Publicité

CIRQUE PHENIX : Venez découvrir le spectacle "CirkaCuba" !

Après le succès triomphal de CirkAfrika à travers le monde, retrouvez CirkaCuba au Cirque Phénix ! 

Cirkacuba

Au croisement de la musique, de la danse, du chant et du cirque, CirkaCuba est un ensemble moderne, une invitation à célébrer l’ouverture de cette île richissime aux yeux du monde. Ce spectacle est composé de 50 artistes réalisant douze numéros de cirque d’envergure tels que de la suspension aérienne, du pole dance, de la jonglerie à la cubaine…

Le créateur Alain M. Pacherie avait un objectif simple : «il n’est pas question ici de présenter le Cuba de demain, mais de retranscrire avec humilité les émotions qui m’ont envahi à la découverte de ce pays magnifique. Pour cela, la culture est un vecteur efficace de connaissance et le cirque possède cette dimension familiale qui permet le partage.. »

Réservations : 01 40 55 50 55 - cirquephenix.com. A partir de 19 euros.

Questions / réponses avec Alain M. Pcherie : créAteur & metteur en scène du cirque Phénix

Comment vous est venue l’idée d’un cirque cubain ?

Après le succès triomphal de CirkAfrika à travers le monde, je souhaitais présenter un nouveau cirque dit « communautaire » sur le même principe. Montrer le répertoire acrobatique peu connu d’un continent ou d’un pays, tout en ! africaine dans le monde entier avec le même succès. Nous étions convaincus que Cuba, sur un principe similaire, emporterait l’adhésion. Bien entendu, nous ne pouvions imaginer ce chiffre pharaonique de 300 000 places déjà vendues mettant l’accent sur la richesse de sa culture. Cuba se prête particulièrement bien à l’exercice. Avec CirkAfrika, nous avons expérimenté la fête 2 au moment où je vous parle, six mois avant la première représentation en France.

Pourquoi CirkACuba ?

Voilà plusieurs années donc que je travaille avec le Ministère de la Culture cubain à la création d’un spectacle. Bien avant la reprise des relations diplomatiques entre les USA et Cuba, j’ai souhaité, comme je l’ai fait avec l’Afrique, faire une tournée à travers l’hexagone et le monde pour montrer l’essence de la culture cubaine à travers le cirque. Le casting s’est déroulé à l’été 2014, et les répétitions se font sur place depuis lors. Nos équipes font des séjours techniques et artistiques à la Havane pour s’assurer du respect de nos prérogatives.
Mon objectif est simple : il n’est pas question ici de présenter le Cuba de demain, mais de retranscrire avec humilité les émotions qui m’ont envahi à la découverte de ce pays magnifique. Pour cela, la culture est un vecteur efficace de connaissance et le cirque possède cette dimension familiale qui permet le partage.

Quel rôle joue la musique dans votre création ?

La musique cubaine a cinq siècles d’histoire et fait partie intégrante du quotidien des Cubains. Aux musiques religieuses et nationales des colons espagnols se sont mêlés de nouveaux rythmes sous l’influence d’instruments traditionnels importés par les esclaves chinois et africains. En cinq siècles, Cuba a digéré les civilisations les plus diverses, et le métissage a fait le reste pour donner naissance à cette identité dont la musique cubaine est aujourd’hui le symbole. Ce trouve aux quatre coins du monde.

Nous avons soigné le casting des musiciens, des chanteurs et des danseurs. Les attentes du public quand on traite de Cuba sont élevées, et il est donc de mon devoir de les satisfaire tout en respectant sans conditions la culture cubaine. Deux années auront été nécessaires pour sélectionner les musiciens capables à la fois d’interpréter le répertoire cubain, mais aussi brassage fait qu’on attribue à Cuba une vingtaine de musiques dites traditionnelles dont l’origine se d’accompagner et illustrer musicalement des numéros de cirque.

Ce casting restera gravé en moi comme un des meilleurs moments vécus à la Havane. Cuivre, clavier et percussions vous happent littéralement et vous plongent au cœur de cette culture joyeuse et ouverte. Il n’existe pas de fossé générationnel entre les musiciens. Ils sont frères et savent combien la magie qu’ils créent avec leurs instruments est perçue bien au-delà des frontières, dans des contrées lointaines dont ils n’ont jamais entendu parler.

Existe-il une spécificité du cirque cubain ?

Le cirque cubain puise ses origines dans le cirque anciennement soviétique. Après la révolution, à l’ère du rapprochement entre Cuba et l’Union Soviétique, le cirque de Moscou, reconnu dans le monde entier, fit son entrée dans le répertoire acrobatique cubain.
Aujourd’hui, ce cirque s’est éloigné de ses pairs pour se forger une identité structurelle davantage fondée sur ses spécificités actuelles, sa musique, ses danses et son oralité dans la transmission. Si la maîtrise acrobatique est incontestablement inspirée du cirque russe, sa forme contemporaine est davantage tournée vers les spécificités de la culture afro-cubaine, notamment avec une présence importante de la musique et de la danse. Cette mixité que l’on retrouve dans la société cubaine confère à ce cirque un goût particulier au point que désormais certains numéros sont inédits dans le répertoire acrobatique international et sont clairement estampillés cubains.

Que va-t-on découvrir dans Cirk A Cuba ?

Ce spectacle célèbre la jubilation. Au croisement de la musique, de la danse, du chant et du cirque, CirkaCuba est un ensemble moderne et ouvert au monde. Il s’agit d’une invitation à célébrer l’ouverture de cette île richissime aux yeux du monde. Douze numéros de cirque d’envergure composent ce spectacle. Ils seront accompagnés de danseurs, chanteurs et musiciens pour un ensemble de cinquante artistes.

Les numéros joués

Trapèze volant

Le trapèze volant est né en France en 1859. Très vite, il a été adopté par de nombreuses troupes acrobatiques américaines et russes qui l’ont développé et fait évoluer techniquement. C’est sans doute la discipline la plus populaire exportée par les formateurs soviétiques aux quatre coins de la planète. En créant des troupes de trapèze volant pour lesquelles la précision des figures est aussi importante que le rythme de leurs enchaînements, Cuba n’a pas fait exception à la règle.

Suspension aérienne

La suspension par les cheveux est une spécialité asiatique popularisée en Europe et en Amérique par les acrobates chinois dès la fin du 19ème siècle. Plusieurs dynasties circassiennes sud-américaines s’en sont alors emparées pour en faire une discipline au caractère exceptionnel et spectaculaire. Discipline masculine à l’origine, la suspension par les cheveux est devenue une technique plutôt féminine. Aujourd’hui encore, c’est une pratique rare et les acrobates cubaines en sont devenues virtuoses.

Équilibre acrobatique

Individuel ou collectif, l’équilibre est l’essence même de l’acrobatie. Il allie la pureté des lignes à la performance physique et offre des possibilités infinies pour les artistes. L’école soviétique a longtemps privilégié l’équilibre comme un prétexte à des enchaînements fluides et spectaculaires. Les acrobates cubains associent leur élégance naturelle à la maîtrise technique héritée du savoir-faire des formateurs russes.

Balancoire russe

La balançoire russe est une variante du bélier, un engin de propulsion inventé au Moyen Âge. Propulsé par deux ou trois partenaires, le voltigeur déploie ses figures dans les airs. Discipline propre aux grandes troupes de l’Est, la balançoire russe est néanmoins très populaire à Cuba où les troupes acrobatiques multiplient les prouesses spectaculaires.

Jonglerie à la cubaine

Le jonglage est longtemps demeuré une discipline autonome, très populaire sur les parvis d’églises et les places publiques. Cependant, dès le 19ème siècle, la manipulation d’objets variés devient le prétexte au développement d’une technique de cirque inédite et connaît un succès planétaire immédiat. Les jongleurs sud-américains privilégient souvent la vélocité et se caractérisent par leur énergie et leur gaieté communicatives.

Bascule

Le saut à la bascule est une discipline ancienne liée à la propulsion et à l’art de la guerre. Héritée de la pratique de la catapulte, la bascule est devenue populaire lorsque des troupes hongroises et russes se sont appropriées sauts et figures. Technique collective et spectaculaire, elle s’accorde bien à l’énergie des acrobates cubains, inspirés par cet agrès, à la fois simple et complexe, auquel ils donnent une singularité rythmique audacieuse. reprises comiques La figure du clown est universelle et transversale. Rire est commun à toutes les cultures du monde et permet à toutes et à tous de s’exprimer face à un public. La pratique du clown à Cuba est imprégnée de plusieurs traditions. Elle se caractérise aujourd’hui par des artistes très proches du public, de jeunes clowns très populaires qui s’inspirent de la simplicité des augustes soviétiques tout en nourrissant leur jeu de l’imaginaire cubain.

Pole dance

Discipline née sur les champs de foire du Canada dans les années 1920, le pole dance a de faux airs de mât chinois. Technique physiquement exigeante, c’est un mélange de force et d’élégance qui conditionne la fluidité des enchaînements. Seules ou en duo, les acrobates cubaines y associent une flexibilité propre aux contorsionnistes, et donnent ainsi à leurs évolutions un caractère à la fois sensuel et spectaculaire.

Maxime Lopes sur Google+

Spectacle

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire