Publicité

L'exposition de Dominique Gonzalez Foerster à Berlin

Dominique Gonzalez Foerster propose actuellement une exposition d'art et costumes à Berlin. La plasticienne est une véritable expérience pour les visiteurs, puisque l'artiste navigue entre architecture, décor de cinéma, mode et références littéraires. Dominique Gonzalez Foerster se met même parfois dans la peau de grandes figures de l'art pour créer des apparitions étranges, une expérience que peuvent suivre également les visiteurs.

Maria Callas donne son dernier concert, juste avant de perdre son immense voix. Une illusion holographique, irréelle et phantômatique. C'est ce moment de fragilité dans la vie de la diva qu'a choisi Dominique Gonzalez Foerster pour cette première apparition. L'artiste française choisi des artistes fictifs ou réels issus du cinéma ou de l'opéra pour des moments très particuliers. On peut également y voir Maryline Monroe qui danse, heureuse, dans son dernier film.

L'apparition a lieu une seule fois en live. Elle est filmée pour être ensuite diffusée dans des installations. Dominique Gonzalez Foerster a démarré en 2012 et depuis a incarné plus de 20 personnages. Elle tente d'exprimer un moment saisissant et fragile d'un personnage historique pour le faire vivre durant quelques instants.

A Berlin, Dominique Gonzalez Foerster est à l'affiche d'une double exposition. Au pavillon Schinkel sont exposés les costumes portés lors de ses apparitions. L'artiste a conçu l'exposition avec le designer berlinois Manuel Raeder.
Sur un étage, les costumes ont été mis en scène ou sont présents sur scène. A un autre étage, on peut voir une adaptation des mêmes personnages.

Certains dimanches, les visiteurs peuvent se costumer ou se faire coiffer. Il est également possible de se maquiller en partenariat avec une marque de mode et se réincarner dans des costumes de films. L'occasion pour les visiteurs d'entrer dans la peau d'un personnage.

L'exposition devient ainsi un média artistique. Les objets ne sont plus exposés, mais l'exposition devient une expérience à vivre, comme une expérience artistique. On ne va pas à l'exposition pour voir des objets, mais pour vivre quelque chose.

Une expérience totale, où le lieu et la musique ont leur importance. Les impressions fugasses se multiplient. Il n'y a pas de moment parfait, pas de photo pour saisir l'instant présent. Ce qui compte, c'est l'expérience et le visiteur en fait partie.

Maxime Lopes sur Google+

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire