Publicité

Le piège des produits régionaux

A quelques jours des vacances, les produits régionaux remplissent les rayons des supermarchés et des stations d'autoroutes.

Dans une enquête, l'UFC Que Choisir révèle des choses étonnantes à ce sujet.

D'abord les produits régionaux ne sont pas contrôlés ou protégés par un organisme. Seul les produits portant le label AOP, AOC (appelation d'origine contrôlé) ou IGP (institut géographique protégé) bénéficient d'un contrôle par un organisme indépendant. Or ces produits régionaux qui bénéficient d'un label sont peu nombreux.
En regardant mieux l'étiquette il n'est ainsi pas rare de voir des produits comme la moutarde de Dijon ou le nougat de Montélimar fabriqué à l'étranger.

Par exemple peu de produits de charcuterie corse sont effectivement conçus en Corse. Si l'on prend l'exemple des porcs, ils ne sont pas assé nombreux sur l'île de beauté et viennent du continent où revient moins cher de les transformer en alimentation. S'ils bénéficient de l'étiquette produit régional, c'est parce qu'ils sont généralement tansformés en Corse sur des matières premières de France métropolitaines.

Un autre exemple concerne les melons charentais, stars de l'été. Il s'agit en fait d'une variété qui est souvent cultivée en Espagne.

Attention aussi sur les marchés. Certains produits présents sur les étales ne sont même pas fabriqué en France et peuvent venir de n'importe où du globe. Pire ils peuvent être vendus plus chers.

Pour éviter les pièges, lisez les étiquettes. Elles doivent toutes indiquer la provenance. Par ailleurs certains marchés locaux n'acceptent que les producteurs régionaux et sont régulièrement contrôlés.

Maxime Lopes sur Google+

Gastronomie

1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.

Ajouter un commentaire