Publicité

Classique, mais pas que - Mucem

Le dimanche, 08 mai 2022 de 10:00 à 12:00 - Chaque semaine jusqu'au : dimanche, 29 mai 2022

Ajouter au calendrier

Mucem - Marseille 4€ - 12€

Au Mucem, les quatre dimanches de mai sont placés sous le signe du classique… mais pas que !

Ce nouveau rendez-vous, dont la direction artistique a été confiée à Monique Devaux, mêle concerts et rencontres à l’heure du petit déjeuner, dans le cadre exceptionnel du fort Saint-Jean.

L’occasion d’apprécier les qualités acoustiques de la cour de la Commande avec le Local Brass Quintet (trompettes, cor, trombone, tuba), le trio K/D/M (percussions, accordéon), Smoking Joséphine (violon, violoncelle, alto, contrebasse) et le trio Kouider, Sévère, Rodde (piano, clarinette, violoncelle).

En préambule de chaque concert, un élève du conservatoire de Marseille propose une présentation du programme afin de nous aider à réviser nos classiques, mais il y aura aussi du jazz et des musiques traditionnelles, des airs et des mélodies connus de tous… À chaque matinée son univers musical.

Un café à 10h, une rencontre à 10h30, un concert à 11h. C’est la ritournelle qui va résonner en mai au Mucem !

04 84 35 13 13 https://www.mucem.org/

Mucem 1 Esplanade J4, Marseille France

Prochaines dates

Programme

Dimanche 8 mai
Local Brass Quintet
François Petitprez (trompette), Javier Rossetto (trompette), Benoit Collet (cor), Benjamin Gallon (trombone), Tancrède Cymerman (tuba)

Le Local Brass Quintet souffle un vent d’air frais sur la musique classique.
Pour cette première matinée de concerts au fort Saint-Jean, ce quintette de cuivres novateur et généreux fait résonner trompettes, cors et tubas, pour réchauffer les cœurs.

Programme :
Claude Debussy/Hugues Steketee
La Fille aux cheveux de lin
Extrait des Préludes, Livre 1
Gabriel Philippot
Trois danses : danse mélancolique, danse crépusculaire, danse frénétique
Enrique Crespo
Bossa Nova et Vals peruano extraits de la Suite américaine
Claude Debussy/Gabriel Philippot
La plus que lente
Maurice Ravel/Gabriel Philippot
Don Quichotte à Dulcinée : chanson romanesque, chanson épique, chanson à boire
Justin Hurwitz
La La Land, extrait

Lauréat du prestigieux concours international d’Osaka, artiste Jeunes Talents depuis 2017 et soutenu par le Mécénat Musical de la Caisse des dépôts, le Local Brass Quintet est l’un des ensembles les plus dynamiques de sa génération. Depuis leur master de musique de chambre au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris en 2018, le quintette a initié la création de nouveaux répertoires autour de transcriptions inédites et de commandes à de nombreux compositeurs (Thomas Enhco, Jean-Claude Gengembre, Gabriel Philippot...).
Leur premier CD Stay tuned, sorti chez Klarthe en 2019, a été unanimement salué par le public et par la critique (Classica, Classiquenews, ClassiqueHD), ce qui leur a permis de se produire dans les festivals et événements prestigieux (Fête de la musique à Matignon, festival numérique de la Caisse des Dépôts au Théâtre des ChampsElysées, Surgères Brass Festival, Eurocuivres, Epsival, Musicales de Cambrai, Musica Le Mans, festival international de Gérardmer...), d’être invité régulièrement sur les ondes de Radio France (Génération Jeunes Interprètes, Générations France Musique, Musique Matin, Fip), mais aussi de représenter l’école française des cuivres à l’étranger (tournées en Chine et concerts au Japon).
Leur dernier CD, Ravel, Debussy, Philippot, est sorti en Janvier 2022.

Dimanche 15 mai
Trio K/D/M
Adelaïde Ferrière (percussions), Elisa Humanes (percussions), Anthony Millet (accordéon)

Cette nouvelle matinée musicale au fort Saint-Jean se place sous le signe des musiques d’hier et d’aujourd’hui. Le trio K/D/M réunit vibraphone, marimba et accordéon autour de répertoires variés, de Bach au tango traditionnel en passant par une création de Tomas Bordalejo.

Programme :
Jean-Sébastien Bach/Trio KDM
Sonate pour viole de gambe et clavecin no 3 en sol mineur BWV 1029 pour accordéon et percussion
Jean-Sébastien Bach/Adélaïde Ferrière
Chaconne extraite de la deuxième Partita pour violon seul en ré mineur BWV 1004 pour percussion solo
Tomas Gubitsch
Tres nada Tristes Tigres
Juan José Mosalini
Naomi de juan
Tomas Bordalejo
Nouvelle œuvre (création)
Astor Piazzolla
Le Grand Tango
Alejandro Schwartz
Viento de Milogo
Tomas Gubitsch
Contra vientos y mareas

Le trio K/D/M est un ensemble de solistes qui investit de manière multiple le répertoire des musiques d'aujourd'hui. La souplesse de son effectif — du solo au trio — lui permet de proposer des projets avec les pages historiques et la littérature instrumentale du XXe siècle et du début du XXIe siècle.
Présent tant sur les scènes françaises qu’étrangères, le trio K/D/M a notamment été invité à jouer en soliste par l’orchestre philharmonique du Qatar, l'orchestre national Bordeaux Aquitaine, l'ensemble Contrechamps et l'Ircam. Le trio s'est également produit au Teatro Colón de Buenos Aires, à Philharmonie de Berlin, à la Villa Médicis, au Centre Pompidou, à l'Arsenal et à l'opéra de Metz, au Grand-Théâtre de Bordeaux et aux  festivals Musica (Strasbourg), Archipel (Genève), Controtempo (Rome), ManiFeste 2015 (Paris), Bludenz (Autriche), Présences 2018 (Paris), Les Musiques 2019 (Marseille).
En 2021, le trio a créé avec Elise Chauvain, soprano ; Alain Billard, clarinette basse et Tanguy Viel, récitant Périple, commande de la compagnie à Tanguy Viel sur un texte et Philippe Hurel ; Charlot s’évade (ciné concert), commande de la compagnie à Martin Matalon pour trio et dispositif électronique.

Adélaïde Ferrière, percussion
Lauréate d’une quinzaine de prix internationaux en France et à l’étranger (France, Autriche, Pays Bas, États-Unis) Adélaïde Ferrière est désignée Révélation Soliste Instrumental des 24èmes Victoires de la Musique Classique, première percussionniste à être nommée lors de cette cérémonie. Elle s’est produite à la Philharmonie de Paris, l’auditorium de Radio France, la Seine Musicale, le Grand Rex, l’Opéra national  de Paris, l’Opéra-comique, la Comédie Française, le Mozarteum de Salzbourg, la National Portrait Gallery de Londres, la Philharmonie du Luxembourg, le Théâtre Antique d’Épidaure, l’auditorium Rainier III de Monaco avec l’orchestre de chambre de Paris, l’orchestre de la Suisse Romande, l’orchestre de chambre de Lettonie, l’orchestre symphonique des Jeunes Colombiens, l’orchestre Dijon Bourgogne, l’orchestre Victor Hugo Franche-Comté, en Angleterre, Allemagne, Autriche, Brésil, Chine, Colombie, Danemark, États-Unis, Grèce, Irlande, Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Pays-Bas, République Tchèque, Suisse...
Née dans une famille de musiciens, Adélaïde Ferrière commence l’étude du piano et de la percussion au Conservatoire de Dijon avant d’intégrer à l’âge de quinze ans la classe du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, où elle obtient son Master avec les félicitations du jury en 2017. Elle étudie également en 2016 au Royal College of Music de Londres.
Adélaïde Ferrière est Artiste Yamaha et Kolberg Mallet Artist et soutenue par l’Adami, la Fondation Safran pour la musique, la Fondation suisse Engelberts pour les Arts et la Culture.

Elisa Humanes, percussion
Née à Madrid, Elisa Humanes obtient en juin 2000 le diplôme supérieur de professeur de percussion et le premier prix instrumental du Real Conservatorio Superior de Madrid. Après un premier prix à l’unanimité avec les félicitations du jury dans la classe de marimba du Conservatoire à Rayonnement Régional de Paris (CRR) en juin 2001, elle obtient en 2005 son diplôme de formation supérieure, mention très bien, au Conservatoire national supérieur de musique de de danse de Paris (CNSMDP). Intéressée par la dramaturgie du geste musical elle suit le cycle de perfectionnement avec Frédéric Stochl.
Boursière de la Fondation Tarrazi et de la Fondation Meyer, elle étudie avec Juanjo Guillem (Espagne), Lee-Howard Stevens (États-Unis), Kevin Hathway (Royaume Uni), Silvio Gualda, Michel Gastaud, Francis Brana, Eric Sammut, Michel Cerutti, Florent Jodelet et Frédéric Stochl (France). Elle a été percussionniste de l’Ensemble national d’Espagne de musique contemporaine et de l’orchestre du festival de Lucerne dirigé par Pierre Boulez.
Elle collabore avec l’orchestre national de France, l’orchestre philarmonique de Radio France et l’orchestre symphonique de Madrid.
En tant que soliste, elle a donné de nombreux récitals en Espagne, France et Royaune Uni. En 2006, elle obtient le prix d’interprétation du Collège d’Espagne.
En mai 2007 paraît son CD de musique contemporaine Entre Libra y Escorpio.dédié à la percussion soliste
Elle participe à la création contemporaine en tant que percussionniste du quatuor Face à Face et collabore régulièrement avec l’ensemble Intercontemporain, l’ensemble Ars Nova, l’Itinéraire, l’ensemble Multilatérale et l’ensemble Zellig. Elle intègre en 2014 l’ensemble Musica Universalis.
Professeur d'enseignement artistique, Elisa Humanes a été professeur de percussions au Conservatoire à Rayonnement Régional (CRR) de Grenoble pendant l’année 2005-2006 et au CRI de Drancy de 2006-2012.
Actuellement elle est professeur au CRD d’Issy-Les-Moulineaux.

Anthony Millet, accordéon
Anthony Millet est l’un des tout premiers élèves de Max Bonnay au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris où il obtient son diplôme avant d’effectuer un cycle de perfectionnement concertiste. Membre fondateur du Trio K/D/M avec Gilles Durot et Bachar Khalifé, du quatuor Aeolina, et du duo Migrateur avec le saxophoniste Jean-Pierre Baraglioli, il est invité régulièrement en tant que soliste par l’opéra  national de Paris, la Comédie Française, l’Ensemble Intercontemporain, l’orchestre de Paris, l'IRCAM, les ensembles TM+, Aleph, Accroche note, l’Itinéraire, Ars Nova, Nomos, Sillages...
Il interprète régulièrement le répertoire de l’accordéon contemporain et sollicite les compositeurs. Il a ainsi créé des pièces de Beytelmann, Bousch, Campo, Cavanna, d’Adamo, Dupin, Drouet, Escaich, Filidei, Fiszbein, Giner, Gubitsch, Ianotta, Naon, Narboni, Matalon, Pontier, Soh, Stroppa, Verunelli ….
Parallèlement à ses activités d’artiste, il enseigne l’accordéon aux conservatoires de Montreuil et Vitry-sur-Seine. Il est également professeur assistant de la classe d’accordéon au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris.

Dimanche 22 mai
Smoking Joséphine
Geneviève Laurenceau (violon), Fanny Robillard (violon), Violaine Despeyroux (alto), Hermine Horiot (violoncelle), Lorraine Campet (contrebasse)

S’affranchissant des codes et du cérémonial des concerts classiques, les cinq virtuoses pétillantes de Smoking Joséphine transforment sans complexe le quintette à cordes en un terrain de jeu ! Entre des airs de Chopin, Prokofiev et Saint-Saëns, elles devraient enflammer le fort Saint-Jean avec leur réinterprétation de la Danse rituelle du feu de Manuel de Falla.

Programme :
Edward Elgar
Salut d’amour opus 12
Manuel de Falla
Danse rituelle du feu extraite de L’Amour sorcier
Serge Prokofiev
Extraits de la suite de Roméo et Juliette opus 64
Camille Saint-Saëns
Danse macabre en sol mineur opus 40
Fritz Kreisler
Liebesleid
Liebesfreud
Frédéric Chopin
Ballade no 1 en sol mineur opus 23
Leonard Bernstein
Extraits de la suite de West Side Story

Smoking Joséphine : cinq virtuoses pétillantes pour un nom qui intrigue… Ces solistes accomplies transforment sans complexe le quintette à cordes en un terrain de jeu, s’affranchissant des codes et du cérémonial des concerts classiques. Les Smoking Joséphine aiment faire de la musique ensemble, et suivent leurs fantaisies avec fraicheur et gourmandise.  

Sous l’impulsion de Geneviève Laurenceau, les Smoking Joséphine s’épanouissent depuis 2017 dans la générosité du partage avec le public. La spontanéité, le charme et l’humour donnent à ces musiciennes exceptionnelles un rayonnement singulier. Qu’elles réinventent les grands classiques ou défendent un tango maîtrisé, elles offrent leur passion à tous les répertoires.

Geneviève Laurenceau, élève de Wolfgang Marschner, Zakhar Bron, puis Jean-Jacques Kantorow, est lauréate de prestigieux concours internationaux et ex-supersoliste de l’orchestre national du Capitole de Toulouse. Elle se consacre à présent à sa carrière soliste. Elle est chargée de masterclasses à l’académie Jaroussky et directrice artistique du festival de musique d’Obernai.

Fanny Robilliard, ex violoniste du Trio Karénine, a été membre de la Karajan Academy de l’orchestre philharmonique de Berlin et a remporté le premier prix du concours international d’Avignon en 2007. Elle a aussi été nommée Révélation Classique de l’Adami en 2010.

Violaine Despeyroux aborde tous les types de répertoires en soliste et en musique de chambre. Attirée par la musique de chambre qui occupe une part centrale de son activité musicale, elle a participé à différentes formations (quatuor quintette, octuor…).

Hermine Horiot est reconnue pour ses interprétations d’une grande plénitude, et sa maîtrise parfaite de son instrument associée à une sensibilité réelle. Son premier album solo, Boréales, est sorti en novembre 2018.

Lorraine Campet, reconnue comme l’une des contrebassistes les plus prometteuses de sa génération, est deuxième contrebasse solo de l’orchestre philharmonique de Radio France et se produit régulièrement en tant que soliste et chambriste.

Dimanche 29 mai
Trio Kouider, Sévère, Rodde
Paloma Kouider (piano), Raphaël Sévère (clarinette), Louis Rodde (violoncelle)

Ces trois jeunes solistes et chambristes nous proposent un voyage dans le répertoire du trio avec clarinette. Avec, au programme, une œuvre de jeunesse de Beethoven, le Trio pathétique de Glinka et un moment « cinématographique » avec Nino Rota.

Programme :
Ludwig van Beethoven
Trio en mi bémol majeur opus 11, Gassenhauer
Mikhaïl Glinka
Trio Pathétique en ré mineur
Nino Rota
Trio no 3

Né en 1994 dans une famille de musiciens, Raphaël Sévère fait ses études au Conservatoire de Nantes puis au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris. Vainqueur du concours de Tokyo à douze ans, nommé Révélation soliste instrumental aux Victoires de la Musique à quinze ans, il remporte en novembre 2013 le premier prix de la Young Concerts Artists International Competition de New York ainsi que huit des dix prix spéciaux.
Raphaël Sévère joue régulièrement en soliste avec les orchestres français et étrangers majeurs, en récital et musique de chambre sur toutes les grandes scènes internationales et dans de nombreux festivals.
Raphaël Sévère partage la scène avec les quatuors Ebène, Modigliani, Prazák, van Kuijk, Arod, les trios Wanderer, Owon, Karenine, Messiaen, Martha Argerich, Boris Berezovsky, Paloma Kouider, Paul Montag, Adam Laloum, Gidon Kremer, Gérard Caussé, Antoine Tamestit, Gary Hoffman, Louis Rodde…
Raphaël Sévère est également compositeur (Obscurs pour clarinette et guitare, Sept
Miniatures pour piano seul, Mojen pour clarinette et orchestre) et édité chez L’empreinte mélodique.
Raphaël Sévère enregistre chez Mirare avec Paul Montag, Adam Laloum, Victor Julien Laferrière, le trio et le quatuor Messiaen, Jean-Frédéric Neuburger, le Deutsches Sinfonieorchester. L’ensemble de sa discographie a reçu de nombreuses distinctions. Son prochain album paraitra en septembre 2022 et sera consacré au Concerto pour clarinette de Mozart avec l’orchestre de chambre de Paris, sous la direction de Lars Vogt, couplé au Quintette avec clarinette avec le quatuor Modigliani.

Paloma Kouider s’est formée auprès de Sergueï Markarov à l’Ecole Normale de Musique de Paris et d’Elisso Virssaladze à Florence, avant d’intégrer la classe d’Avedis Kouyoumdjian à l’Université de Vienne.
Avide de culture classique, elle intègre une classe préparatoire littéraire au Lycée Louis-le-Grand tout en recevant le soutien de la Fondation Banque Populaire et de l’Adami dont elle devient Révélation Classique.
Sa pratique de la musique de chambre au sein du Trio Karénine en fait une chambriste recherchée, en concert comme au disque. Elle collabore régulièrement avec les violoncellistes Anastasia Kobekina, Marie-Elisabeth Hecker et Aurélien Pascal ; avec les violonistes Alexandra Soumm, Fanny Robilliard et Fanny Clamagirand ; avec les clarinettistes Patrick Messina, Raphaël Sévère et Annelien van Wauwe ainsi qu’avec la bassoniste Lola Descours
Ses rencontres avec Menahem Pressler, Alfred Brendel, Jean-Claude Pennetier, Eric Le Sage, Paul Badura-Skoda ont particulièrement marqué et orienté son parcours musical.
Investie dans la création contemporaine, qu’elle approfondit avec Claude Helffer, elle est la dédicataire de l’Etude-statue, La Marianne de Benoît Menut et a reçu le prix Hoffmann des Sommets musicaux de Gstaad pour son interprétation d’une œuvre de Benjamin Attahir. Elle a créé avec le trio Karénine des œuvres de Benoît Menut, Franck Krawczyk et Raphaël Sévère.
Paloma Kouider joue bénévolement au sein des associations Esperanz’Arts, qu’elle a fondée, et Fous de musique pour ceux qui n’ont pas la chance de vivre avec la musique au quotidien.
Régulièrement invitée sur les plateaux radiophoniques, Paloma Kouider a enregistré chez Mirare avec le Trio Karénine, DisAuvers avec Anastasia Kobekina, Evidence Classics avec Fanny Robilliard, chez La Musica avec Aurélien Pascal et Lyrinx en solo, tous ses enregistrements ont été salué par la presse musicale.

Nommé « Révélation classique » de l'Adami et lauréat de la Fondation Cziffra en 2011 et de nombreux concours, Louis Rodde a étudié à Paris, Leipzig et Salzbourg auprès de Roland Pidoux, Peter Bruns, Clemens Hagen et des membres du quatuor Ysaÿe.
Soliste et chambriste reconnu, il est membre fondateur du Trio Karénine, lauréat de nombreux prix à Vienne, Heerlen, Paris et de l’ARD de Munich en 2013. Louis Rodde a de nombreux partenaires de musique de chambre (Gwendal Giguelay, Vladimir Mendelssohn, Silvia Marcovici, Emmanuelle Bertrand, Roland Pidoux…). Il a joué en solo avec les orchestres de Caen, philharmonique du Liban, de chambre de Pologne, des Jeunes d’île de France, Royal de chambre de Wallonie, Neue Philharmonie Westphalen... Louis Rodde a enregistré chez Mirare avec le Trio Karénine, chez NoMadMusic avec Gwendal Giguelay et chez B records avec Karen Vourc’h, Thomas Savy et Guillaume de Chassy. Sa discographie a été chaleureusement saluée par la critique. Il joue bénévolement au sein des associations Esperanz’Arts et Fous de musique pour ceux qui n’ont pas la chance de vivre avec la musique au quotidien. Filleul de la Fondation Accenture, il a reçu le soutien de l’Académie musicale de Villecroze.
Louis Rodde joue un violoncelle de Miremont prêté par le Fonds Instrumental Français et un archet de Pierre Simon.

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam