Publicité

Théâtre : Histoire de Nana (d'après Emile Zola)

Découvrez la pièce Histoire de Nana adapté du roman d’Emile Zola, au Théâtre de Saint-Maur. Une pièce écrite et mise en scène par Florence Camoin.

Histoire d’une courtisane sous le second empire

Née en 1852 dans la misère du monde ouvrier, Nana est la fille de Gervaise, héroïne de L’Assommoir. Livrée à elle-même très jeune, plutôt gironde, Nana va vite comprendre que le seul moyen de s’en sortir, c’est d’user de ses charmes. Un de ses nombreux amants va l’installer dans un riche appartement tandis que les autres vont lui permettre d’avoir un train de vie confortable. Elle devient une personnalité incontournable des soirées parisiennes – à l’instar de Liane de Pougy ou Valtesse de la Bigne dont Zola s’est inspiré – grâce à son rôle de la blonde Vénus au théâtre des Variétés. Repérée par des diplomates, des princes, de riches marchands, des banquiers, elle va tous les conduire en toute insouciance à la ruine et au déshonneur…

La pièce

Le choix des personnages m’a paru limpide. Zoé, la femme de chambre et confidente était indispensable pour nous faire partager les sentiments réels de Nana. Le personnage du jeune amant, Jojo, est l’alter ego au masculin de notre courtisane. Il n’a ni conscience, ni morale et c’est peut-être pour cela que Nana est séduite par ce mauvais garçon qui n’hésite pas à profiter d’elle et à la remettre à sa place. Le directeur du théâtre, le mentor de Nana, campe un ami qui n’a guère d’illusions sur son époque. Il fallait bien entendu une victime riche, un banquier, qui saurait finalement garder son cynisme et ne pas sombrer. N’oublions pas le Comte Muffat qui représente le sens moral, l’idée du pêché, le désir insurmontable, le cocu désespéré qui viendra au pied de l’hôtel attendre la mort de Nana sans qu’on sache finalement ce qu’il adviendra de lui après… Zola décrit un monde de faux-semblants où, si l’on ne se laisse pas emporter sans vergogne par le tourbillon léger de son époque, on finit par s’effondrer dans l’indifférence générale.  

Avec :
Barbara Probst (Nana)
Olivia Demorge (Zoé, femme de chambre de Nana)
Xavier Béja (Muffat, comte, diplomate, amant de Nana)
Philippe de Monts (Jojo,  comédien, amant de Nana)
Alain Guillo (Steiner, Banquier, amant de Nana)
Jean-Luc Paliès (Bordenave, directeur du théâtre des Variétés, amant de Nana)
Manon Opavska (harpe)
Miglé Astrauskaité (flûte traversière)
Clara Baget (violoncelle)

Scénographie : Luca Jimenez
Costumes : Elisabeth de Sauverzac
Création musicale : Jean Roudon
Lumières : Anne Gayan

Assister aux représentations

Au Théâtre de Saint-Maur
20, rue de La Liberté
94100 Saint-Maur

RER A – Parking gratuit au théâtre

Informations et réservations :
Tél. : 01 48 89 22 11
theatresaintmaur.com

Mars 2017

Vendredi 3, samedi 4 et 11 à 20h30
Dimanche 5 à 15h30
Vendredi 10 à 19h
Scolaire le jeudi 9 à 14h

Festival d'Avignon

Festival d’Avignon du 7 au 30 juillet 2017
Au Nouveau Roseau à 16h30  

Intentions de mise en scène

Le bonheur des dames de Zola traite de l’émancipation des femmes de toutes conditions sociales. Nana traite de leur asservissement. Quel choix avait Nana, fille de la pauvre Gervaise, sinon se prostituer ? Elle est belle. Les hommes tombent dans ses bras. Elle est pauvre alors elle se fait payer en toute bonne logique. Il n’est pas question d’amour. Il est question de survivre, et pourquoi pas dans le confort, tant qu’à faire, pas comme sa mère ! Elle respire la joie et la simplicité d’un contrat avec la gente masculine qui lui convient. Ils l’aiment, la désirent, en souffrent, c’est leur problème. Nana croit qu’elle aurait pu être une femme honnête ou une gentille religieuse mais son destin l’a condamnée à dispenser toutes sortes de joies. Elle ne sait pas faire autrement. Elle vit au jour le jour, prête à s’échapper à tout moment. 
Florence Camoin  

Maxime Lopes sur Google+

Spectacle

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire