Publicité

Auguste Lécrivain prépare l'album Noir quart d'heure

Maxime Lopes Par Le lundi, 13 juin 2022 à 11:31 0

Dans Culturel

Auguste Lécrivain est guitariste autodidacte, chanteur et auteur-compositeur. Passionné de musique depuis toujours, il s'apprête à sortir l'album Noir quart d'heure.

Auguste Lécrivain

D'où vient votre passion pour la musique ?
Je suis le sixième et dernier enfant dans ma famille, tous mes frères et sœurs sont musiciens, ma mère a été prof d'éveil musical des années durant. Elle m'a initié très tôt au solfège, avant que je ne suive un cursus classique de chant et de baryton à l'académie. Je suis donc bercé de musique depuis toujours, et maintenant que je compose depuis plusieurs années, la création musicale m'accompagne tous les jours naturellement. Ma famille est assez pudique pour parler de ses émotions, la musique me sert donc à les extérioriser et à me challenger quotidiennement...

Pouvez-vous nous présenter votre album Noir quart d'heure et son univers ?
Réaliser un album est un rêve d'enfant. Un jour j'ai réalisé qu'il ne me manquait pas grand chose pour réaliser ce rêve étant donné que j'avais déjà écrit plus de 70 chansons et de quoi enregistrer plus que convenablement en home studio. En rassemblant mes chansons françaises préférées, j'ai réalisé que cela formait un album cohérent. Ces chansons sont d'une approche très brute (2-3 guitares, 1 basse, 1 batterie et surtout ma voix pour mettre les textes en avant) en réaction à la musique actuelle que je trouve très produite. Une phrase de la chanson "emmène-moi" dit d'ailleurs "allons là où personne n'est allé", car l'art c'est aussi défendre ce qu'on aime, ce qu'on est et oser aller à contre-courant !
Faire noir quart d'heure, c'est une expression typique de ma région natale. C'est le fait de grappiller les dernières lueurs du jour sans allumer les lumières (à la base pour économiser de l'électricité). On faisait souvent noir quart d'heure chez mes grands parents, et c'est un souvenir très puissant.

Comment composez-vous et quelles sont vos sources d'inspiration ?
Les textes sont souvent une petite idée qui germe et grandit depuis des mois. Une fois que l'idée est à maturité (ça prend parfois plusieurs années comme 3 jours) le texte vient s'intriquer à la composition.
La composition démarre d'accords de guitare sur lesquels je viens chantoner pour trouver les mélodies (on appelle ça la topline aussi).
Ayant conscience de mon biais/méthode d'écriture privilégiée, je fais régulièrement la démarche de commencer la création par une autre porte d'entrée. Par exemple la chanson "la rose et l'épine" j'ai commencé par écrire le texte avant même d'avoir la moindre mélodie.

Pourquoi souhaitez-vous évoquer vos racines sur cet opus ?
L'album est un hommage à feu mes grands pères. La première et la dernière chanson parlent de la mort avec un peu de tristesse et surtout beaucoup d'amour et de reconnaissance. La dernière chanson (intitulée "sous ton arbre" a été écrite très rapidement pour l'enterrement de "Papoum" avec qui on faisait noir quart d'heure. C'est une bossa nova (mon style musical préféré) dont le premier couplet est écrit en patois.

Quels sont vos choix sur le plan instrumental et qu'appréciez-vous dans la guitare ?
La guitare est le premier instrument que j'ai appris en autodidacte. Se retrouver autour d'un feu de camp et chanter ensemble, c'est des moments inoubliables. Je voulais que cet album soit brut et dans cette approche intimiste !

Parlez nous du titre Leave me...
Ce titre ne figure pas sur l'album noir quart d'heure. Il figurera sur le projet golden years qui est une ode au moment présent (c'est une nostalgie appliquée au présent).
J'exerce le métier de kinésithérapie, cette chanson parle de la douleur chronique, un sujet aussi omniprésent qu'incompris dans notre société. La kiné peut parfois être source d'inspiration musicale.

Souhaitez-vous nous parler des enregistrements en studio ?
J'ai déjà enregistré toutes les guitares et voix dans mon home studio. Il ne reste qu'à enregistrer la batterie, et cela se fera en studio car je n'ai pas le matériel adapté...

Pourquoi réalisez-vous un financement participatif ?
Ça me booste par rapport aux donateurs, ça me rapproche de mes fans, ça m'apporte énormément d'énergie positive, et c'est une formule très intéressante d'un point de vue financier car j'ai déjà énormément déboursé de ma poche et ce rythme n'est pas tenable 5 ans. Or j'ai encore 5 albums en projet... Si je me ruine ils ne verront pas le jour et c'est dommage... En grand idealiste, j'aimerais que l'art soit dépourvu de tout conflit d'intérêt, et le crowdfunding est la formule qui me semble s'en approcher le plus !

Que souhaitez-vous apporter au public avec l'album Noir quart d'heure ?
Un moment authentique, intime et simple. Les textes sont très imagés ce qui incite au voyage.

Quels sont vos choix sur l'univers visuel de l'album (artwork, clip...) ?
J'ai voulu me mettre en scène dans la nature car c'est là que je me sens le mieux (et en plus c'est à contre courant du fond vert). On a fait un shooting photo au crépuscule pour capter la lumière du noir quart d'heure.

Avez-vous une indiscrétion à nous raconter ?
La mélodie de la deuxième guitare m'est venue en tête comme par miracle alors que j'étais sur les toilettes.

Des concerts sont-ils prévus et que représente la scène et que représente-elle pour vous ?
La scène est trop grande pour moi, ce que je propose est trop intimiste pour me planter au dessus des autres au milieu de la scène. Je préfère être en comité restreint, c'est l'idéal pour vraiment transmettre ma musique. Je ne veux pas donner 1 concert chaque semaine, c'est un rythme fou et dépourvu de sens. Mes meilleurs concerts (et de très loin) sont ceux que je fais après 6 mois d'absence parce que j'ai une expérience nouvelle à partager.

Quels souvenirs gardez-vous de votre première partie du groupe Sharko ?
Un souvenir ambivalent. À la fois beaucoup d'excitation et de reconnaissance, mais aussi une remise en question de ce que je voulais faire. J'en suis venu après cet épisode à comprendre que je n'aime pas la foule, que je veux défendre cet album dans des concerts intimes.

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Les réponses foisonnent de toutes parts, il n'y a qu'à les cueillir !

Merci à Auguste Lécrivain d'avoir répondu à notre interview !

Auguste Lécrivain - Leave me

Musique interview Crowdfunding

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam