Publicité

L'éveil du printemps à la Comédie française

Voilà une pièce où le titre est parfaitement de saison : L'éveil du printemps. Ne vous fiez pas de trop au registre léger que ces mots supposent, L'éveil du printemps est une pièce de Frank Wedekind, jouée pour la première fois en 1906 et aussitôt censurée par la bonne société prucienne d'alors : trop corsosif, trop imoral... L'éveil du printemps raconte la découverte des premiers émois adolescents de façon assez frontale pour l'époque et rentre cette année à la Comédie française. Comment parler de l'adolescence sans la singer ? Comment jouer un gamin de 14 ans quand on en a le double ?

L'éveil du printemps, l'auteur Frank Wedekind en 1891 l'avait lui même sous-titré "Tragédie enfantine". La tragédie c'est cette période de mutation où se pose tant de questions lorsque l'enfant se change en adulte. Transformation des corps et mutation des âmes, la pièce évoque ces tourmons physiologiques et psychiques où l'envie de grandir le dispute à l'angoisse de vivre : ce que l'on appelle l'adolescence.

Pour le metteur en scène Clément Hervieu-Léger auprès d'Arte, personne n'est voué à rester adolescent, c'est un état de passage. Ce passage est, selon lui, magnifique à raconter au théâtre et il est forcément inconfortable puisqu'on ne peut pas s'y installer. Souvent un metteur en scène dit à ses comédiens "ne t'installes pas" ; alors demander à des comédiens jouant des adolescent de ne pas s'installer, l'enjeu est encore plus réjouissant.

Tout est abordé dans cette pièce, désirs et angoisses d'une jeunesse au temps de la puberté ; reste alors aux comédiens à incarner ce qu'ils ont peut être été, mais ce qu'ils ne sont plus.
Le metteur en scène leur a demandé de prendre au premier degré les préoccupations de ces jeunes gens, il n'a pas demandé de jouer l'adolescence mais de la prendre au sérieux ; à partir de ce moment le voyage et le chemin vers l'adolescence était possible. Les adolescents ont cette chose incroyable de ne pas avoir de distance et notamment dans les changements d'état. A part les adolescents, seul les acteurs sont capables de cela.

Dans un décor en permanente évolution comme ces moments d'adolescence, cet éveil du printemps joue aussi sur notre mémoire : celui d'un temps effréné qui n'est plus.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Pour rester informé de l'actualité de Divertir ; abonnez-vous !

Newsletter

Facebook