Publicité

Sarah Davachi - concert Église Saint-Eustache

Le mardi, 12 octobre 2021 de 20:00 à 21:30

Ajouter au calendrier Billetterie

Église Saint-Eustache - Paris Durée : 1h30 12,50€

On a dit un jour qu'écouter Antiphonals, c'était "comme écouter un album de rock progressif au ralenti, sauf qu'il n'y a que les parties de clavier".

Antiphonals est né d'un désir de fusionner ma pratique de studio avec les caractéristiques tonales et les processus de retardement de bande sonore sur le son qui ont influencé mon approche de la performance live pendant de nombreuses années.  Historiquement, j'ai eu tendance à séparer quelque peu les deux (pratique de studio et performance en direct) afin de mettre l'accent sur le type d'expérience d'écoute pour lequel chaque domaine est particulièrement bien adapté.  J'ai produit deux EPs démo dans les premières étapes de cet album, Five Cadences et Gathers, qui ont tous deux été publiés au printemps 2020.

Antiphonals est un retour à la palette sonore de Mellotron, d'orgue électrique, de piano et de synthétiseur qui a été développée sur Let Night Come On Bells End The Day de 2018, et à bien des égards, les deux peuvent être considérés comme des albums frères pour un moment tamisé. Le Mellotron est ici débarrassé de ses connotations typiques de rock progressif, au profit du cor anglais, de la flûte basse, de la clarinette, de la flûte à bec, du hautbois, du cor français, de l'orgue de chambre et d'échantillons de bandes de guitare à cordes de nylon, moins entendus.  Un ensemble de compagnons silencieux se joint au quatuor à clavier : violon, voix, clavecin accordé au tempérament mésotonique, orgue à tuyaux et guitare acoustique.  L'album a été enregistré de manière restreinte, en utilisant uniquement un RE-501 Chorus Echo et un TEAC A-2340 quatre pistes à bobine.

Il s'agit d'une collection d'études qui a commencé comme une façon de donner du respect à la répétition et à la modalité dans un espace harmonique.  Il s'agit d'une musique minimaliste qui s'intéresse autant à l'expérience verticale de la texture qu'à l'allongement des progressions intervallaires dans le domaine horizontal - une occurrence que nous pourrions typiquement qualifier de "mélodie", mais qui est ici obscurcie par l'affaiblissement continuel de son pouvoir de rétention.  Au fil du temps, ces articulations quelque peu génératives m'ont offert une expression significative de l'espace négatif et de l'absence omniprésente, une sensation d'objets lentement mis en relief.

Compositrice et interprète de musique acoustique et électronique, Sarah Davachi (née en 1987 au Canada) s'intéresse aux subtilités de l'espace sonore intime, utilisant des durées prolongées et des structures harmoniques simples qui mettent en valeur les variations subtiles de la texture, la complexité des harmoniques, les phénomènes psychoacoustiques, le tempérament et l'intonation.  S'inspirant également des principes minimalistes des années 1960 et 1970, des tendances baroques vers des suspensions d'accords lents et des pratiques de production expérimentales de l'environnement du studio d'enregistrement, son son manifeste une expérience qui atténue l'appréhension de la consonance et de la dissonance à l'image du familier et du lointain. Sarah Davachi a effectué de nombreuses tournées à travers le monde et a partagé la scène et collaboré avec des artistes tels que Grouper, William Basinski, Ariel Kalma, le Bozzini Quartet, le London Contemporary Orchestra, Oren Ambarchi, Donald Buchla, Suzanne Ciani, le BBC Scottish Symphony Orchestra, Jessica Moss, Áine O'Dwyer, Alessandro Cortini, James McVinnie, Ian William Craig, Kara-lis Coverdale, Aaron Dilloway, Robert Aiki Aubrey Lowe, Ellen Arkbro, Loren Connors et le cinéaste Paul Clipson.  Entre 2007 et 2017, elle a eu l'occasion unique de travailler pour le Centre national de la musique au Canada en tant qu'interprète et développeur de contenu de leur collection d'instruments à clavier acoustiques et électroniques.  Elle a effectué des résidences d'artiste au Banff Centre for the Arts (Banff, CA), au STEIM (Amsterdam, NL), au WORM (Rotterdam, NL), à EMS (Stockholm, SE), à OBORO (Montréal, CA), à MESS (Melbourne, AU), au National Music Centre (Calgary, CA) et avec le Quatuor Bozzini (Montréal, CA).  

En 2020, Sarah Davachi a créé son propre label, Late Music, pour la sortie de Cantus, Descant, un double album de 80 minutes et 17 pistes qui médite sur l'impermanence et les fins, encadré par des études d'orgue minimalistes et des superpositions harmoniques soignées.  Sur deux des titres de l'album, on entend également sa propre voix pour la première fois.  L'album a été très bien accueilli, apparaissant dans les listes d'albums de l'année de Pitchfork, Uncut, The Wire, The Quietus et bien d'autres.

Sarah Davachi est actuellement doctorante en musicologie à l'UCLA où elle travaille sur l'organologie critique et le timbre dans la musique populaire, expérimentale et ancienne, et est basée à Los Angeles, en Californie.

Concert

Église Saint-Eustache 2 Impasse Saint-Eustache, 75001 Paris France

Sarah Davachi - Border of Mind

 Cet étrange état intermédiaire pendant les rêves lucides, où le corps réagit physiquement aux images convoquées par l'imagination : voilà une façon assez juste de décrire l'impact des compositions ambient de Sarah Davachi.
Sarah Davachi promet de livrer une performance psychoacoustique nous entraînant dans des mondes irréels remplis de drones, d'harmoniques complexes, d'instruments à cordes et de sonorités tombées dans l'oubli, métamorphosés par la synthèse analogique et modulaire.

Le nouvel album de l'artiste, intitulé Antiphonals, sort sur son propre label Late Music en septembre, de quoi rendre cette performance encore plus attendue !

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam