Publicité

Abyr : l'EP La femme au bouclier

Maxime Lopes Par Le mercredi, 22 juin 2022 à 13:38 0

Dans Culturel

Abyr dévoile son premier EP qui s’intitule opportunément « La femme au bouclier ». La chanson éponyme met en avant un sentiment qui parcourt les cinq titres du disque, celui de la femme qui rêve en grand, qui s’assume et qui combat toutes les formes de fatalités sociales qui peuvent se mettre en travers de son chemin.

Abyr

Cet EP ressemble à la personnalité d’Abyr, cette chanteuse et poétesse franco-libanaise aussi pugnace qu’elle est amoureuse.

Les cinq chansons ont été arrangées par Chadi Chouman (Debout sur le zinc, Cat Loris, Morjane Ténéré, etc.), lui-même franco-libanais comme Abyr, et les mélodies sont signées Sebka, qui chante d’ailleurs en duo avec Abyr sur l’un des cinq titres et qui l’accompagne à la guitare sur scène.

L’ambiance est pop-rock-folk, l’ensemble prend une allure parfois légèrement orientale lorsque le sujet de la chanson s’y prête.

Abyr croit en l’amour (Le rythme de nos je t’aime), et quand il s’en va elle y pense encore plus fort (Boîte à bijoux), Abyr pense aux femmes du monde entier en parlant de sa relation avec son père (La femme au bouclier) ou en évoquant le désir de liberté d’une Saoudienne de Djeddah (Lamia), et enfin la chanteuse nous touche en plein cœur quand elle évoque son Liban natal qu’elle et sa famille ont dû fuir à cause de la guerre quand elle n’avait que 5 mois (Quelqu’un qui m’oublie).

A propos d'Abyr

Avec son univers franco-oriental, Abyr nous plonge dans une chanson française douce et poignante à la fois. Cette chanteuse et poétesse franco-libanaise, arrivée à Paris à l’âge de 5 mois pour cause de guerre dans son pays natal, chante l’amour, le combat des femmes, et les blessures de l’exil.

« Quelque part il y a quelqu’un qui m’oublie », annonce-t-elle avec son timbre de voix lumineux. Une mélancolie feutrée parcourt son être et sa voix et semble contredire l’immense sourire qu’elle affiche volontiers. Cette mélancolie peut prendre toute la place lorsqu’elle évoque par exemple le Liban, quand sa voix vous emporte et vous touche en plein cœur.

Enfance parisienne, père journaliste et poète, études de droit, Abyr (qui parle couramment l’arabe et l’anglais) a tout autant les pieds sur terre que la tête dans les nuages. Elle rêve de devenir chanteuse depuis son plus jeune âge. « Je voulais faire comme la chanteuse Fairouz, avoir du succès, gagner de l’argent, et grâce à cet argent reconstruire le Liban ».

Abyr est finalement parvenu à réaliser son rêve d’enfant, elle est devenue chanteuse pour notre plus grand plaisir. Elle a le maintien des grandes, la voix ample, la diction limpide, la plume légère et poétique à la fois.

Finalement, il manquait seulement la musique à Abyr pour passer des recueils de poésie au monde de la chanson. La musique arrive avec la rencontre en 2018 du compositeur Sebka aux ateliers d’écriture de Claude Lemesle (l'auteur de plus de 3000 chansons, dont certains grands tubes de Joe Dassin, Serge Reggiani et bien d’autres).

Abyr et Sebka forment depuis un duo très créatif, en témoigne le très joli clip de Boîte à bijoux, où la mélodie de Sebka épouse parfaitement les paroles d’Abyr.

Abyr a choisi un arrangeur-réalisateur franco-libanais (le Liban, décidément…) pour réaliser son premier EP « La femme au bouclier », il s’agit de Chadi Chouman (Debout sur le Zinc, Cat Loris, Morjane Ténéré, Sebka, etc.) qui donne une touche pop-rock réjouissante aux chanson d’Abyr.

En regardant Abyr sur scène, on se dit qu’on ne devrait jamais renoncer à nos rêves d’enfant. On se dit aussi que la chanson francophone est une des plus belles manières de transmettre des émotions.

Musique

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam