Publicité

Cyclisme sur piste

Sport spectaculaire et exigeant, la piste se révèle pour les cyclistes une alternative idéale en pleine saison hivernale. Découvrez les secrets de cette discipline à part.

Au coeur de l'hiver, quand il fait -2ºC ou qu'il pleut à verse, le cycliste n'a guère le choix : rouler dans la cambrousse ou faire du home-trainer au chaud chez soi ou en salle. Encore peu de cyclistes connaissent la troisième option idéale pour tourner les jambes en attendant le retour des beaux jours : la piste. Un peu partout en France (Paris, Grenoble, Bordeaux, Roubaix) apparaissent des vélodromes couverts. Ils proposent des baptêmes et séances d'entrainement sur piste.
A Saint Quentin en Yvelines, dans cet écrin ovoïde et doré s'entrainent ainsi les meilleurs pistards français. Sur les vélos montés en pignon fixe et sans frein s'affrontent les aventureux pour enchaîner les tours sur la plus large piste au monde.

En semaine ou le week end, chacun peut s'initier à cette discipline ludique et flippante. Le vélo de piste se différencie du vélo classique par l'absence de « roue libre » à l'arrière ; c'est à dire que l'unique pignon est directement relié à la roue par mouvement continu. Ainsi une fois lancé on ne peut plus s'arrêter de pédaler.

Pour ceux qui n'ont jamais essayé, un coureur expérimenté vous encadre. Il fait monter progressivement le cycliste sur l'anneau, ligne après ligne, en maintenant une vitesse suffisante. Lorsque le "mur" (où la pente est la plus forte, à 44º) est atteint, mieux vaut ne pas ralentir sous peine d'être rattrapé par les lois de l'attraction et de goûter aux lames de pins provenant de Sibérie...

Une fois l'appréhension du début passée, le coureur ressent des sensations folles. Les cyclistes accomplis peaufineront leur préparation, la piste étant idéale pour travailler le rythme et la vélocité.

Cyclisme

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire