Publicité

Bernard-Henri Lévy : le livre Sur la route des hommes sans nom

Bernard-Henri Lévy dévoile son livre Sur la route des hommes sans nom.

Bernard-Henri Lévy - Sur la route des hommes sans nom

Au début de l’année dernière, janvier 2020, Paris-Match, associé à d’autres grands journaux étrangers, a commandé à Bernard-Henri Lévy une série de 8 reportages dans la tradition de Joseph Kessel, Graham Greene, Ernest Hemingway ou Romain Gary.

Ce livre rassemble ces reportages qui conduisent le lecteur dans le Nigeria de Boko-Haram, aux Kurdistan d’Irak et de Syrie, sur la ligne de front où s’affrontent Russes et Ukrainiens, dans la Somalie livrée à l’illégalisme et aux bandes islamistes, au cœur du Bangladesh martyr, dans les camps de la misère de Lesbos, dans l’Afghanistan en train de retomber sous la coupe des Talibans et, encore, en Libye. 

Mais le livre s’ouvre sur un autre texte, de longueur équivalente, intitulé « Ce que je crois » et où il explique ce qui conduit un philosophe à aller, au bout du monde, témoigner pour des guerres oubliées  ou ignorées ; ce qui, des rêves internationalistes de ses aînés, lui semble encore valable et digne d’être prolongé  ; et comment le goût de l’aventure, dans la tradition – pêle-mêle – de Cendrars, Byron à Missolonghi ou, bien sûr, Malraux, l’anime depuis sa jeunesse.

Qu’est-ce que le genre humain ? Son unité est-elle menacée  par la montée des souverainismes et des égoïsmes ? Qu’en est-il de l’idéal de fraternité ? Pourquoi aller si loin pour illustrer cet idéal quand il y a de la misère au coin de votre rue ? La guerre est-elle aimable ? Pourquoi Don Quichotte est-il ridicule ? Que dit Achille ? Hector ? Qu’est-ce que la grandeur ? L’héroïsme ? Et pourquoi prend-on, quand on est un écrivain nanti, le risque de mort ? Telles sont quelques-unes des autres questions que pose ce nouvel essai.

La deuxième partie du livre reprend 8 grands reportages qu'a réalisé Bernard-Henri Lévy pour Paris Match.

Avant propos

(extraits)

Des reportages...
La première pensée qui me vient, chaque fois, c'est celle de "l'universel reportage" et de l'opprobre dont le frappa le plus exigeant des poètes français. Car j'appartiens à une génération qui a vu en Stéphane Mallarmé, poète aristocrate foudroyant toute la prose du siècle venir, l'un de ses maîtres incandescents.

L'idée de faire servir la langue à un autre usage que littéraire, l'idée qu'elle puisse sortir de l'espace pur, irrespirable, où « rien n'a lieu que le lieu » et que Mallarmé assignait au fameux « Livre », l'idée d'une littérature du réel, épousant le réel et allant modestement, comme chez Monsieur Vers, à sa rencontre - cette idée n'allait pas de soi et faisait injure à la haute image que nous nous faisions de l'usage des mots.

La trivialité des choses, l'humilité de leur observation, le voyage aux quatre coins du monde et dans ses confins les plus inhospitaliers, la quête, à la longue épuisette, du concret, le vrai, celui des noms et des visages, pas celui qui triomphe aujourd'hui dans ses fantômes digitaux et ses data, l'entreprise qui consiste à aller saisir, à leur pointe de flamme, les guerres quand elles sont confuses, les souffrances quand elles sont impardonnables et les fugitifs détails témoignant d'un destin promis à l'insignifiance, bref, le simple, le banal et le laid aujourd'hui de l'événement à peine sensible, nous laissions cela aux publicistes.

Quelles autres réquisitions m'a-t-il fallu, et me faut-il encore, pour que j'aie, très vite, et toute ma vie, écrit des reportages ?
Et par quoi ai-je été habité pour heurter ainsi, en moi-même, les recommandations de ceux qui me voulaient venu au monde pour y mener une vie de parole et de pensée ?
C'est une question que je ne me suis jamais clairement posée. Et je veux la poser ici, au seuil de ces textes nés dans Paris Match, ce beau magazine qui est aussi celui, par excellence, du gros tirage, du grand commerce, du spectaculaire triomphant et, donc, de l'universel reportage.

Livres

Le film Le Lapin, la Femme et le Scanner des Inséparables Piou Piou Le film Le Lapin, la Femme et le Scanner des Inséparables Piou Piou
Le Lapin, la Femme et le Scanner est un projet de court métrage, mêlant en partie com&e...
  Le documentaire Indiana Jones : à la recherche de l'âge d'or perdu
Le 16 septembre 1981 sortait en France "Les aventuriers de l'arche perdue", film de St...

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (1)

Findumonde
  • 1. Findumonde | mardi, 18 mai 2021
Voir l'enquête blast info Bhl/Qatar
Que ce co**** rende les 10 millions du Qatar
Corruption !

[Edit CM: commentaire modéré car il contenait des propos contraire aux CGU]

Ajouter un commentaire