Publicité

James Eleganz - concert Café de la danse

James Eleganz a sorti il y a quelques jours son album The Only One, enregistré dans le désert californien aux studio Rancho de la Luna, en compagnie de figures mythiques du rock, Toby Dammit, clavier des Bad Seeds, et longtemps batteur d’Iggy Pop, et Mike Watt, fondateur des Minutemen et bassiste des Stooges.

Pour illustrer son premier album, James Eleganz a écrit The Californian Trilogy, un triptyque vidéo tourné dans les paysages désolés de Bombay Beach et sur les plages bretonnes de son enfance. C’est l’histoire d’une passion charnelle qui échoue à devenir un amour heureux. La route parcourue par l’amant pour échapper à son emprise est semée d’obstacles. Le soleil abrutissant de la Californie, l’alcool et la jouissance des corps en rendent l’issue incertaine.

The Wedding Song constitue le dernier épisode de l’aventure. Cette vidéo fantasmatique constitue le point d’orgue de la trilogie et illustre à merveille la démesure de cette chanson folle digne des grandes heures du rock.

The Californian Trilogy convoque les obsessions cinématographiques de James (Cassavetes, Gallo, Lynch ou Tarantino) tout en jouant avec les codes et les clichés français de notre imaginaire américain.

Retrouvez James Eleganz mercredi 11 décembre 2019 en concert au Café de la Danse à 20h.

  • 01 47 00 57 59

Billetterie

Concert

Café de la danse 5 passage Louis Philippe, 75011 Paris France

James Eleganz - The Wedding Song (The californian Trilogy - Part 3)

JAMES ELEGANZ
En s’exilant dans le désert californien, James Eleganz a enfilé un nouveau costume, celui de singer-songwriter. Apaisé, l’outrancier chanteur de feu Success s’est entouré de grands noms du rock américain (Mike Watt, Larry Mullins, etc.) pour enregistrer, au mythique Rancho de la Luna, un album intense et au romantisme noir. Ambitieuses, héritières des classiques du rock et de la folk (Bob Dylan, Lou Reed ou encore Sparklehorse), ces chansons en ont la sauvagerie et l’efficacité mélodique. James y affirme cependant son style trés personnel mettant en scène l’extravagance de son théâtre intérieur. James Eleganz n’a jamais aussi bien porté son nom. Retrouvez-le sur la scène du Café de la Danse, accompagné d’Edouard Leys, Gaëtan Grandjean, Manon David et Stéphane Stanger quelques jours après leur passage aux incontournables Transmusicales de Rennes.

LEWIS EVANS (Première partie)
Il sera précédé sur scène par Lewis Evans. Né à Liverpool en 1986, son ADN est porteur de toute la culture rock britannique dans sa grande diversité. Installé avec sa famille en France en 1997, à Saint Lô, c’est à partir de 2006 que le chanteur explose aux yeux du public avec le groupe rock The Lanskies. Après deux albums solo, le chanteur anglo-normand mettra sa voix unique au service d’un set folk représentatif de son répertoire le plus intime. Il nous présentera en exclusivité quelques titres de son prochain EP réalisé en collaboration avec David Ivar du groupe Herman Dune. Sortie 2020.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire