Publicité

Les jeux vidéos luttent contre le sexisme

Les jeux vidéos sont la 2ème industrie française en investissements et en recettes, derrière l'édition et devant le cinéma. Un secteur souvent critiqué pour véhiculer des images violentes ou des clichés sexistes. Sur ce point, les choses évoluent. Finit la princesse nu-nuche ou l'aventurière bimbo.

La princesse Pitch, la princesse Zelda, Lara Croft : le jeu vidéo compte quelques figures emblématiques. Les joueurs invétérés en conviendront : leur rôle est limité.
Pour la chercheuse en sciences des médias Sabine Hahn à Arte, le personnage féminin dans oes jeux vidéos contemporains sont limités à des rôles de victimes ou à des rôles secondaires comme la princesse en détresse. Parfois les figures féminines sont aussi un objet de conquête, comme une sorte de trophée. En réalité très peu de jeux se distinguent par l'absence de personnages féminins, mais la plupart sont en arrière plan ou sont des victimes.

Et pourtant les temps changent. Les protagonistes fêminines ne sont pas seulement plus nombreuses, elles sont aussi de plus en plus stéréotypées.
On observe aussi la tendance que les femmes sont les héroïnes du jeu. Maintenant elles sont habillées descement, avec les mêmes armes et équipements que les hommes. Enfin les intrigues sont plus diverses et complexes, tout comme le déroulement de l'action et les émotions qui en découlent.

Ces atouts ont permis à certains jeux de se faire un nom (Life strange). La proportion de personnages féminins n'augmente pas que dans les jeux vidéos, dans les films aussi. Actuellement elle avoisine 25%.

Maxime Lopes sur Google+

Jeux vidéos

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire