Publicité

Audran Cattin : un album après la série Les Bracelets rouges

Le comédien Audran Cattin s'est fait connaitre dans les séries Les bracelets rouges (TF1) et plus récemment Philarmonia (France 2) et a su conquérir le public. Il revient dès le lundi 11 mars sur TF1 pour la saison 2 des Bracelets rouges avant de lancer son album qu'on attend avec impatience.
Audran Cattin nous a fait le plaisir de répondre à quelques questions sur ses projets à venir.

Audran Cattin

La saison 2 des Bracelets rouges va débuter sur TF1 le 11 mars 2019. Comment avez-vous vécu la saison précédente et la relation avec votre public ?
Très bien ! J'ai été surpris de l'accueil si enthousiaste du public envers la série. Malgré un sujet sensible, les gens ont adoré, et on est ravi. Et les retours des professionnels concernant la crédibilité de la série m'ont beaucoup rassurés aussi, et donne envie de continuer à parler de ça à la télévision. Essayer d'être utile.
Et de divertir intelligement.

Comment expliquez-vous que l'histoire d'Albert Espinosa ait tant ému les téléspectateurs ?
Tout simplement parce que son histoire est rare. Survivre à trois cancers, c'est peu banale, surtout étant adolescent. Mais ce qui est beau dans son témoignage c'est qu'il ne se place pas comme une personne rare, ou extra-ordinaire, mais il prône toujours l'amour de l'autre et la grandeur de la vie. Ça fait tout de suite "grande phrase", mais dans sa bouche ça prend tout son sens.
Son histoire a marqué les gens car elle fait prendre conscience de l'essentiel, elle nourrit les âmes.

On avait terminé la saison précédente avec la séparation des parents de Thomas. Sans forcément spoiler, comment va évoluer votre personnage et sa maladie cette saison ?
Thomas voit l'avenir se dessiner de manière rayonnante. Comme quand Albert Espinosa a guéri. Il combat sa maladie, se bat, il sue et regarde au loin. Plus concrètement il a une prothèse, et il progresse vite. La sortie de l'hôpital semble donc se présenter à lui, ce qui pose des problèmes avec ses amis.

| A lire aussi : Que sont devenus Thomas et Clément dans la série Les bracelets rouges ? Les fans échangent sur le forum.

Pour interpréter le personnage de Thomas, avez-vous rencontré de vrais patients et êtes-vous toujours en relation avec Albert Espinosa dont l'histoire des Bracelets rouges s'est inspirée ?
Je me suis beaucoup documenté avant la saison 1. Et nous avons rencontré Albert à ce moment là. Mais bizarrement toute la rencontre avec le milieu hospitalier et les enfants s'est faite après le tournage. Ceci m'a beaucoup marqué et m'a nourri pour la saison 2.
D'ailleurs il y a plusieurs scène dans la deuxième saison où nous jouons avec de vrais malades. Ce fut des moments troublants, mais très beaux.
Sinon oui, nous gardons toujours le contact avec Albert. Mais il est très pris et voyage énormément car l'adaptation de son histoire est demandée dans plusieurs pays. Je sais, par exemple, que la version allemande des Bracelets Rouges vient de sortir. Et il aime rencontrer les jeunes qui vont jouer "sa vie" et échanger avec eux. Pour nous, il avait carrément appris le français, et nous avais lu une lettre dans notre langue pour nous expliquer son parcours et nous remercier. C'était ouf !

Comment se sont passés les tournages et peut-on dire que les liens avec les autres acteurs sont aussi soudés que dans Les bracelets rouges ?
La première saison c'était la découverte. Que ce soit du sujet, de l'équipe ou des conditions de tournage (pour nous cinq c'était notre premier gros tournage). Puis les liens se sont tissés, l'humain et le professionnel ont dansé ensemble. Et une famille est née. Pour la saison 2, c'était dingo du coup, c'était comme de retrouver toute ta famille à Noël, ou pour une grande cousinade. Genre y'a les cousins que t'adore mais que tu connais vite fait, les oncles et tantes qui te font taper des barres, les parents chiants mais adorables, et les frères et soeurs avec qui tu t'ennuie, tu ri, tu t'engueule et tu vis !
Et tout cet esprit de famille, réunit dans un but professionnel, pour créer et parler d'une histoire.
C'est rare des projets comme celui-là. On a une grande chance.

Vous êtes également comédien pour le théâtre. Dans quelle pièce jouerez-vous prochainement et quand est-il de la pièce que vous avez écrit l'année dernière ?
Pour l'instant pas de projet théâtral en vue. Mais j'écris, j'écris, j'écris. Et je ne sais pas de quelle pièce vous parlez, car j'ai plein d'ébauches. Mais aussi des finies que je retravaille sans cesse. Des scénarios aussi, des textes de musiques etc...

Vos fans vous connaissent aussi en tant que chanteur sous le nom d'Ocelot et vous préparez votre premier album. Peut-on en savoir plus à ce sujet et l'univers de l'album ?
Aaaaah c'est le gros projet du moment.
J'ai toujours fais du rap et de la musique. Avant je m'appelais Lino Nayati, et j'ai sorti deux projets sous ce nom.
Mais j'ai pris une pause de 2-3 ans, pour manger le fruit de ma réflexion, car je trouvais que j'étais allé trop vite, et si je veux sortir et montrer des choses il faut que ça ai du sens.
J'ai donc changé de nom, Ocelot, félin (solitaire) mi chat mi jaguar. Il a le cul entre deux espèces (un peu comme moi, je suis le cadet d'une fratrie).
Et j'ai muri une idée d'album-concept.
En gros tout est venu d'une photo que m'a envoyé une pote lorsqu'elle était en Islande. On y voyait de la glace sur du sable noir, et dans cette glace on y voyait pleins de nuances de couleurs, comme des mini arc en ciel. C'est le phénomène de l'irisation. Comme dans les flaques d'essence.
Et bam ! Moi qui pensais toujours aux nuances qu'il faut faire dans la vie. Que tout n'est pas tout noir ou tout blanc, tout est un mix, des détails, un gris multicolore, cet arc-en ciel.
Et pour aller plus loin que Tout est dans Tout. L'infiniment grand est dans l'infiniment petit. L'empreinte digitale ressemble beaucoup trop à une galaxie, ou à une souche d'arbre. L'iris à un trou noir. Le système nerveux au système solaire. L'irisation d'une flaque d'essence aux nébuleuses.
Et ce qui résume parfaitement cette pensée c'est la pierre d'Opale, qui est un caillou (donc le truc le plus bas, le plus terre à terre possible) qui, une fois cassée, nous dévoile l'Univers.
J'ai donc pensais un album de 8 titres, comme l'Infini. Ça s'appellera Nuances.
Chaque titre sera le nom d'une couleur commençant par Noir très pessimiste, pour arriver à la septième Blanc paradis qui est un rêve, un apaisement, le bonheur. Et enfin la huitième Opale, qui résume tout ça.
Les styles de rap, de voix, de texte et d'instru seront différents pour chaque titre, en lien avec la couleur et le thème du morceaux, évidemment. 

Tracklist :

  1. NOIR (instru trap, bpm 70, guitare électrique, thème égotrip, vice de l'homme)
  2. BLEU MARINE (instru boom bap 90's bluesy, saxophone, thème de l'espoir)
  3. VERT FORET (instru tribal, flûte asiatique, thème de Dieu et de l'ascèse)
  4. JAUNE FLUO (instru reggaeton, thème l'amour, la drogue, la démence)
  5. ROSE BONBON (instru funk, instru twist et instru slow de bal de promo américain, thème du fou rire)
  6. ROUGE FEU (instru trap, thème de l'écriture et de l'intuition, on se place sous l'oeil de mon inconscient qui rappe à ma place et me dit ce que je dois faire pour écrire et vivre)
  7. BLANC PARADIS (instru guitare douce et cloud rap, thème du rêve)
  8. OPALE (Instru électro épique, résumé de tout)

Tout ceci sera lié, entre les morceaux, par de la voix off et une réelle histoire (une sorte de court métrage auditif quoi) qui ne finira jamais puisque la fin d'Opale est le début de Noir. Tout est dans Tout.
Pour tout ça j'ai collaboré avec Nicolas Latron qui est mon beatmaker et arrangeur son sur tous les titres (il a aussi un autre groupe qui s'appelle Céphée, et ça déboite, p'tite promo ça fait jamais de mal), Tom Carrey un guitariste, chanteur, harmonica-man sur Blanc paradis, mais aussi Azize Diabaté (celui qui joue Medhi dans Les Bracelets Rouges) qui pose un couplet dans Noir.
Sinon j'ai aussi joué du saxophone dans Bleu marine et du ukulélé dans Jaune fluo.
Pour tout ce qui est graphique j'ai collaboré avec deux gars ultra talentueux : Felix Ranaudin et Renan Gaudé, qui ont réalisé tout le visuel de l'album.
Bref, tout ceci sort bientôt et j'ai hâte de vous le faire écouter.
Ce qui est cool c'est que dans les Bracelets Rouges aussi j'ai réussi à caler un rap, mais je vous laisse la surprise.

Qu'est ce qui vous plait dans le fait de varier différents univers artistiques : télé, théâtre et musique ?
Je suis beaucoup trop curieux, et pressé. C'est une qualité comme un défaut. Car ça me fait découvrir de nombreuses choses, mais j'ai envie de tout faire et je suis donc insatisfait. Mais j'y travaille, et je me dit que tout arrive à qui sait attendre. Alors je prend mon temps.

Depuis 1 an vous cartonnez à la télé (Les Bracelets rouges et récemment Philarmonia), pourtant vous aimeriez reprendre vos études... Est-il possible d'en savoir un peu plus sur ce choix et vos projets ?
J'ai dit dans une interview que tester une licence d'Histoire ne me déplairait pas car j'ai toujours voulu être archéologue. Mais en vrai c'est comme ce que je disais dans la question d'avant, je suis beaucoup trop curieux, donc si c'est pas maintenant ce sera plus tard.
Surtout que je sais que l'archéologie est un rêve, je ne sais pas du tout si dans le concret cela me plairait.
On verra bien quoi.
Je crois beaucoup au destin.

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Amen.

Merci à Audran Cattin d'avoir répondu à notre interview !
Retrouvez le aussi sur Facebook.

interview Musique TF1 Série

1 vote. Moyenne 2.00 sur 5.

Ajouter un commentaire