Publicité

Alitsh prépare son 2ème EP Turbulence

Maxime Lopes Par Le lundi, 01 février 2021 à 16:02 0

Dans Culturel

Musicien, compositeur, arrangeur et producteur de bandes sonores ; Alitsh prépare l'EP Turbulence avec l'aide des internautes.

Alitsh - Turbulence

Qu'évoque la musique pour vous et que représente-elle ?
La musique a toujours été pour moi le moyen de me libérer de mes contraintes, de rêver, de m’imaginer dans des situations inconcevables. En écrivant chaque morceau j’imagine l’image qui va avec sous forme d’un clip. L’instrument est mon outil pour mettre tout ça en place. Plus précisément, la musique est mon monde et l’instrument est mon balai volant qui me permet de naviguer dans ce monde.

Pouvez-vous nous présenter le 2ème EP que vous préparez ?
Le 2ème EP, intitulé Turbulence, est constitué de 6 morceaux dont 5 instrumentaux et 1 avec des chœurs. Chaque morceau raconte une histoire. Les univers sont variés entre joie, rébellion, colère, amour, pessimisme et action. Les styles gravitent autour du rock, ambiant, oriental electro et musique de film. Quelques titres ont été composés sur des images de films déjà existants alors que d'autres sont issus de ma propre imagination. Chaque morceau est illustré par une vignette correspondante aux faits et à l'univers de la musique. En plus de Prince of Persia, le single sorti le 23 janvier, je vous dévoile aujourd'hui les vignettes de Back To Zero et d'Open Your Eyes.

Comment composez-vous et quelles sont vos inspirations ?
Tout démarre par une idée simple, que je laisse tourner en boucle et autour de laquelle je développe les lignes des autres instruments. Cette idée peut être un refrain ou un couplet ou une intro ou… La création démarre souvent avec une ligne de basse assez solide et réfléchie puisque je suis bassiste à la base. Mais rapidement sur quelques morceaux d’autres instruments peuvent prendre le dessus sur des passages précis voire sur l’intégralité du morceau. Je privilégie la finesse et la beauté de chaque passage sur la technique. Parfois je développe des lignes très dures et chargées techniquement que j'abandonne en fin de compte. Néanmoins, il y a toujours des passages techniques dans mes morceaux sur le plan des solos ainsi que sur les variations des temps. Je suis inspiré par plusieurs styles de musiques et d'artistes. Mon produit est justement le mélange de tout ce que j'écoute et que j'admire. Je suis principalement influencé par la musique de film et le rock progressif. Ces deux univers permettent justement d'avoir une infinité de choix et de possibilités vis à vis des couleurs et des sonorités. Je pourrais citer des génies comme Hans Zimmer, John Williams, Harry Gregson Williams, Dream Theater, Polyphia, Myrath...

Vous avez des origines égyptiennes, en quoi influencent-elles votre musique ?
La culture orientale d'une manière générale influence le côté mélancolique et lent dans ma musique. Même si parfois sur ces 2 aspects j'utilise des gammes occidentales, il reste toujours un côté qui renvoie à cette culture. Si on parle de la culture égyptienne spécifiquement, c'est là bas où j'ai vécu jusqu'à mes 22 ans, une durée riche en émotions, tournures, aventures et soutien indispensable de ma famille et de mes amis. La combinaison de ces éléments est à chaque fois présente dans ma musique. Au-delà du côté personnel, le peuple égyptien est connu par la solidarité, l'entraide et la gentillesse. Malgré la pauvreté, les guerres, les révolutions et toutes les autres situations difficiles, c'est un peuple qui résiste depuis des siècles. C'est justement un mélange de vécu et d'expérience qui me permet non seulement de créer de la musique mais aussi de gérer une vie entière qui tourne autour.

Souhaitez-vous nous parler de la partie instrumentale et pourquoi mélanger plusieurs univers (rock / métal / orchestral...) ?
Dès mon enfance, j'ai eu l'habitude d'écouter de la musique classique grâce à mon père. La musique pure a toujours été mon moyen de motivation et d'accompagnement à travers les moments difficiles, de joies et de tristesse... Je dois tout à la musique. J'ai récemment décidé de me lancer dans cette aventure en tant que compositeur afin d'être au service des chanteurs(euses) à la recherche de la musique pour leurs paroles et au service de la musique à l'image pour des films, publicitaires, documentaires...
Mélanger plusieurs styles est justement mon principe pour prouver que je peux varier les styles et créer de la musique qui s'adaptent à des univers différents. Cela me permettra de travailler avec et pour des artistes différents. J'adore la diversité et le fait de sortir de sa bulle en essayant tout le temps du nouveau.

Quelle place occupe la guitare dans votre univers et comment êtes-vous venu à cet instrument ?
J’ai appris à jouer le piano et le xylophone à l’âge de 6 ans, sauf qu’à cette époque jouer de la musique ne m'intéressait pas. J’ai donc arrêté à l'âge de 9 ans et ai bifurqué vers le sport. C’est à mes 17 ans que j’ai commencé à écouter la musique rock (Avenged Sevenfold, All American Rejects, The Used, Nickelback, My Chemical Romance…). Toujours un son m’attirait sans cesse, c’était la guitare électrique. Et c’est comme ça que mon amour à la pratique de la musique est revenu. J’ai donc démarré l’apprentissage de la guitare en 2008 et la basse en 2011.

Parlez nous du titre et du clip de The Bridge...
The Bridge, sorti en novembre 2020, est l'histoire de l'espoir après le désespoir, la lumière après l'obscurité, la persévérance et la volonté d'acier. Avec l'association Corssroad, on a décidé d'illustrer tout cela à travers un sport, la boxe, tout en racontant l'histoire avec des images simples qui parlent à tout le monde. The Bridge est également une expérience personnelle que je transmets à travers l'agressivité et l'énergie folle de la musique rock. On a tous connu des hauts et des bas dans nos vies. Mais parfois les bas peuvent nous casser à jamais. Ce morceau est donc dédié à tous ceux qui sont au fond et qui sont à la recherche d'un petit faisceau d'espoir.
The Bridge (le pont) est donc le moyen pour traverser de l'obscurité vers la lumière. Chasing lights / La poursuite de la lumière, le titre de l'EP, est donc une histoire à travers 5 morceaux instrumentaux qui commence par le désespoir et qui se termine par la victoire.

Aura-on l'occasion de vous écouter avec d'autres artistes sur votre projet ?
Oui, un morceau sur le prochain EP a été produit avec une artiste. D'autres singles en cours de préparation sortiront en fin d'année seront également le fruit de multiples collaborations.

Peut-on en savoir plus sur les enregistrements en studio ?
L'enregistrement est entièrement réalisé dans mon home studio qui grandit petit à petit. N'ayant pas assez d'espace ni l'acoustique nécessaire pour garantir le niveau de qualité requis sur les instruments acoustiques et sur les voix, je suis donc parfois obligé de passer en studio professionnel pour enregistrer ces derniers. Concernant le mixage et le mastering, ils sont entièrement réalisés par le talentueux Maxime Periat, le fondateur de MK Studio sur Rouen.

On a pu découvrir récemment le titre Prince of Persia, inspiré du célèbre film Disney. Qu'est ce qui vous a plu de vous intéresser à ce film ?
Sorti il y a 10 ans, ce film reste toujours sur ma liste des oeuvres Disney préférées. J'ai justement eu l'envie de produire un morceau instrumental rock oriental. J'ai donc fouillé dans ma liste et le choix a été vite fait. J'ai regardé le film plusieurs fois, j'ai écouté la bande son originale et enfin j'ai décidé de développer ma vision musicale sur quelques images du films dans le but de le résumer en 4 minutes. C'était un sacré challenge dont je suis fier.

Pourquoi réalisez-vous un financement participatif ?
J'ai hésité pendant une longue durée à lancer cette campagne. J'ai toujours considéré la musique comme ma passion principale et donc vient en seconde priorité après mon travail. Donc tous les financements ont été assurés à 100% avec mon argent dans le cadre du raisonnable.
L'objectif et la vision ont rapidement évolué depuis un an. Je vise désormais à devenir professionnel et pourquoi pas gagner ma vie grâce à la musique. Mais afin de réaliser cela, il me faut un minimum. Les EPs que je produit sont considérés comme ma vitrine à travers laquelle les clients et les professionnels pourront voir et évaluer mon travail. Afin de produire ma musique, c'est du temps énorme à passer, des outils digitaux à se procurer, du matériel à acheter / entretenir et réparer, de la publicité et de la promotion payante à mener... Devenir producteur / compositeur professionnel est considéré comme une petite start-up à gérer. Je me suis donc dit pourquoi pas solliciter mon entourage qui m'a toujours soutenu afin de participer à la réussite de ce projet. La campagne démarre bien, on atteint 60% de l'objectif alors qu'il reste encore quelques jours (date de fin 20 février). Je tiens à remercier tous ceux qui ont pu participer et j'invite, toi lecteur, à mettre ta pierre dans l'édifice si tu le souhaites :)

Quel sera l'univers visuel de votre 2ème EP et prévoyez-vous des clips ?
Intitulé Turbulence, le 2ème EP sera un mélange d'univers différents dans lesquels nous avons tous pu vivre ou touché de près. Les univers : joie, rébellion, colère, amour, pessimisme et action. En exclusivité, je vous dévoile la pochette :)
Et oui, je travaille actuellement sur un clip en espérant pouvoir le finaliser et le sortir bientôt d'une grâce au financement participatif et de l'autre en fonction des décisions du gouvernement en cas de confinement.

Vous avez eu l'occasion de donner des concerts dans différents pays. L'un d'eux vous a-il particulièrement marqué et comment êtes-vous accueilli par le public ?
Avec mon groupe actuel, REDSHIFT, on a pu monter sur scène à Vienne / Autriche en 2019. Ce fut le concert le plus remarquable puisqu'on a eu un public plein d'énergie et qui nous suit jusqu'à aujourd'hui malgré que c'était notre première prestation dans ce pays. Les retours étaient tous positifs. Nous avons hâte d'y retourner.

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Merci d’avoir pris le temps de lire cette interview. Je suis ravi de vous accueillir dans mon monde et hâte de vous surprendre tout le temps avec pleins de nouveautés. Croyez bien que malgré la crise actuelle et les différents avis sur le sujet, la musique est un élément essentiel à la vie. Y en a ceux qui n'ont pas réussi leurs études mais ont réussi leurs vies grâce à la musique, y en a ceux qui ont changé le monde, rapproché les peuples ou même établi la paix grâce à la musique. Me concernant, la musique m'a toujours permis de bien vivre, de relativiser et d'être satisfait et reconnaissant. Grâce à la musique je suis toujours debout, fort et capable d'aider les autres. Décrite en tant que personne cartésienne, la musique est la seule dans ma vie à avoir réussi à donner plus de place à mon cœur qui aujourd'hui est capable de prendre le dessus de mon cerveau.
Enfin, pour tous vos projets n'hésitez pas à me solliciter, je serai ravi de vous aider. On se capte sur les réseaux.

Merci à Alitsh d'avoir répondu à notre interview !
Retrouvez le également sur Facebook.

The Bridge - ALITSH (Official Music Video)

Musique interview Crowdfunding

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam