Publicité

Alba présente son album Les mots

Maxime Lopes Par Le vendredi, 04 février 2022 à 08:56 0

Dans Culturel

L’album Les mots d'Alba décrit avec mordant, humour et sincérité le poids et la force des mots.

Alba

D'où vient votre passion pour la musique et que ressentez-vous en elle ?
J’ai la chance d’avoir une double culture. Mes parents ont des goûts et des éducations musicales différentes, c’est une grande richesse d’avoir eu accès à ça. Et j’ai grandi entourée de guitares et instruments folkloriques mexicains et latino-américains. Je pense que la musique fait partie de ma vie quotidienne, elle est ancrée dans mon quotidien depuis toute petite. C’est comme un fidèle compagnon.

Pouvez-vous nous présenter votre album Les Mots et son univers ?
Les Mots c’est un album que j’ai composé (sauf pour les deux reprises) en essayant de faire cohabiter diverses ambiances, univers, instruments. Je tente d’y aborder différents sujets, comme, la violence verbale, les contraintes aux atteintes de rêves, l’amour face à l’hypersensibilité et les doutes...

Avez-vous des sources d'inspirations pour composer vos textes et avez-vous un lieu privilégié pour écrire ?
J’imagine que tout est source d’inspiration, tout est matière : une histoire entendue dans le bus, un souvenir, une autre chanson. J’aime jouer avec mon imagination pour créer de nouvelles histoires, ou pour jouer avec les mots. Pour écrire, je n’ai pas de lieu privilégié, mais je suis plutôt casanière et j’écris chez moi en général.

Vous êtes franco-mexicaine ; est-ce que les cultures de différents pays ou les voyages inspirent vos compositions ?
Beaucoup oui. Les deux cultures avec lesquelles j’ai grandi m’ont beaucoup inspirée. Tant dans la façon d’aborder mes textes que dans le choix des instruments qui donneront une identité aux morceaux.

Quelle importance accordez-vous aux mots et avons-nous tendance à ne plus faire attention à notre langage ?
Les mots sont des armes redoutables, et également ce qui nous rassemble. Je les trouve fascinants et parfois on oublie tous à quel point ils sont précieux, précis et riches.
Oui, j’ai parfois l’impression qu’on fait moins attention. On détourne parfois certains mots, qui ont une étymologie bien précise et un sens bien précis. Dans certaines langues (en français aussi) certains mots décrivent un sentiment spécifique, et pas un autre. Je trouve qu’ils sont là pour quelque chose et qu’ils méritent d’être bien utilisés. Si on arrête de s’en servir, alors ils disparaitront. Nous sommes les seuls à avoir le pouvoir des et sur les mots. Et c’est un pouvoir surpuissant.

Quels ont été vos choix sur les instruments utilisés pour Les mots ?
Pour tout l’album, j’avais déjà des idées d’instruments. Tout simplement parce que je les aime. L’accordéon, la trompette, la flute, le cithare... Je ne savais pas si ça fonctionnerait forcément, mais j’ai voulu les entendre à certains moments. J’avais envie de leur trouver une place et de les mettre à l’honneur au moins quelques secondes.

Comment se sont passés les enregistrements en studio ?
C’était des journées passionnantes. Je m’entends très bien avec Karim, qui a réalisé l’album. Il est à l’écoute, et je n’ai aucun problème avec l’idée de recevoir des conseils. Je pense que quand on travaille sur ce genre de projets avec d’autres personnes. Il faut accepter de lâcher prise sur la création. Ça peut seulement fonctionner si on prend en compte les autres, leur avis, leur réalité et qu’on les intègre entièrement. A partir du moment où j’ai commencé les sessions studio, j’ai décidé que le projet lui appartenait également, comme pour un enfant, j’ai accepté de le laisser s’en occuper aussi. On a beaucoup travaillé, on a aussi expérimenté, et c’était toujours avec bienveillance et joie.

Parlez nous du titre Mirador...
L'un des titres les plus forts et étonnants de l'album !
Ahhh MIRADOR ! Oui, c’est un titre un peu sautillant, un peu reggae, la trompette définit aussi son identité j’ai eu beaucoup de retours positifs sur ce morceau !
Il s’agit d’une énième chanson d’amour. Notre raison est représentée par le mirador, bien ancré dans le sol. C’est un morceau qui parle de tous les doutes qu’on peut avoir lorsqu’on vit une histoire d’amour. Des projections, de l’insécurité, de la sur-interprétation, de la jalousie. Tous ses doutes sur soi, sur l’autre qui, même quand l’amour est là, finissent par annihiler toute relation.

Vous réalisez les visuels de vos singles et de l'album. Quelle importance accordez-vous à ce sujet et en quoi l'image est importante en musique ?
J’aime beaucoup me « débrouiller » au maximum. Au quotidien, je suis une vraie bricoleuse, c’est pas toujours bien fait, mais j’essaye d’apprendre seule et de faire tout toute seule (dans la mesure du possible hein ! Ahah).
Pour moi c’était important de pouvoir aller au bout du projet en mettant aussi des images sur mes mots et sur ma musique. Je considère que c’est un tout. Et c’est aussi une chance que j’ai, d’être libre sur toute la création.

L'album Les mots sera disponible en vinyle. Qu'appréciez-vous dans cette antiquité ?
Au delà du son particulier des 33 ou même des 45 tours, j’aime l’objet. Je le trouve visuel et décoratif. Je trouve qu’il est assez symbolique en musique.

Comment ressentez-vous la scène et avez-vous des concerts de prévus ?
Je suis anxieuse et stressée, depuis toujours. Alors avant chaque live ou chaque scène je suis toujours préoccupée. Mais j’apprends à ne pas me laisser dépasser et à garder le contrôle de mon corps, de mes émotions.
Pour l’instant pas de concerts prévus pour Les mots, on va organiser ça dans les prochains mois, et j’envisage de faire des petites sessions live guitare/voix.

Vous faites également de la sculpture. Qu'appréciez-vous dans cet art et d'avoir cette mixité artistique ?
J’en fais moins qu’avant, je fais principalement de la peinture à présent, mais j’ai fait beaucoup de sculpture sur métal. Je faisais des petites installations mécaniques, des robots en mouvement à partir d’objets du quotidien récupérés en déchèterie.
Pour moi, la création manuelle est complémentaire à la composition musicale ou à l’écriture. Ça fait appel à différentes zones de création. Ça permet de faire travailler une parcelle de créativité tout en laissant se reposer une autre parcelle.

Souhaitez-vous nous parler de votre webtoon musical, Aca, que l'on pourra découvrir cette année ?
Aca c’est un très chouette projet dont je suis fière. Il m’a été proposé par un illustrateur : Johann « Papayou » Blais (maintenant devenu un ami et partenaire de travail puisque nous collaborons sur d’autres projets ensemble). C’est une romance onirique, entre Tyu, le prince d’un royaume austère, qui ne connait que la musique de guerre ou de cérémonie, et Neqo, une jeune musicienne d’une autre partie du monde (Monde de Limca). On apprend assez vite qu’elle souffre d’une maladie, elle perd peu à peu la vue et décide de parcourir le monde avec son instrument afin d’en voir le plus possible. Et le prince et elle entreprennent un voyage vers Aca, un lieu légendaire rempli de couleurs incroyables.
Nous scénarisons à deux le webtoon, Johann fait les illustrations, et je compose et écrit la musique, les chansons. J’ai même imaginé une sorte de guitare, le Qiwo, un instrument à cordes à plusieurs caisses de résonances pour Neqo. Le webtoon est signé chez Dupuis et les premiers épisodes paraîtront dans quelques mois.

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Déjà : merci beaucoup ! C’est super sympa de me proposer cette interview. Et merci également à ceux qui la liront :)

Merci à Alba d'avoir répondu à notre interview !

ALBA - MIRADOR (visualizer)

Musique interview

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam