Publicité

Bel Air de Forro : l'album Sertão do Mar

Découvrez le nouvel album virevoltant du trio franco-brésilien Bel Air de Forro : Sertão do Mar.

Bel Air de Forro cover Sertao do mar

Entre le ici et le là-bas, SERTÃO DO MAR est ce lieu imaginaire où les cultures invisibles s’invitent sur une piste de danse de terre battue éclairée par la lune.

Dans la continuité du premier album, ce second volet Sertão do Mar continue de faire danser les foules sur le forró, danse des bals populaires brésiliens, dont la fièvre des nuits chaloupées continuent de gagner le continent européen. Ce nouvel opus embarque l’auditeur dans un voyage vers les racines les plus profondes du Nordeste brésilien. Un voyage qui ne se contente pas seulement de citations de rythmes traditionnels (l’Aboio, Cavalomarinho) mais qui va jusqu’à la rencontre avec l’un des « maîtres » les plus respectés de la région, le chanteur Maciel Salustiano.

L’éclectisme est une autre des caractéristiques de l’album Sertão do Mar.

Mariana Caetano, Yann Le Corre et Marcelo Costa sont sans cesse à la recherche de leur propre univers sonore dans leurs compositions en créant des ponts entre le forró-chanson de la moitié du siècle dernier, des rythmes traditionnels plus simples (basées sur le duo chant/percussions) ainsi que des morceaux/citations d’une musique harmoniquement plus riche et moderne. Tu veux du rythme, en voilà !

Bel Air de Forro crée sa propre musique, élargissant les frontières, qui se veut fédératrice et organique.

Vous découvrirez la force musicale de ce trio et sa capacité à vous embarquer sur les pistes de danses !

… e vam’bora dansar ate o dia clarear...

Interview avec Bel Air de Forro

Pouvez-vous nous présenter votre album Sertão do Mar et ses sources d'inspirations ?
Entre le ici et là-bas, Sertão Do Mar est ce lieu imaginaire où les cultures invisibles s’invitent sur une piste de danse de terre battue éclairée par la lune.
Nos sources d'inspiration sont ces peuples oubliés, ces hommes en mouvement à la recherche d'une terre, c'est cette quête éternelle de l'autre, de l'amour... C'est la diversité culturelle et la rencontre. C'est un album de belles rencontres musicales et humaines.

En quoi est-ce important pour vous que votre musique dépasse les frontières et qu'appréciez-vous dans la culture de la France et du Brésil ?
C'est important de dépasser les frontières pour pouvoir aller à la rencontre de l'autre. La musique élargit l'âme. Lorsque nous dépassons les frontières, nous sommes dans cet état de transe, lorsque notre corps ressent le rythme et que nous sommes ensemble, dans cette osmose, Bel Air et le public. Nous pouvons créer une ronde dans laquelle des personnes de différentes cultures se serrent la main et dansent avec le sourire aux lèvres. Quand cela se produit, je sais pourquoi j'ai traversé l'océan et décidé d'adopter la France comme mon pays de cœur.
Ce que j’apprécie au Brésil, c’est la richesse rythmique et musicale née de ce mélange entre les Indiens, les Noirs et les Blancs. La richesse culturelle est dans le mélange ! En France la culture est partout ! J'aime beaucoup découvrir son histoire grâce à l'architecture, chaque ville a une variété de saveurs, une chanson et certaines régions comme la Bretagne une musique traditionnelle qui se transforme et s'enrichit chaque jour. Ce sont deux pays très riches sur le plan culturel, la France et le Brésil, chacun avec ses particularités.

Comment composez-vous les titres entre vous et peut-on en savoir plus sur les enregistrements ?
La composition était ce qui manquait dans notre groupe. Nous avons réussi à installer ce dialogue entre les trois, un va et vient avec des mélodies, des textes, des idées, des rythmes. La création de chaque chanson venait d'une manière organique proposée par chacun et quand nous nous retrouvions nous faisions l'expérience ensemble et faisions évoluer la chanson où nous abandonnions certaines, et d'autres que nous laissions de côté pour plus tard...
L'enregistrement a été fait ensemble, en live, pendant dix jours dans un studio du sud de la Bretagne où nous avons respiré de la musique pendant tout notre séjour. Ce fut un moment de découverte des chansons, d'oser d'autres choses et de laisser l'esprit s'ouvrir à l'imprévu. Que du plaisir !

Peut-on en savoir plus sur la partie instrumentale ?
La musique instrumentale est toujours présente dans notre album et sur scène. Le forro est une musique pour accordéon, il peut comporter des chansons et des harmonies simples, mais comporte également de nombreuses compositions riches et très complexes. La musique Te cuida jacaré est une composition du maître d'accordéon Dominguinhos, où Yann a pu avoir sa place, être libre pour s'exprimer en apportant son univers personnel.

Quel souvenir gardez-vous de la participation de Maciel Salustiano sur le titre Machadeiro ?
Très généreux ! J'ai de nombreux souvenirs de Maciel Salu, des souvenirs de ma vie à Olinda et de mes soirées à danser le Maracatu, le Cavalo Marinho, Coco... dans l'espace culturel (Casa da Rabeca) de son père, le maître salustien. Machadeiro, la rabeca (le violon) me ramène à ces familles qui sont les gardiennes de la tradition, sont si généreuses qu'elles partagent et multiplient les connaissances culturelles... Enregistrer avec Maciel Salu, c'est ressentir toute la mémoire vivante du sertao du Nord-Est !

Sur quoi attachez-vous le plus d'importance dans vos titres ?
Chaque titre a son importance dans cet album, parfois par la mélodie, les paroles ou par les rencontres musicales qui ont rendu les chansons plus personnelles comme avec le maître des flûtes Carlos Malta, ou du trompettiste Brittany Youn Kamm. Mais dans cet album, Sertao do mar nous avons créé notre musique avec la volonté de réunir de manière organique ces deux univers distincts, la transe bretonne et les rythmes brésiliens. Peut-être était-ce notre ligne directrice dans nos recherches musicales.

Parlez nous du titre Elle danse...
C'est le morceau le plus réussi de ce mélange entre la culture bretonne et brésilienne. C'est une vraie symbiose, Yann le Corre et Youn Kamm apportent cette musique de transe bretonne et la percussion et la voix apportent le coco brésilien.
(Coco est une danse de ronde et de rythme de la région du nord-est du Brésil, avec des influences africaines et indiennes).
Elle danse parle de la terre. De l'homme qui joue avec la terre dans la paume de sa main. Ce sentiment de puissance et en même temps, si nous nous regardons de loin nous ne sommes qu'un grain de sable fin perdu dans l'immensité de l'univers... mais la terre est toujours la pour nous, elle danse !

Peut-on en savoir plus sur le visuel de la pochette de l'album Sertão do Mar ?
La photo d'Isabelle Vaillant est une histoire de "Retirantes" !
Cela reflétait les peuples oubliés, ce qui est directement lié aux "Retirantes nordestinos" que sont les sertanejos du nord-est qui, seuls ou plus couramment dans un groupe, ont émigré fuyant la sécheresse dans les année 50. Nous avons pris la photo dans une autre région oubliée et également très riche sur le plan culturel, avec une tradition vivante, forte et présente, qui est le centre-Bretagne. C’est l’image de la terre retournée, bouleversée, d’une seconde réflexion sur ces hommes en mouvement.

Des clips sont-ils prévus et comment les imaginez-vous ?
Oui, bien sûr, nous aimerions tourner un clip pour continuer à raconter, dans ce cas en images, cette histoire de « retirantes »...

En quoi la scène est-elle importante pour Bel Air de Forro et comment interagissez-vous avec le public en concerts ?
Bel Air existe principalement sur la scène et pour la scène ! Notre histoire est une rencontre sur scène. Nous trois, nous avons des parcours de vie est très différents, mais nous sommes liés par le plaisir de jouer pour le public. Nous aimons voir le public de tous les âges danser, sourire, jouer. Bel Air a beaucoup d'énergie sur scène, une complicité et un grand plaisir de partager ce moment unique qui est de produire une fête à chaque concert !

Avez-vous eu l'occasion de jouer vos compositions au Brésil et où aimeriez-vous donner un concert ?
Nous n'avons toujours pas eu l'occasion de traverser l'océan avec notre musique. Mais nous avons en projet avec Maciel Salu de nous revoir pour faire une grande "sambada" dans le nord-est du Brésil ! Ce serait bien de revenir à Olinda, cette ville qui nous inspire tant !

Merci au groupe Bel Air de Forro d'avoir répondu à nos questions !
Retrouvez le groupe sur Facebook.

Bel Air De Forro - Elle Danse

Concerts 2019

Mai
Sam       04           Festival Musicalies                                 Sologne                              (40)
Dim        19           La Péniche Spectacle                             Laille                                    (35)
Ven       24            Sortie officielle nouvel album Sertão do Mar
Sam       25           Festival Babel                                           Douarnenez                      (29)

Juin
Sam       08           Festival Brasil No Pé                              Nantes                                (44)

Juillet
Sam       06           Transat en Ville                                               Rennes                                                (35)
Ven       12           Guinguette Ephémère                               Toulouse                            (31)
Sam       13           Cartes sur Table                                           Gaillac                                 (81)
Lun        15           Festival Là ! C'est de la Musique          Avignon                              (84)

Août
Sam       03           Festival du Chant de Marin                       Paimpol                              (22)

Octobre
Sam       03           La Bellevilloise  Avenida Brasil                       Paris                                     (20ème)

Musique interview

Yvonne La Nuit : l'EP Bright Stars Yvonne La Nuit : l'EP Bright Stars
Yvonne La Nuit est une artiste à fleur de peau dont la voix pure et puissante nous immerge da...
  Les lauréats du concours Je filme le métier qui me plait 2019
Au Grand Rex Paris le 21 mai 2019, prés de 3000 jeunes se sont réunis à l&rsquo...
Les lauréats du concours Je filme le métier qui me plait 2019

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire