Publicité

Festival Ars Electronica 2016

Quand la technologie se met au service de l'art... C'est le concept du festival Ars electronica qui vient de s'achever à Lintz en Autriche. Cette année le thème était Atomes radicaux, ou comment jouer avec la matière pour mieux la transformer.

Toute une génération d'artistes et de scientifiques se sont donnés rendez-vous dans le plus grand festival européen des arts numériques.

Inferno au festival Ars Electronica

Le temps d'une performance, les spectateurs se prêtent au jeu. D'abord ils enfilent des exosquelettes de 13 kg, ensuite les robots mènent la danse. Résultat : Inferno, une chorégraphie unique.

Pour ce spectacle, les Canadiens Louis Philippe Demers et Bill Vorn se sont inspirés de L'enfer de Dante.
Pour eux ça rejoint l'idée de punition éternelle. Les robots ferraient la même chose à vie. Le concept permet donc de mettre les gens dans une boucle monotone. Ce contexte de travail leur permet de développer la pièce, mais peu de participants voient le rapport avec L'Enfer de Dante.

Les oeuvres de Michel Ange, sculptées par un robot industriel, où l'artiste italien explore le champ des possibles entre la créativité et une technique qui permet de reproduire n'importe quelle oeuvre.
Pour Gerfried Stocker, directeur du festival Ars Electronica, l'homme n'est plus celui qui travaille dur de ses mains. Qu'il soit artiste ou ouvrier des travaux publics, c'est la machine qui prend le relai. Mais le génie artistique, la vision artistique, l'idée du projet, la préparation et la direction donnée sont le nouveau rôle de l'Homme ; un rôle qui intervient dans tous les domaines.

Même mission pour les chercheurs de l'institut de recherche du Massachusets. Ils tentent de recomposer les données de l'univers numérique dans le monde réel ; comme avec un écran tri-dimensionnel qui réagit aux mouvements de l'utilisateur. Le but est de transposer des éléments d'un environnement virtuel dans un environnement physique, afin de leur donner une forme ; un aspect concret. Le but est que les gens interagissent plus naturellement avec les données numériques.

Le festival Ars Electronica est un puit d'innovations à la fois technique et esthétique.

Maxime Lopes sur Google+

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire