Publicité

La discrimination dans le sport

Le sport est censé unir les Hommes. Il n'empêche que de nombreuses discriminations sont encore présentes, quelque soit les disciplines.

Certains organismes officiels lancent régulièrement des campagnes de lutte contre la discrimination. Par exemple la Décennie de l'inclusion des Roms a créé une campagne intitulée Le racisme casse le sport. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, son message est à portée générale contre le racisme et pas orienté exclusivement sur la communauté Roms.

Le problème c'est que ces campagnes sont essentiellement lancées par des organismes indépendants. Bien que les fédérations sportives aient connaissance du problème de la discrimination, leurs messages sont peu nombreux ou commencent simplement à apparaitre, parfois de manière discrètes.
Par exemple, lors d'une rencontre sportive majeure, comme au rugby, un message du type "Silence. Veuillez respecter le joueur." est affiché lorsque des points vont être marqués.

Le racisme dans le sport

Le racisme dans le sport signifie que la couleur de peau, la religion, la nationalité ou l'ethnie d'une personne sert pour un comportement discriminatoire ou abusif. Le racisme n'est pas limité au terrain de foot ou aux joueurs de couleur. Il touche tous les sports, du niveau amateur au niveau international.
On peut également retrouver le racisme dans les médias, auprès des supporters, dans les équipes ou avec les arbitres.

En 2008, le pilote Lewis Hamilton (F1) a reçu des insultes racistes provenant de spectateurs lors d'essais sur le circuit de Barcelone.
En 2004 deux footballeurs britanniques ont reçu des imitations de singes de la part de supporters, lors d'une rencontre internationale.

La discrimination sportive selon le genre

Dans de nombreux sports les femmes luttent encore pour être traitées à égalité dans la pratique d'une activité ou pour l'opbtention d'un financement paritaire. Une grande partie des instances sportives (nationales, européennes ou internationales) continuent d'être dirigées par des hommes.
L'importance médiatique est également très différente. Par exemple en France les grands médias ne se concentrent que sur les compétitions masculines, laissant des médias de moindre importance parler des compétitions féminines.
Bien souvent ce type de discrimination commence dès l'école, où les filles sont exlues de certaines disciplines sportives.

Le football européen attire des millions de spectateurs. En parallèle de nombreux joueurs du monde entier (Afrique, Amériques, Australie...) viennent jouer dans les ligues européennes.
Pourtant, la diversité des éthnies et des nations, l'homophobie continue de poser des problèmes tant au niveau amateur que professionnel. Il est même tabou d'en parler.
Il n'existe pas un seul joueur professionnel en ligue européenne qui se déclare ouvertement gay. Slogans et chants homophobes sont entendus dans de nombreux stades européens. L'homosexualité est encore considérée comme tabou et une provocation dans le domaine du sport.

Quelles actions mener pour lutter contre les discriminations ?

"La discrimination et la violence, sous quelque forme que ce soit [...] n'ont pas de place dans une société civilisée et le football a un rôle éminent à jouer pour les éliminer."
Michel Platini - Président de l'UEFA

Aux Pays Bas, divers clubs d'importance participent au projet Voetbal heeft meer dan twee doelen (Le football a plus de deux buts) ; organisé par la fédération de football.
Les clubs organisent différentes activités interculturelles autour du foot ; auxquelles participent des gens de différentes religions, couleurs de peau ou sexes.

Néanmoins de nombreuses questions se posent encore :
- quel est le vrai but du sport ? (N'est ce pas le partage et l'amusement)
- Pourquoi existe-il des quotas européens limitant le nombre de joueurs étrangers, y compris au niveau amateur ?
-Pourquoi certaines disciplines acceptent des joueurs étrangers, mais pas de membres immigrés dans le staff ?

Source : FRA - UE

Maxime Lopes sur Google+

7 votes. Moyenne 3.00 sur 5.

Commentaires (1)

gusgus
  • 1. gusgus | mardi, 16 Mai 2017
oui

Ajouter un commentaire