Publicité

Color my skin compte démocratiser le tatouage

Le tatouage est un art et il se popularise de plus en plus. Sous l'égide de Tin-Tin le mondial du tatouage de Paris est l'un des plus grand salon et est celui qui enregistre le plus d'affluence. Pourtant le tatouage on en parle peu. Color My Skin est un média dédié au tatouage et aux cultures qui gravitent autour. Il vise à informer les initier, mais aussi les néophytes. Rencontre avec l'un des fondateur de ce média unique en son genre.

Logo Color my skin

Pouvez-vous faire découvrir votre projet CMS à ceux qui ne le connaîtraient pas encore ?
Color My Skin est, à l’heure actuelle, un écosystème de médias diffusant la culture tatouage. Cet écosystème est constitué d’un site internet, d’une chaîne Youtube, et de comptes sur les principaux réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram). Notre but premier est de démocratiser la culture tatouage de la manière la plus claire possible.

Qu’est-ce qui vous a poussé à créer ce média ?
C’est l’absence d’autres supports vidéos qui nous a incité à lancer le projet. Lorsque nous sommes arrivés sur Youtube, il n’y avait aucune chaîne qui se dédiait uniquement au tatouage. Nous l’avons donc fait pour combler ce que je trouvais être un manque dans le paysage audiovisuel.

L'équipe de Color My Skin

L’interview est le format de référence, quelle est celle qui vous a le plus marqué ?
La rencontre la plus marquante a été celle avec El Patman, qui est par la suite devenu un ami proche de l’équipe. Nous le connaissions uniquement de réputation, et l’interview a enrichi toute l’équipe, tant en matière de tatouage qu’humainement.

Souhaitez-vous nous parler de votre premier long documentaire : In Memoriam - Transmission d’un héritage ?
Ce documentaire est né de la rencontre avec Mikaël de Poissy, un des tatoueurs les plus reconnus à l’international pour son travail et en particulier pour son style : les vitraux.
Nous avons rapidement noué un lien fort avec lui, et avons imaginé ensemble ce premier projet de documentaire portrait. Le travail a été réalisé sur 3 jours de tournage consécutifs, et il a été question de plusieurs centaines d’heures de travail pour la post-production.
Au final, nous avons sorti un documentaire de 52 minutes, disponible gratuitement sur YouTube.

Que pense le public et les professionnels de votre média web ?
Le public de tatoués est généralement satisfait de notre existence, même s’il est difficile de se faire connaître auprès d’eux. Il y a une grande disparité dans les typologies de tatoués, et les plus amateurs sont généralement des quadra qui ne consomment pas ou peu de contenu en ligne. Pour les plus jeunes (18-25 ans) ils sont généralement attirés par le tatouage sans pour autant être curieux de la culture qui se cache derrière.
Concernant les professionnels, la plupart sont ravis de voir que nous tentions quelque chose ! Néanmoins, comme pour les tatoués, nous sommes encore très peu connus de la profession.

Le monde du tatouage semble être un milieu d’initié où tout le monde se connaît…
C’est vrai. C’est un microcosme, donc les gens se connaissent, au moins de réputation. Néanmoins le marché évolue tellement rapidement à l’heure actuelle qu’il devient difficile d’identifier tous les nouveaux venus, peu importe leur talent. Les vieux de la vieille se connaissent entre eux, mais parmi les plus jeunes seuls les plus talentueux sortent du lot et se font repérer.

Color My Skin sert-il à démocratiser le tatouage là où c’était peut-être plus réservé avant ?
C’est un peu notre volonté oui. Montrer aux gens ce qu’il est possible de faire en tatouage, en faisant découvrir de nouveaux artistes. Prochainement on souhaiterait également sortir un format d’initiation, pour les plus néophytes, avec des conseils, des bonnes pratiques à adopter lorsque l’on découvre le monde du tatouage.
C’est un monde où l’on demande aux clients d’avoir la tête bien faite, mais malheureusement tout le monde n’a pas conscience de ce qui semble être le “bon sens”. Comme tous les tatoueurs ne transmettent pas ce savoir, on va le faire afin de réhausser le niveau des cliens et futurs tatoués en France.

Color My Skin se professionnalise, et à ce titre vous faites un financement participatif. Pourquoi ?
Le contenu qui est produit par Color My Skin depuis deux ans maintenant est à un niveau semi-professionnel. Produire ce genre de contenu a un coût. Malheureusement, le modèle économique de la diffusion sur Youtube ne permet pas de générer des revenus avant d’avoir une très large audience. Pour palier à cet obstacle, nous avons lancé un financement participatif sur Ulule. Ceci nous permettrait de rester indépendant tout en continuant à effectuer un travail de passionnés (car nous ne gagnons par d’argent grâce à Color My Skin) sans investir toutes nos économies personnelles dans cette production. Le financement participatif nous semble être la meilleure manière pour garder cette indépendance, partager notre travail, nous faire connaître, et réunir les fonds nécessaires à la poursuite de notre travail.

Vous pouvez soutenir le projet Color my skin sur Ulule.

Pensez-vous que l'avenir de la presse spécialisée se joue sur internet et que les magazines papiers vont disparaître ?
Mon avis est biaisé, parce que je fais une formation très orientée digital. J’ai en effet tendance à penser que les magazines papiers de par leurs coûts de production, les volumes achetés et le manque de réactivité inhérent à leur format, vont finir par disparaître de la situation.
Internet permet de réagir vite, de manière précise, sans pour autant perdre en qualité, et je crois que c’est manquer un virage stratégique que de penser le contraire.
A l’heure actuelle, il est difficile d’être pérenne avec un magazine papier. Ce n’est pas plus facile avec un site internet, mais les manières d’engranger de l’argent sont plus variées. A côté de ça, pouvoir acheter des magazines papiers, c’est un luxe que tout le monde ne peut pas se permettre, aussi triste que cela puisse être.

S'il y avait un format en particulier que vous souhaiteriez développer sur votre chaine Youtube, quel serait-il ?
J’aimerais développer un format beaucoup plus adapté à Youtube. J’aime le format de référence, il faut tout de même reconnaître qu’il est élitiste, et que les plus néophytes d’entre nous peuvent se sentir exclus par ce qu’on leur propose. La prochaine étape serait de proposer quelque chose qui se rapproche de ce que les spectateurs connaissent, un/des format(s) plus intimiste(s) pour créer une proximité entre nous. Qu’une vraie communauté se développe.

Comment expliquez-vous que les français se passionnent pour les tatouages (actuellement 7 millions de personnes soit 14% de la population est tatouée) ?
Il y a toujours eu une forme de passion pour le tatouage. Il faut maintenant regarder des médias mainstream. Les joueurs de foot sont tatoués, les célébrités sont tatouées, ce n’est plus quelque chose que l’on cache. Il y a une forme d’acceptation qui pousse les gens à franchir le cap et à oser ce qui s’apparente à un fantasme interdit.

Le mondial du tatouage aura lieu début mars. Y assisterez-vous et réaliserez-vous des reportages sur l'évènement ?
Dans l’idéal oui ;) On doit encore faire nos demandes d’accréditations. L’an dernier nous avons pu répondre présent, ce serait très bien d’y être également cette année pour couvrir l’événement et proposer un aperçu à tous les amateurs de tatouage le plus vite possible.

Que conseillerez-vous à quelqu'un qui veut se faire tatouer pour la première fois ?
De regarder Color My Skin, et d’attendre nos prochaines vidéos sur les bases du tatouage.
Plus sérieusement, le tatouage c’est quelque chose qui doit être réfléchi. Le choix du tatoueur a son importance, peu importe le genre de pièce que l’on souhaite réaliser. Ecoutez votre tatoueur, si vous avez pris le temps de le choisir, il saura vous offrir des conseils de qualité. Faites leur confiance.

Si le tatouage est un art, faut-il avoir peur des robots tatoueurs qui commencent à arriver et n'est ce pas un choc culturel ?
Je ne pense pas qu’il s’agisse d’une menace ou qu’il faille en avoir peur. J’ai écrit un article dessus avec Olivier Poinsignon (un tatoueur), et le fruit de notre réflexion nous a fait réaliser que tout le monde ne voudra pas se faire tatouer par un robot, et que ces derniers ne pourront pas supplanter l’humain en terme de création.
Il s’agira probablement d’une alternative intéressante à explorer, pour des personnes intéressées par le tatouage mais n’ayant pas nécessairement le bagage artistique demandé. Je pense ici à des ingénieurs, des techniciens qui sauraient se servir de la machine d’une manière inédite.

Etes-vous tatoué ? Pouvez-vous nous faire découvrir l'un d'eux ?
Quand on est dans le monde du tatouage, on cède vite à la tentation.
Découvrez un tatouage réalisé par El Patman, qui est en cours de réalisation.

Que souhaitez-vous dire pour terminer ?
Prenez le tatouage au sérieux. Faites des recherches avant de vous faire tatouer. Osez être originaux et ne pas faire comme tout le monde en pillant ce qui se fait à droite à gauche sur internet.

Merci à Erwan et à l'équipe de Color My Skin de nous avoir fait découvrir leur média et l'univers du tatouage !
Retrouvez les sur Facebook.

A propos de Color my skin

Color My Skin c'est plus d'une cinquantaine de vidéos sur Youtube depuis 2015 visant à faire découvrir au public les artistes qui écrivent l'histoire du tatouage aujourd'hui, via divers formats : des interviews des plus grands tatoueurs francophones, des couvertures de conventions et d'évènements tattoo, un long métrage documentaire.
Depuis 2016, un magazine en ligne et une ligne de vêtements ont vu le jour.

Maxime Lopes sur Google+

interview

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire