Publicité

Comment les opérateurs gèrent les SMS de bonne année ?

Pour le passage à la nouvelle année, nous sommes des millions à envoyer des textos sur nos téléphones mobiles pour souhaiter nos meilleurs voeux. Aux 12 coups de minuit, les réseaux des opérateurs doivent alors difficilement gérer des millions de messages...

Salle de gestion des SMS le nouvel an chez l'opérateur Orange

Rien que pour la St Sylvestre, Bouygues Télécom prévoyait pour le passage à l'an 2016 l'envoi de 274 millions de SMS sur son réseau.

Durant la nuit du passage à la nouvelle année, chaque opérateur déclenche une cellule de crise, avec au moins une vingtaine d'experts sur le pied de guerre. Les coupes de Champagne sont remises à plus tard.
De 20h à 4h, les équipes techniques scrutent le moindre incident technique ou logiciel. Durant la tranche minuit - 1h le réseau d'Orange gère 28 000 SMS de bonne année par seconde. C'est le plus gros pic de charge annuel.

Tous les opérateurs se préparent 6 mois à l'avance pour cet évènement majeur. A partir de juillet, les opérateurs se réunissent pour établir les prévisions de l'année à venir. Environ 10 réunions sont nécessaires pour savoir les capacités réelles de chacun à absorber ce pic.
En cas d'afflux massif sur le réseau d'un opérateur, un concurrent pourra très rapidement prendre le relai pour délivrer les meilleurs voeux. En effet, des accords d'itinérances sont noués pour que tout se passe au mieux pour les clients.

Cela n'empêche pas les problèmes et les pannes. Certains scénarios sont anticipés et peuvent se régler quasi automatiquement. D'autres nécessitent une intervention humaine. Dans tous les cas les superviseurs scrutent attentivement leurs écrans et chaque opérateur est en relation étroite avec son concurrent.
En fonction de la quantité de SMS / MMS envoyés à l'instant T, certains paramètres peuvent être modifiés : délai de transmission en cas d'erreur, accusé de réception...

En 2016, la majorité des opérateurs ont enregistré une baisse de 2 à 5% du volume de SMS envoyés. En cause, la saturation des serveurs lors de l'acheminement des textos. Si malgré tout environ 300 millions de SMS ont été envoyés dans la nuit, les MMS et les réseaux sociaux (avec leurs audiences plus larges) commencent à faire une percée.

Maxime Lopes sur Google+

Mobile

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire