Publicité

Festival Aflma au Mucem

Du jeudi, 24 mars 2022 au samedi, 02 avril 2022 à 20:00

Ajouter au calendrier

Mucem - Marseille 0€ - 6€

Le Mucem accueille la 9e édition du festival Aflam, Rencontres internationales de cinéma.

À travers 30 films issus d’une douzaine de pays du Maghreb et du Moyen-Orient, le festival Aflam souhaite questionner l’histoire, mais aussi interroger la complexité des identités, par le cinéma.

Cette sélection nous invite à penser et à changer notre regard sur le monde, ses constructions politiques et mémorielles, grâce à des films aux écritures affirmées. L’image d’archives comme matériau se présente comme l’un des piliers de ce programme, avec des films qui explorent la mémoire des luttes, du Maroc au Proche-Orient : ce faisant, c’est l’histoire même du cinéma qui se trouve détournée et nouvellement agencée. L’exil impose aussi de nouvelles dynamiques formelles qui se traduisent dans l’art de raconter, avec des films notamment syriens, qui offrent au récit de nouveaux espaces de transmission. L’émergence d’une production cinématographique soutenue en Arabie saoudite témoigne d’une critique sourde, nous offrant l’image d’une profonde remise en question de l’ordre social. Ailleurs, porté par une diversité de gestes cinématographiques, émerge le thème de l’acceptation de la différence pour avoir une place dans la société – en tant qu’homosexuel, en tant que femme, en tant qu’artiste.Enfin, l’œuvre du réalisateur Merzak Allouache sera mise à l’honneur avec une rétrospective de cinq films. Précurseur de la jeune génération des cinéastes algériens, Merzak Allouache raconte et questionne la société algérienne depuis quarante ans avec un cinéma toujours très au fait de l’actualité et du quotidien de ses concitoyens.

 

04 84 35 13 13

Festival

Mucem 1 Esplanade J4, 13002 Marseille France

Programme :

Jeudi 24 mars à 20h, entrée libre sans réservation
Séance d’ouverture
Marin des montagnes

De Karim Aïnouz (Brésil/France, 2021, 1h38), documentaire

Brésilien par sa mère et Kabyle par son père, le cinéaste Karim Aïnouz découvre l’Algérie pour la première fois et adresse avec ce film une lettre posthume à sa mère, avec laquelle il avait prévu de faire ce voyage. Il revient sur l’histoire d’amour de ses parents au moment de la guerre d’Algérie et des premières années de l’indépendance.
Porté par le souffle poétique du réalisateur, Marin des montagnes mêle le récit intime à la rencontre avec un territoire inconnu et ses habitants, pourtant si familiers.

Vendredi 25 mars à 10h
Jeux d’enfants

De Nabiha Lotfy (Égypte, 1990, 19 min), documentaire, VOSTFR
Dans un village de Haute-Égypte, Nabiha Lotfy filme des enfants qui créent leurs propres jouets avec des objets et des ustensiles du quotidien.
Fiasco

De Nicolas Khoury (Liban, 2021, 1h10), documentaire
Nicolas Khoury est célibataire, ce qui inquiète beaucoup sa mère qui aimerait le voir se marier et avoir des enfants. Mais ce sont des films que Nicolas veut léguer aux générations futures : il tourne depuis qu’il est enfant des saynètes où il met en scène sa sœur Tania qui, pour sa part, vient de se marier et a quitté le pays. Avec sa caméra complice et confidente, Nicolas Khoury croque avec humour et légèreté le portrait de sa famille et d’une certaine bourgeoisie.

Vendredi 25 mars à 14h
Goin South

De Mohammed Alhamoud (Arabie saoudite, 2019, 14 min), VOSTFR
Avec Fatima Al-Banaxi, Ayman Mutahar
Aya se rend pour la première fois dans la famille de son fiancé. Elle se confronte à la rigidité des traditions de ce village du sud de l’Arabie saoudite…
40 années et une nuit

De Mohammed Alholayyil (Arabie saoudite, 2020, 2h05)
Avec Jafar Al Ghareeb, Sanaa Baker Younis, Meshal Almutery, Zara Al-Bloushi, Khalid Al-Saqer, Osama Saleh, Rahad Ibrahim
Réunis dans la maison de leurs parents à la veille de l’aïd, cinq frères et sœurs discutent des soupçons de l’une des filles au sujet de leur père qui leur aurait caché l’existence d’une seconde épouse.

Vendredi 25 mars à 20h30
Sandjak

De Chantal Partamian (Arménie/Liban, 2021, 9 min), documentaire, VOSTFR
La réalisatrice Chantal Partamian interroge sa grand-mère pour comprendre l’expérience de la migration de sa famille, partie d’Arménie pour se retrouver dans le camp de Sandjak, à Beyrouth. Ce dialogue d’images tournées à différentes époques offre un voyage dans ces espaces où le passé hante le présent.
Mapping Lessons

De Philip Rizk (Égypte, 2020, 1h01), documentaire
Dans ce film documentaire, Philip Rizk propose de relire les expériences des récents soulèvements dans les pays arabes à la lumière de films et d’archives racontant l’histoire des conquêtes et des luttes de libération ailleurs dans le monde. Un retour sur l’histoire en dix leçons de résistance et de fabrique de l’image.

Samedi 26 mars à 12h
Angle mort

De Lotfi Achour (France/Tunisie, 2021, 13 min), VOSTFR
Avec Ghassen Reguigui
Sous la dictature de Ben Ali, un homme est enlevé le 7 octobre 1991. Emprisonné, torturé, il ne sera jamais retrouvé. Trente ans plus tard, Lotfi Achour reconstitue son histoire et fait émerger une mémoire douloureuse, encore très proche, de l’histoire collective de la Tunisie.
Avant le déclin du jour (Before The Dying Of The Light)

De Ali Essafi (Maroc/France, 2020, 1h10), documentaire
Basé sur des images d’archives rares et précieuses, Avant le déclin du jour revient sur l’effervescence artistique qu’a connue le Maroc au début de la période des années de plomb. En suivant le parcours de Mustafa Derkaoui et Ahmed Bouanani, le film propose une passionnante histoire politique et cinématographique du pays.

Samedi 26 mars à 16h
L’un de nous a quitté la photo

De Mohamad et Ahmad Malas (Syrie, 2021, 16 min), VOSTFR
Avec Mohamad Malas, Ahmad Malas
Un couple mixte franco-syrien installé dans une vie parisienne paisible. Ce jour-là, la sonnette retentit et la porte s’ouvre sur le frère jumeau de Mohamad, Ahmad. Tous deux se sont brouillés au début de la guerre en Syrie pour des raisons politiques. Leur cohabitation ne sera pas évidente.
Notre mémoire nous appartient

De Rami Farah et Signe Byrge Sorensen (Syrie/Danemark/France/Palestine, 2021, 1h33), documentaire
Activistes en Syrie durant la guerre civile, Yadan, Odai et Rani se sont rencontrés quand la révolution a éclos à Deraa, où ils participaient au même collectif de journalistes. Aujourd’hui séparés par l’exil, ils sont réunis par le réalisateur Rami Farah pour revoir ensemble les images qu’ils avaient tournées.

Samedi 26 mars à 20h30
Death of a Virgin, and the Sin of Not Living

De George Peter Barbari (Liban, 2021, 1h27)
Avec Etienne Assal, Adnan Khabbaz, Jean-Paul Franjieh, Elie Saad, Souraya Baghdadi, Feyrouz AbouHassan
Dans le village de Batroun au Liban, quatre amis cherchent à tromper leur ennui. Ils se rejoignent pour rencontrer une prostituée et perdre leur virginité. Le film les suit durant toute une après-midi, mettant en lumière les fragilités comme le désarroi de cette jeunesse.

Jeudi 31 mars à 10h
Leur Algérie

De Lina Soualem (France, 2020, 1h12), documentaire
Après 62 ans de mariage, la grand-mère de Lina décide de se séparer de son mari et emménage seule dans un appartement voisin. Partis ensemble d’Algérie, ils s’étaient installés en Auvergne alors qu’ils n’avaient pas 20 ans. Lina Soualem s’interroge sur ce qu’a été leur vie : le déracinement, la violence de l’exil et la condition ouvrière.

 

Vendredi 1er avril à 10h
Liban 1982

De Oualid Mouaness (Liban/Qatar/Norvège/États-Unis, 2019, 1h40)
Avec Mohamad Dalli, Fidel Badran, Gia Madi, Ghassan Maalouf, Nadine Labaki, Rodrigue Sleiman
L’école de Wissam, 11 ans, se situe sur les hauteurs de Beyrouth. Amoureux de Joanna, sa camarade de classe, il est déterminé à le lui faire savoir. Autour de lui pourtant, les adultes font face à un nouveau malheur : l’invasion israélienne du Liban de 1982.

 

Vendredi 1er avril à 14h
Les filles qui ont brûlé la nuit

De Sarah Mesfer (Arabie saoudite, 2020, 27 min), VOSTFR
Avec Jana Gomri, Haya Maraabi, Zain
Sasabel et Salsabel, adolescentes, aident leur grand-mère à préparer une soirée de fiançailles. Un petit acte de rébellion réunit les deux sœurs lors d’une nuit sans sommeil.
Al-Sit

De Suzannah Mirghani (Soudan/Qatar, 2020, 20 min), VOSTFR
Avec Mihad Murtada, Rabeha Mohammed Mahmoud, Mohammed Magdi Hassan, Haram Basher
Dans un village du Soudan, Nafisa est convoitée. Mais elle ne peut pas faire seule le choix de son mariage : il faut consulter celle qu’on appelle Al-Sit, qui tient le rôle de sage dans la communauté.
Nour Shams

De Faiza Ambah (Arabie saoudite/Royaume-Uni, 2021, 25 min), VOSTFR
Avec Aisha Al Rifaie, Ahmed Saddam
Le fils de Shams veut quitter l’Arabie saoudite et devenir rappeur. Elle lui reproche de l’abandonner, alors qu’elle rêve de le voir s’installer pour fonder une famille.

Vendredi 1er avril à 20h30
L’Étranger

De Amir Fakher Eldin (Palestine/Syrie/Qatar/Allemagne, 2021, 1h52)
Avec Achraf Barhom, Mohammad Bakri, Amal Kais, Amer Hlehel
Sur le plateau du Golan occupé, Adnan est un médecin désespéré, incapable de suivre sa femme dans son rêve d’exil vers l’Europe. En conflit ouvert avec son père, notable de la ville, son seul refuge demeure son verger. Tandis que la guerre gronde au-delà des montagnes, un Syrien blessé fait irruption dans la nuit.

Samedi 2 avril à 17h
Le Disqualifié

De Hamza Ouni (Tunisie, 2020, 1h54), documentaire
À travers l’histoire de Mehrez, danseur et acteur de théâtre, Le Disqualifié raconte la détresse d’une jeunesse tunisienne que la révolution n’a pas rendue aussi libre qu’elle l’espérait. Subversif, drôle et dramatique, ce film tourné sur une période de dix ans parvient à saisir avec subtilité les rêves et les désirs déçus de cette génération.

Samedi 2 avril à 20h30
Rêve

De Omar Belkacemi (Algérie, 2021, 1h37)
Avec Mohamed Lefkir, Kouceila Mustapha

Koukou, 20 ans, vit dans un village kabyle de haute montagne. Son comportement original dérange les sages du village, qui décident de l’interner en hôpital psychiatrique. Averti et révolté par cette nouvelle, son frère Mahmoud, enseignant en philosophie, rentre de Béjaïa pour tenter de le sauver de cette décision injuste.

Dimanche 3 avril à 17h
Le Palais oriental

De Liana et Renaud (France, 2021, 25 min), VOSTFR
Avec Liana Kassir, Muhammad Kassem
Dans un village français, Le Palais oriental est un bar à chicha où les clients viennent écouter le journal télévisé pour prendre des nouvelles de leur pays. Ce soir-là, sous les yeux de la serveuse libanaise, le Liban prend feu.
Alors nous vivons

De Rand Abou Faker (Belgique, 2020, 16 min), VOSTFR
Avec Amina Alhaj, Abd Alhameid Alobeid, Rahaf Alobeid, Lona Alobeid
Dans le salon d’un appartement syrien, les coupures d’électricité et le bruit des bombes qui tombent autour du quartier ne semblent guère perturber le quotidien des occupants, jusqu’à ce que leurs nerfs finissent par lâcher, dans l’enfermement de ce huis clos.
Night

De Ahmad Saleh (Palestine/Allemagne/Jordanie/Qatar, 2021, 16 min), animation, VOSTFR
Avec les voix de Hiam Abbass, Rafia Aridi, Salma Saleh
Une femme a perdu son fils. Errant dans les ruines de sa ville détruite par un bombardement, elle parle à son enfant tout en exhortant la nuit à lui rendre le sommeil.
Khadiga

De Morad Mostafa (Égypte/France, 2021, 20 min), VOSTFR
Avec Malak Tarek, Fatima Fawzi, Zizi Moustafa, Ayman Abdelaziz
Khadiga,18 ans, vit seule avec son bébé pendant que son mari est parti travailler loin du Caire. Elle marche dans l’agitation de la ville, rend visite à sa mère et à une amie. Mais peu à peu transparaît un malaise qui la gagne…

Dimanche 3 avril à 20h
Séance de clôture
Miguel’s War

De Eliane Raheb (Liban/Espagne, 2021, 2h07), documentaire
Homosexuel opprimé et humilié durant sa jeunesse passée au Liban en pleine guerre civile du côté des milices chrétiennes, Miguel s’exile en Espagne en 1983, où il se laisse étourdir par la movida. À travers son portrait, Eliane Raheb interroge la société libanaise et le traumatisme qui habite aujourd’hui encore ceux qui ont tenté de s’en extirper.

 Un cinéaste, un parcours : Merzak Allouache

Soixante après l’indépendance de l’Algérie, parce que son travail en fait l’un des cinéastes majeurs du cinéma djedid (ou « nouveau cinéma »), Aflam a choisi de rendre hommage à Merzak Allouache, dont l’œuvre résonne fortement avec la ville de Marseille. En dialogue avec le réalisateur Hassen Farhani, cette rétrospective non exhaustive a été imaginée pour permettre au plus grand nombre de voir ou revoir certains films phares de son œuvre, fictions comme documentaires. Les films de cette sélection affirment sa volonté de réaliser un cinéma du présent, toujours en veille sur la réalité quotidienne des Algériens, et témoignent des évolutions majeures dans les choix de réalisation formelle du cinéaste.

Jeudi 31 mars à 14h
Omar Gatlato

De Merzak Allouache (Algérie, 1976, 1h30)
Avec Boualem Bennani, Aziz Degga, Farida Guenaneche, Rabah Bouchtal, Rabah Lechaa, Abdelkader Chaou, Krimo Baba Aïssa, Arezki Nabti
Omar, qu’on surnomme « Gatlato », est passionné de musique chaâbi algérienne et hindoue, qu’il enregistre dans les cinémas de la ville. Il récupère un jour une minicassette sur laquelle est enregistrée la voix d’une jeune fille qui dit quelques mots…

Jeudi 31 mars à 20h30
Bab El-Oued City

De Merzak Allouache (France / Algérie, 1994, 1h31)
Bab-El-Oued, quartier populaire d’Alger au lendemain des émeutes sanglantes d’Octobre 1988. Boualem, jeune ouvrier mitron dans une boulangerie du quartier, travaille dur la nuit et dort le jour. Un après-midi, il commet un acte « insensé » qui va mettre le quartier en émoi. Des jeunes, dirigés par Saïd, se mettent à la recherche du coupable de cet acte « provocateur » afin de lui infliger une punition exemplaire...

Vendredi 1er avril à 17h30
Normal !

De Merzak Allouache (France, 2011,1h51)
Avec Adila Bendimerad, Nouha Mathlouti, Nadjib Oulebsir
Fouzi, jeune cinéaste, veut réunir ses comédiens pour leur montrer le montage inachevé du film qu’il a réalisé. Pendant la projection, le débat s’installe : quelle est la place de la création en Algérie aujourd’hui ? Comment créer sans se confronter à la censure ? Comment résister ? En réalisant des films ou en marchant vers une nouvelle révolution ?

Vendredi 2 avril à 12h
Madame Courage

De Merzak Allouache (Algérie/France, 2015, 1h30)
Avec Adlane Djemil, Lamia Bezoiui, Leila Tilmatine, Faidhi Zohra
Dans la banlieue de Mostaganem vit Omar, un adolescent instable et solitaire, accro à un psychotrope appelé « Madame Courage », connu pour ses effets euphoriques. Omar est un spécialiste du vol à l’arrachée. Ce matin-là, sa première proie est Selma.

Dimanche 3 avril à 12h
Des Femmes

De Merzak Allouache (Algérie, 2020, 1h30), documentaire
L’implication des femmes dans le mouvement citoyen de contestation du Hirak, vue dans la perspective du long combat féministe en Algérie depuis les événements d’octobre 1988.

Samedi 26 mars à 14h, forum

Café-ciné
Réactualiser les archives pour une histoire au présent

Le cinéma arabe contemporain regarde de plus en plus en arrière, vers les images qui ont été produites par le passé. Fascinés par les récits engagés des périodes antérieures aussi bien que par la quête de nouveaux processus de création portée par leurs aînés dans les années 1970, de nombreux cinéastes de la nouvelle génération questionnent dans leurs films l’héritage d’un passé en lutte contre la domination, qu’elle soit coloniale ou dictatoriale.


Samedi 2 avril à 14h, forum

Café-ciné
Rencontre internationale autour des pratiques de médiation culturelle

Depuis 2019, Aflam est à l’initiative d’un groupe de travail composé de professionnels des pays européens et arabes impliqués dans des activités de médiation culturelle, avec un axe privilégié consacré au secteur cinématographique et muséal. Cette table ronde est l’occasion de réunir une pluralité d’approches en matière de médiation culturelle. Il s’agira de présenter certaines initiatives qui sont de véritables laboratoires d’expérimentation sociale et politique, mais aussi d’engager une réflexion sur des problématiques partagées, liées à la prise en charge des « questions socialement vives » et à la transmission du métier.

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam