Publicité

Le tourisme responsable

Jamais nous n'avons autant voyager. Pourtant depuis quelques années, le tourisme responsable prend de l'ampleur.

Voyons ensemble ce nouveau mode de consommation de nos vacances.

L'une des première étape de cet écotourisme est le voyage local. Comprenez ici le fait de voyager dans votre région.
Cette dernière regorge certainement de nombreux lieux à visiter : monuments, musées, parcs, châteaux... Les offices du tourisme peuvent vous renseigner gratuitement à cette occasion.

L'écotourisme : késako ?

L'écotourisme, c'est partir dans des sites naturels où ressources et environnement des habitants sont conservés pour le bien être de tous.

Cela passe par des process de bout en bout : du transport comme les vélos-routes à l'hébergement.
De nombreux modes d'hébergements permettent de préserver l'environnement local : cabane dans les arbres, bungalow flottant... Ils sont fabriqués dans des matériaux écologiques et respectent l'esthétique des lieux. Enfin ces hébergements consomment des énergies renouvelables.

Si ces modes d'hébergement ne vous conviennent pas, il est tout à fait possible de partir dans un gîte ou chez l'habitant. Ce sera peut être l'occasion de découvrir un nouveau mode de vie et de flânner dans un univers champêtre.

L'échange de maison

L'échange de maison (ou home for home) fait une arrivée en force cette année en France. Il existe même des sites web dédiés à cette pratique.
Des personnes échangent leurs maisons, le temps d'une semaine ou d'un week end. Bien que cette pratique soit utilisée par des propriétaires, elle permet à tout un chacun de profiter d'un toit à moindre coût.

Certaines personnes laissent ainsi leur maison ou appartement pendant une absence ou un déplacement et arrondissent les fins de mois. Cela reste plus économique que l'hôtel ou un gîte.

Seule condition pour "emprunter" le logement de quelqu'un : le rendre en bon état.

Enfin le tourisme responsable insiste pour consommer local. Cela implique à ce fournir l'alimentation et les souvenirs auprès de producteurs ou d'artisans locaux.

Maxime Lopes sur Google+

Tourisme

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire