Publicité

Amonsha prépare son premier album

Rédaction Divertir Par Le dimanche, 12 avril 2020 à 16:08 0

Dans Culturel

Avec douceur et éclat, les deux chanteuses d’Amonsha portent le texte, se le lancent de l’une à l’autre. Bercés par la chanson française, les musiques traditionnelles et le jazz; les trois musiciens tissent textes, mélodies, rythmes et improvisations pour créer leur propre moyen d’expression.

Amonsha

Qui se cache derrière Amonsha et comment s'est formé le groupe ?
Amonsha c’est Alice Grolleron, Audrey Peral et Aurélien Viginier.
Alice est pianiste et chanteuse, elle débute un groupe de compositions appelé "Des airs de rien" avec des musiciens de sa ville à Angoulême et sort un CD en 2018. Ses chansons sont le fruit de l’influence de chacun, les textes sont en français. Elle aime expérimenter l’étrange alchimie qui s’opère quand différentes personnes mettent leur patte dans une même composition.
Audrey écrit des chansons dans sa chambre et les fait naître avec Amonsha. Elle aime les mots, la poésie, les livres et les histoires qui parlent des émotions qui traversent les êtres humains de cette planète. L'accordéon est devenu son compagnon et la suit dans la création de ses chansons.
Aurélien commence la musique par la guitare électrique en explorant le large répertoire des musiques actuelles amplifiées à travers différents projets et ses études au conservatoire. Puis son goût pour le jazz et notamment celui de la Nouvelle Orléans l'amène à commencer le banjo ténor et la contrebasse qu'il ne lâchera plus pour se consacrer à la chanson. Le groupe est né il y a bientôt deux ans d'une envie de mêler textes, mélodies et improvisation pour partager et faire vivre notre imaginaire. Nous nous sommes rencontrés lors d’une formation musicale à la fac du Mirail de Toulouse. Notre passion pour les musiques actuelles et les textes poétiques nous ont permit de donner naissance à ce projet.

Peut-on en savoir plus sur votre premier album et son univers ?
Ce premier album comportera huit compositions, qui ont évolué au cours de ces deux dernières années. L’univers musical est inspiré du rêve et des émotions, nos influences sont diverses : la chanson française, le jazz ou encore les musiques traditionnelles. Beaucoup de morceaux évoquent des images, on y parle de rencontre, de sensations, de rêve... c’est un peu une invitation au voyage.

Comment composez-vous et sur quoi attachez-vous de l'importance dans vos créations ?
Nous sommes deux à composer, Audrey et Alice.
Chacune amène le texte et la musique lors des répétitions, le squelette est donc déjà créé lorsqu’on arrange le morceau ensemble. Mais c’est un squelette flexible car des parties sont ensuite raccourcies ou rallongées.
On attache de l’importance à ce qu’on raconte mais aussi à la musique, les deux sont interdépendants. Nous essayons de façonner une forme musicale à chaque texte, pour nous rapprocher de ce qui lui correspond le mieux.
Lors de l’arrangement nous proposons tous les trois nos idées, on joue nos différentes propositions avant d’en choisir une pour ne pas tomber dans la théorie de « ce qui marche ou ne marche pas en général ». Nous laissons une place à l’expérimentation afin qu’il y ait la couleur de nos trois imaginaires sur chacune des compositions.

Que souhaitez-vous transmettre au public avec votre musique ?
Nous souhaitons partager des moments de vie, des émotions ou encore des rencontres qui nous ont marqué. Nos chansons parlent de l’autre ou bien de nous même, elles amènent l’auditeur à voyager dans différents lieux, à venir rencontrer notre imaginaire et à se laisser porter par des histoires de vie. Nous essayons d’être sincère dans notre écriture et lorsque nos chansons touchent les gens ou leur font voir des images, cela nous rend heureux.
Notre textes sont imagés, parfois réalistes, et laissent place à l’interprétation de chacun.

Est-il possible d'en apprendre plus sur la partie instrumentale ?
Oui bien sûr ! Petit à petit les rôles se sont définis de manière plus précise et en même temps c’est une recherche permanente. Alice a un rôle plutôt harmonique, Audrey apporte des mélodies et des ambiances à l’accordéon et au chant et Aurélien a un rôle rythmique et harmonique essayant de lier l’ensemble. Il n’y a pas si longtemps, nous jouions en quatuor avec un percussionniste, et nous avons a donc dû sculpter un nouveau son de groupe en trio. Cela nous a permit d’aller vers un son plus épuré qui laisse la place à chacun.

Souhaitez-vous nous parler des enregistrements en studio ?
Nous enregistrerons à Toulouse dans le studio L’alimentation géré par Thomas Juvé. Nous nous sommes rencontrés par le biais de l’association Topophone dans laquelle Aurélien et Alice ont travaillé.
Ce premier album comprendra huit morceaux, quatre compositions d’Alice et quatre d’Audrey.
Les parties instrumentales seront enregistrées en live. Audrey et Alice joueront dans la même pièce tandis qu’Aurélien sera isolé dans une cabine. Nous enregistrerons les voix dans un second temps. Nous souhaitons enrichir nos arrangements pour le studio en ajoutant des voix, des lignes de contrebasse pour mêler jeu d’archet et pizzicato, des sons d’ambiances, ou encore des sons de synthétiseurs.

En quoi le financement participatif que vous avez réalisé vous sera utile ?
Il nous est utile, voir déterminant, pour financer plusieurs étapes de l’album, pour atteindre les objectifs que nous nous sommes fixé, le premier étant d’aller en studio. Lorsqu’on a commencé à faire la somme des dépenses, on s’est vite rendu compte que sans aide on ne pourrait pas aller au bout de nos envies pour ce premier album. Nous avons donc opté pour cette solution.

Pourquoi l'autoproduction est-elle importante pour vous ?
Nous avons d’abord fait appel à notre réseau pour déléguer l’enregistrement, le mixage, le visuel de l’album et la réalisation du clip. On essaie de se tourner vers l'autoproduction quand c’est possible.
C’est important pour nous de pouvoir mettre en œuvre nos idées de manière autonome.
L’autoproduction est un cycle vertueux, on apprend à faire des choses, on économise de l’argent et on est plus réactif pour partager et publier de la matière.
Dernièrement, Aurélien a réalisé le clip de A l’ombre et mixe les enregistrements que l’on s’envoie pour travailler, à distance, sur nos chansons. C’est très pratique, surtout en cette période de confinement !

Un clip est-il prévu et comment l'imaginez-vous ?
Oui un clip est prévu sur une chanson qui s’appelle Nocturne et qui est inspirée d’un rêve d’Audrey. Nous avons choisi cette chanson car elle est imagée et un peu fantastique, nous l’imaginions bien accompagnée d’un visuel. Nous travaillerons avec Anaëlle Ravoux qui est sortie il y a deux ans d’une école de cinéma d’animation et qui est aussi une amie d’Alice. Le clip alliera prise de vue réelle et stop motion.
Pour le moment Annaelle a créé une animatique à partir de l’enregistrement que nous lui avions envoyé. Nous attendons avec impatience la suite de ses propositions.

Peut-on en savoir plus sur l'artwork de l'album créé par Emma Vakarelova ?
Alice et Emma ont déjà collaboré ensemble sur un autre album. Ici, ça se fera de la même manière, c’est à dire qu’on enverra nos morceaux à Emma et elle aura carte blanche pour faire ce qu’elle veut à partir de ce que la musique lui inspire. Elle fera deux dessins pour cet album, un sur la première face et un à l’intérieur. Pour les autres faces, elle créera des textures. Emma allie plusieurs techniques allant de l’aquarelle à la peinture sur vitre... Je vous invite d’ailleurs à aller faire un tour sur son site !

Qu'appréciez-vous dans la scène et aurez-vous l'occasion de faire des concerts dans les mois à venir ?
Les moments passés sur scène sont importants dans nos vies et dans celle des chansons.
Nous passons du temps à les créer et à arranger, le passage sur scène donne ainsi du sens à ce travail. C’est aussi le moyen, pour nous, de sortir les morceaux de notre petite bulle et de les partager aux autres. Nous pouvons ainsi avoir des retours, discuter avec le public, et vivre un vrai moment de partage.
Vu la situation actuelle, nos dates ont été annulées ou reportées. Mais nous recommencerons le démarchage à partir du mois de Septembre.

Merci à Amonsha d'avoir répondu à notre interview !
Retrouvez les également sur Facebook.

interview Musique

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam