Publicité

La restauration d'oeuvres d'art au château de Versailles

Au château de Versailles plusieurs grandes campagnes de restaurations viennent de s'achever. Elles sont l'oeuvre des artisans du château qui entretiennent depuis des générations les oeuvres d'art et le mobilier. Ces collections immenses demandent un entretien constant. Exemple aux ateliers de dorure.

Quand on s'emploie à restaurer des oeuvres inestimables, l'ustensible le plus commun peut faire des miracles, à condition d'être manié par des mains expertes.

Celine Blondel chine l'assiette d'un cadre : c'est la partie rouge sous l'or. La restauratrice d'objets d'art utilise des brosses à dents en poil de sanglier pour cela ; en effet elles sont très petites et maniables. Ces brosses à dents permettent d'enlever le petit grain et de lustrer.

Ainsi va dans l'atelier de dorure, où outils et techniques sont imuables. Au bout de 3 siècles on parle toujours de colle de peau de lapin et de blanc de Medon. Il s'agit de carbonate de calcium (de la craie) qui permet de faire une charge pour les après, c'est à dire faire une épaisseur sur le bois sculpté pour faire des décors dessus (la reparure).

Désormais on conserve mieux la mémoire de la restauration. Une fiche de santé accompagne chaque oeuvre. Elle est remplie par les décorateurs et les restaurateurs.

Elisabeth Caude (responsable département mobilier et objets d'art du château de Versailles indiquait à Arte que les objets d'art avaient besoin d'être diagnostiqués (constat d'état) afin de déterminer le partie de restauration. Les décisions entre parties sont collégiales.

Les gestes de restauration sont d'une délicatesse et d'une précision extrême. Les restaurateurs ne recherchent pas à faire du neuf avec du vieux, mais préserver l'histoire des objets.

Maxime Lopes sur Google+

Art Patrimoine

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire