Publicité

49th & Main : l'EP Must Be Nice

Maxime Lopes Par Le mercredi, 27 juillet 2022 à 18:20 0

Dans Culturel

Découvrez le clip Never Gonna Stop du duo pop irlandais 49th & Main. L'EP Must Be Nice est également disponible.

49th _ main (crédit fnati.c headshots - Paula Trojner)

crédit photo : fnati.c headshots - Paula Trojner

Originaire de la ville irlandaise de Kilkenny, 49th & Main est un duo indie-pop composé du producteur Ben O'Sullivan et du chanteur/multi-instrumentiste Paddy King.

Paddy King apprend la musique depuis l'âge de 11 ans, prenant des cours de guitare après l'école. Inspiré par un mélange d'auteurs-compositeurs-interprètes traditionnels, il a commencé à écrire sa propre musique à 15 ans et a commencé à passer les week-ends dans les rues pavées animées de sa ville natale. Ce n'est cependant qu'à l'université qu'il s'est intéressé à la house music, à l'électronique et à d'autres modes de créativité alternatifs, et a développé une envie d'essayer différents genres.

Alors que King apprenait à corder une guitare, le producteur Ben O'Sullivan s'était lancé dans le montage vidéo avant de passer lentement à la production musicale. En apprenant lui-même à produire grâce à des didacticiels YouTube, O'Sullivan s'est inspiré des vidéos "Making of" de l'artiste/compositeur américain Jon Bellion pour s'essayer à la création de rythmes pop électroniques. "Ce qui m'a attiré, c'est que je trouvais fou de pouvoir faire une chanson sans avoir la moindre idée de ce que je faisais" se souvient O'Sullivan de ses journées passées à expérimenter de nouveaux sons, "J'avais 11 ans, je ne savais rien, mais je povais faire une chanson. Je n'ai jamais pensé "oh, je vais faire ça pour toujours" ou quoi que ce soit du genre, mais je pouvais montrer à mes amis ce que j'avais fait et ils pensaient que c'était cool". Au moment où l'université est arrivée, O'Sullivan produisait depuis près d'une décennie et cherchait de nouvelles façons d'être créatif. Lorsque King l'a approché pour déménager au Canada pour un été, cela lui a semblé être l'occasion idéale d'essayer quelque chose de nouveau.

O'Sullivan avait développé à son insu une anémie aplasique. Une maladie sanguine rare qui empêchait sa moelle osseuse de produire suffisamment de nouvelles cellules sanguines, le rendant chroniquement fatigué et sujet aux infections. Après son retour du Canada, il y a eu des mois de tests, d'analyses et d'anxiété pour ce qui allait arriver. Ce souci de l'avenir, admet-il, a été un facteur important pour pousser à sortir de la musique en tant que nouvel artiste. «Je ne savais pas ce qui se passait et j'avais toujours voulu sortir de la musique je me suis donc dit "Pourquoi pas" », explique-t-il, « Si je n'étais pas tombé malade, nous aurions probablement attendu, nous n'aurions pas sorti ces chansons quand nous l'avons fait et qui sait où nous serions. La musique m'a été d'une grande aide" ajoute-t-il, "je ne sais pas ce que j'aurais fait s'il n'y avait pas eu la musique».

Trois mois après le début du traitement d'O'Sullivan, et à la veille d'un verrouillage mondial, 49th & Main sa sorti son 1er titre «Party Alone». Moins d'un mois plus tard, ils sortent leur premier album «Neon Palm Trees» et en avril 2020, 49th & Main a sorti «Catching Eyes», un banger lo-fi qui a généré plus de 13 millions de flux sur Spotify et propulsé le duo vers de nouveaux sommets.

Musique

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam