Publicité

Abey Blue prépare son 1er EP

Le duo pop Abey Blue (Estelle et Antoine), formé en 2018, prépare son premier EP avec le soutien des internautes.

Abey blue

Qui se cache derrière Abey Blue et comment vous êtes vous rencontrés ?
Estelle : Abey Blue c’est Estelle Tilleman et Antoine Dandoy. On est tous les deux musiciens. On s’est rencontrés car on fréquentait les mêmes milieux musicaux (académie etc.). J’étais en projet solo et je cherchais un musicien pour m’accompagner sur scène.
Antoine : On a commencé par reprendre quelques morceaux connus - que vous pouvez d’ailleurs retrouver sur notre chaîne YouTube - avant d’entamer nos premières compositions - également sur YouTube et plateformes d’écoute.

Peut-on en savoir plus sur votre 1er EP et son univers ?
E: En commençant la composition, une question s’est très vite posée: la recherche du style. Au début, on part dans tous les sens et il faut alors se recentrer pour rester cohérent.
A:  On a chacun nos propres influences qu’on met en commun mais il y a un groupe sur lequel on se rejoint, c’est London Grammar.
Ce premier CD retrace en quelque sorte l’evolution de nos compostions et l’aboutissement d’un style electro/pop qui nous correspond bien.
E: On utilise les mêmes ingrédients dans nos titres et on retrouve une certaine mélancolie qui est à l’origine du « Blue » de notre nom. 

Comment vous partagez-vous la composition des morceaux et sur quoi faites vous attention pour un titre parfait ?
A: La plupart du temps, Estelle arrive avec un début de chanson en piano-voix.
E: Parfois j'ai le squelette entier, parfois juste une partie musicale (couplet, refrain…).
A: On construit alors la structure instrumentale et on intègre la mélodie de voix, sur les ‘pam-pam’ ou pa-lam-pam’. Et pour ce qui est des thèmes abordés, on les trouve à deux en fonction de la direction artistique que prend le morceau, mais Estelle a souvent une idée bien définie.
E: On a des compétences complémentaires et le même but. C’est ça qui fait que ça fonctionne. On a la chance d’avoir une troisième paire d’oreilles qui s’occupe de mixer les morceaux, c’est Antoine Litt. Il nous aide dans la direction artistique. Pour avoir le titre parfait, on fait attention à tout ! Chaque détail compte.

Parlez nous du titre Butterfly et de son clip...
E: Butterfly c'est une chanson d’hommage à Lou et à tous les enfants partis trop tôt que pour pouvoir vivre pleinement leur vie. Dans ce texte, on fait également le parallèle avec les papillons qui ne vivent qu’une journée ou que quelques heures. Le clip illustre une sorte de paradis ou endroit paisible qu’on retrouverait après la mort.
A: On a tourné le clip dans la vallée de la Drôme chez des amis. De base, nous voulions prendre quelques images et monter un clip nous-même. Petit à petit, on s’est entouré d’une belle équipe. David Amar, le réalisateur/cadreur est monté de Nice. Arnaud Dandoy, mon frère, est descendu de Belgique avec son Drone. Il y avait sur place Tom à l’organisation et reportage photo, Patricia au maquillage (institut de Loriol), Séverine et Sylvain chez qui nous avons filmé. Le tournage s’est fait sur deux jours.

En quoi le financement participatif que vous avez réalisé vous sera utile ?
A: Ce financement participatif résulte du confinement. Comme tous les concerts ont été reportés ou annulés, nous n’avons plus eu de rentrées financières. Nous avons donc fait appel au public en leur proposant de pré-commander notre EP qui n’était alors pas du tout terminé.
E: On est super contents car le public a répondu présent à la campagne et nous avons pu finaliser les mix et lancer la production des CD et Vinyles.

Le graphisme est devenu un point important en musique, est-il possible de nous parler de la pochette de l'EP ?
E: En effet tout est lié pour créer un univers entier, tout est important et il faut une cohérence. Comme pour la compo, on fait attention à chaque détail, que ce soit la couleur, les polices d’écriture, etc. Mais on vous laisse découvrir tout cela lors de sa sortie.
A: C’est un peu comme quand vous allez au restaurant. Il est tout aussi agréable de contempler le plat que de le manger. Nous savions que nous voulions une photo à deux. C’est là qu’il est important de s’entourer des bonnes personnes. Nous avons Michel Cooreman à la photo, Anthony Charlier à la direction artistique et Allan Daïf au design de la pochette.

Pourquoi avoir voulu sortir cet EP en vinyle ?
E: Le vinyle est un format qui revient à la mode ces derniers temps, et puis c’est un bel objet. Nous avons mis beaucoup de nous-même dans cet EP et nous voulions un visuel classe.
A: Un beau livret CD en deux volets et une pochette Vinyle qui donne envie… de l’écouter ou de la regarder.

 

Pour vous, qu'est ce qui est le plus important dans ce que vous proposez au public ?
E: C’est tout d’abord l’authenticité. Je ne veux pas jouer un rôle ou donner une image qui ne me correspond pas. Et bien sûr, la qualité aussi. Il y a l'envie de produire du contenu de qualité et de toujours l’améliorer.
A: Comme dit Estelle, un produit de qualité, dans lequel le public peut s’y retrouver, de par les textes, mais aussi les mélodies et les rythmes joués. C’est toujours gai de pouvoir accompagner les artistes en chantant. En composant, on prévoit toujours des petites phrases ou sons qui se répètent facilement, abordables pour le public qui nous découvre.

Des concerts seront-ils programmés prochainement et en quoi la scène est-elle importante pour vous ?
A: La scène est ce pourquoi on existe. Rien ne vaut un échange avec le public lors d’un concert. Elle est aussi un moyen de se rémunérer et de s’enregistrer en studio ou presser des CD’s/Vinyles. Pas de scène, pas d’album, pas d’album, pas d’palais ;)
E: Pour l’instant, on fait les démarches pour de nouveaux concerts. Là aussi, on est aidé par Anne Lindemann. Les prochains concerts sont en Belgique : 

  • le 24 octobre à la Ferme de Bilande pour S.O.S. Stream On Stage,
  • le 25 octobre à l’Eglise de Roly (Philippeville) et plus tard,
  • le 26 novembre prochain, nous serons en co-plateau avec la chanteuse Lucie-Valentine. C’est une date très spéciale car les deux groupes font leur release. Ce sera à Ixelles au QG DInédit. Les infos arriveront dans les prochaines semaines.
  • le 8 mai 2021 à Gembloux pour Ferm{à}Culture. 

    Que souhaitez-vous dire pour terminer ?

E&A: Autour de la scène, et nous l’avons redécouvert avec la crise sanitaire, gravite un grand nombre de corps de métier. De l’élaboration d’un CD au concert en passant par la réalisation d’un clip vidéo diffusé par les médias et relayé par les articles de presse… « No culture, no future », on l’a vu assez sur les réseaux.
Un grand merci à vous et bonne écoute de l’EP, on espère qu’il vous plaira :)

Merci à Abey Blue d'avoir répondu à notre interview !
Retrouvez les également sur Facebook.

Abey Blue - Butterfly [Official]

Musique interview

OOF : le single All Of Us Is One OOF : le single All Of Us Is One
Cinq ans après son EP à l’occasion de la COP21, dans un style "élect...
  Orange intègre l'expérience Somfy dans son service Maison Connectée
Orange et Somfy, le spécialiste de l’automatisation de la maison, s'associent pour ...
Orange intègre l'expérience Somfy dans son service Maison Connectée

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire