce 2ème album (dont on tait calmement le nom pour l'instant...) est le développement de notre univers qui a été esquissé dans Sous l'épave est la Rage sorti en 2018.
On veut approfondir la fusion de styles qu'on a entamé avec le groupe. La chanson s'éclipsera un peu plus derrière un mélange rock, rap tout en conservant une écriture poétique et engagée.
L'album qui arrive est plus sombre mais paradoxalement plein d'espérance, autant au niveau des textes que des instrumentales. On vacille souvent dans nos vies entre le fatalisme de la situation actuelle et la conviction qu'on va forcément vers quelque chose de mieux. Cet album ce sera ça, de l'énergie parfois violente et des envies fulgurantes de voir le ciel s'éclaircir.

Comment composez-vous et sur quoi mettrez vous l'accent sur cet opus ?
Dans notre précédent album, il y avait pas mal de chansons composées avant le création du groupe par Aurel. Là tout a été créé en collectif lors de longues sessions de répétition.
On a voulu accentuer la co-dépendance entre les paroles et les parties instrumentales pour que le chant et la zik soit indissociables et qu'ils se valorisent mutuellement.
Les paroles et les parties instrumentales ont été principalement composés en même temps dans ce nouvel album, ce qui favorise à fond cette synergie.

Souhaitez-vous nous parler de la partie instrumentale ?
Ça tabasse ! Sur les nouvelles compos, on veut foncer plus loin dans l'alliance de style chanson/rock/rap/punk. Une combinaison de genres qu'on kiffe bien. On essaye d'être plus subtil au niveau des arrangements mais c'est pour être plus bourrin lors des explosions décisives. La guitare, notamment, se frotte de plus en plus à la distorsion....
On continue d'apporter des influences différentes et on se teste à de nouveaux styles musicaux que l’on n'avait pas encore envisagé sur le 1er album. Ya des passages qui nous ont nous même surpris...

Peut-on en savoir plus sur le single La fièvre des Damnés ?
La Fièvre des Damnés, c'est la 1ère chanson de l'album qui a été finalisée. Création d'Antoine qui est à la mandoline dans cette compo. Cette chanson décrit bien l'ambiance textuelle du prochain album : fatalisme et espoir. Sur cette chanson là, on a creusé le folk qui, pour nous, appuyait parfaitement cette histoire métaphorique de fin du monde. C'est ce qu'on a voulu aussi montrer dans le clip acoustique qui l'illustre : une réalisation brut dans un décor délabré noyé dans une lumière blafarde. Cimer d'ailleurs Florent Forestier qui a réalisé, monté et étalonné cette vidéo !

Comment se passeront les enregistrements studio ?
On devait initialement enregistrer en avril... pour une sortie officielle d'album en octobre. Bon, situation pandémique oblige, on a dû décaler. On travaillera toujours avec Fred 'Brain' Monestier dans son studio à la Bobine (Grenoble) et on enregistrera du coup en octobre pour une sortie d'album en tout début 2021. Mine de, ça nous laisse le temps de tout peaufiner pour rendre le skeud encore plus stylé !

Pourquoi réalisez-vous un financement participatif ?
Les Coureurs, c'est un projet indépendant. On s'occupe du groupe nous-même et on enfile toutes les différentes casquettes à porter (diffusion, communication etc...). On avait suffisamment de sous de côté pour financer l'enregistrement, le mixage et le mastering mais le reste faisait défaut. Il nous manquait de l'argent pour la production du CD, la création de la nouvelle scénographie, le merchandising et le visuel (clips, graphismes etc...). On souhaite enrichir de plus en plus l'identité des Coureurs. Pour nous, cette partie devient essentielle pour approfondir l'univers du groupe et développer nos messages militants. C'est pourquoi on a créé ce financement participatif.

Peut-on en savoir plus sur le clip qui est prévu ?
Ça, on veut pas trop le dévoiler. On peut dire que plusieurs clips sont prévus, dans des styles de réalisation différents pour souligner la diversité de l'album...

Quel sera l'univers de l'album et selon vous en quoi est-ce important en musique ?
Militant, poétique et déterminé ! Dans la veine de Sous l'Epave est la Rage mais plus profond et plus chiadé. On a toujours énormément de choses à dire et de causes à défendre (les luttes internationalistes, féministes, anticapitalistes...) et on souhaitait l'exprimer dans un album imagé, qui raconte pas mal d'histoires de personnages pour rendre palpable la vie des incompris, des mutins et des sorcières.
Ces dernières années, on a traversé une période sombre politiquement. Beaucoup d’événements nous ont affecté. Ce nouvel album est un peu l'écho de tout ça. Il contient plus de détermination, plus de rage et vient puiser dans le désespoir pour trouver l'énergie d’inciter à un monde meilleur.

Une indiscrétion à nous donner sur votre deuxième album ?
Aurel : J'écris principalement par nécessité, et je suis assez peu productif on va dire... Là, cet album on a décidé de le lancer récemment... Été dernier... Ça a été d'la sueur et des larmes quand on m'a dit que tout devait être écrit pour Avril (initialement)... Mais putain ça valait le coup.

S'il y avait un objectif pour lequel il faudrait courir derrière un rempart, quel serait-il ?
Courir derrière un rempart, non. Mais sur un rempart, à fond ! Avec une foule vénère qui piétine et pogote pour bien fissurer les fondations.

Pas trop frustrant de devoir annuler une tournée ? D'ailleurs, souhaitez-vous nous partager un souvenir de concert ?
Bien sûr que c'est frustrant. On voulait faire de cette tournée une "avant-première" de l'album et présenter nos nouveaux morceaux. On va le prendre du bon côté, ça nous laisse pas mal de temps pour chiader notre nouvelle scéno qui enverra du bois !
Pour le souvenir, on pense à Makhno, notre licorne Gonflable. Elle a porté de nombreuses personnes sur une foule enragée. Elle portait le nom d'un révolutionnaire libertaire. Malheureusement, tout comme ce dernier, elle a rendu l'âme. On espère tout de même lui trouver un digne successeur pour les concerts à venir...

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
On change pas les bonnes habitudes : "Soyons solidaires et gardons la rage !"

Merci aux Coureurs de rempart d'avoir répondu à notre interview !
Retrovuez les également sur Facebook.

Les Coureurs de Rempart - La Fièvre des Damnés (session acoustique)

Inscrivez-vous à la newsletter de Divertir !

Recevez gratuitement chaque mois l'actualité culturelle sur votre boite e-mail.

Désinscription possible à tout moment en 1 clic. Vos données ne sont pas cédées ou revendues.

Cliquez ici pour vous inscrire maintenant !

interview Musique

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam