Publicité

Valérie Mostert : le livre Cuisine de la Terre - Les 4 saisons

Découvrez les meilleures recettes de Cuisine de la terre les 4 saisons de Valérie Mostert rassemblées dans un livre.

Livre Cuisine de la terre - Valérie Motsert

Cuisine de la Terre - Les 4 saisons vous invite à changer vos habitudes alimentaires en douceur, sans dépenser plus et avec un minimum d’organisation. 

50 préparations culinaires simples et rapides pour vous aider à gagner du temps au quotidien 100 recettes variées et réellement savoureuses. 
Convient aux flexitariens, aux végétariens et aux vegans.
Convient également aux personnes intolérantes au gluten et au lait de vache.

Interview de Valérie Motsert

Qu’est-ce que la Biogastronomie ?
Dans ce concept, on retrouve 2 mots : bio et gastronomie La biogastronomie est destinée à toute personne qui souhaite manger sain et savoureux, dans un contexte de plaisir, et le fait dans une démarche citoyenne. Pour ce faire, on achète des produits locaux cultivés dans le respect de la terre et du consommateur (certains ont leur propre potager et récoltent leurs propres semences, sans utiliser d’engrais chimiques), on favorise les circuits courts (directement à la ferme, GAC, AMAP, jardins communautaires ou dans votre magasin bio), on cuisine ces aliments sans les dénaturer, on rend l’assiette belle et goûteuse en jouant avec les aromates de saison ou les épices du monde entier, et on consomme son repas dans un esprit de convivialité et de frugalité. En achetant et en consommant de la sorte, on peut manger sainement et avec plein de saveurs pour un petit prix. Le « bio » que je prône n’est donc pas un label à tout prix, mais une agriculture biologique locale et paysanne qui respecte le vivant sous toutes ses formes. L’aspect « gastronomique » est tout aussi important car je suis convaincue que la recherche de l’alimentation la plus saine et la plus locale possible ne doit pas se faire au détriment du plaisir de nos sens. Manger de la sorte nous pousse à vouloir cuisiner soi-même et à sortir de l’anonymat des plats préparés achetés au supermarché. On se réapproprie l’acte de se nourrir, de donner une vraie identité à ce que l’on mange et à vouloir le partager dans le plaisir.

Qu’est-ce que la permaculture ?
La permaculture (ou agriculture permanente/durable) est née en Australie dans les années 1970 en réaction à l’agriculture conventionnelle intensive. A l’inverse des monocultures qui sont très énergivores, très vulnérables face aux maladies et aux ravageurs et ont donc systématiquement recours aux intrants chimiques qui détruisent les eaux, les sols et notre environnement, la permaculture s’inspire du fonctionnement de la nature originelle et tente de recréer une vaste biodiversité, avec des écosystèmes autonomes amis qui interagissent l’un l’autre, en complémentarité et non en compétition. Tous les écosystèmes (plantes pérennes, médicinales ou sauvages, arbres fruitiers, haies, fleurs et légumes comestibles, phyto-épuration, étangs ou mares, petits animaux…) sont tous reliés, ils se nourrissent et s’alimentent l’un l’autre donc il n’y a ni déchet, ni polluant, ni intrant chimique. Depuis des centaines de millions d’années, la nature crée des écosystèmes harmonieux et durables que l’on est en train de dilapider à une vitesse extrême ! C’est à nous d’en prendre conscience et de participer à sa restauration par de petits gestes du quotidien, en consommant/achetant en conscience et en essayant de vivre avec et non contre la nature !

Pouvez-vous nous présenter votre livre Cuisine de la Terre - Les 4 saisons ?
Ce livre contient 150 recettes pour tout type de profil alimentaire et convient aux personnes allergiques au gluten et au lait de vache, 2 allergiques de plus en plus fréquentes, même si pour ma part je ne prône pas in régime « sans », mais un mode alimentaire réfléchi et de bon sens.
Parmi ces recettes, je vous livre 50 recettes de préparations qui peuvent se réaliser à l’avance pour gagner du temps au quotidien (pestos, vinaigrettes, sauces crues, mélanges d’épices, fromages ou pâtés végétaux, paix aux graines, crackers, poivrons ou tomates confites…), ainsi que 100 recettes de petits déjeuners, grandes salades, soupes complètes, plats végans, végétariens ou flexitariens (avec viande ou poisson), douceurs et en en-cas, et smoothies/jus.
Dans chaque recette, le règne végétal est roi : les légumes locaux et de saison sont au centre de l’assiette et ont été cuisinés sans les dénaturer et en préservant leurs qualités nutritionnelles et leurs saveurs : cru, cuisson vapeur, cuisson à l’étouffée, saisis brièvement, lacto-fermentés ou germés… pour varier les plaisirs et les textures.
Chaque recette est un plat complet, composés de 50% de légumes/plantes, 20% de protéines végétales ou animales, 20% de glucides (céréales complètes ou tubercules) et 10% de bons acides gras (huile d’olive pour les omégas 9, et des huiles polyinsaturées pour les oméga 3 et 6, ainsi qu’une petite quantité de graisses saturées pour les plats végans, sous forme de beurre clarifié ou d’huile de coco extra vierge).
La particularité de ce livre est qu’il contient un très grand nombre de conseils nutritionnels pour comprendre les bases de la cuisine santé : comment varier ses sources de protéines, manger de bons acides gras, sucrer naturellement, introduire le cru et les cuissons douces, réduire le gluten « transformé », diminuer sa consommation de produits laitiers sous toutes formes pour privilégier les bons yaourts et fromages au lait cru (chèvre et brebis de préférence), comment prendre soin de ses intestins, comment réguler son équilibre acido-basique, où trouver les aliments les plus riches en antioxydants…
De plus, des pistes de réflexion sont lancées sur le sens du vrai bio (agriculture locale, paysanne et citoyenne qui respecte le vivant et les hommes qui travaillent la terre), sur la possibilité de manger bio sans dépenser plus, sur les sursauts de consciences à l’heure actuelle qui nous poussent à réfléchir à des solutions aux grands défis d’aujourd’hui, à savoir sortir de l’inconscience de l’hyperconsommation et de la croissance sans limite, et passer d’une société individualiste irresponsable, où on consomme les yeux fermés en ignorant tout du contenu, des orgines et de la finalité de ce qu’on mange sur notre organisme et la planète, à une société de partage où chacun peut mettre en avant ses compétences (via des GAC, coopératives citoyennes, jardins communautaires, AMAPS, …) et petit à petit parvenir à une économie où on peut vivre en harmonie avec soi-même, avec les autres et avec la Terre.
Cette connexion est très importante à l’heure actuelle et je vais prochainement vous proposer mes futurs programmes, conférences et formations en « transformational coaching », dont le but est de guider et d’encourager un maximum de personnes, grâce à des outils et des principes de vie universels, à vivre et ressentir plus de connexion à Soi (notre intuition profonde, l’intelligence infinie qui est en chacun de nous et qui est plus grande que notre égo, nos peurs ou nos doutes), aux Autres (la qualité de nos relations amicales, familiales et professionnelles détermine la qualité de notre lien avec la société et la communauté dans laquelle on vit), et à la Terre (comprendre notre lien avec la Nature et l’Univers qui nous entourent).

La France vient d'annoncer récemment qu'elle allait interdire le dioxyde de titane (E171). Prônez-vous le retrait de toutes ces substances chimiques additives ?
Il ne faut pas oublier que depuis la nuit des temps, l’homme a toujours mangé biologique (grec : bios : la vie), une alimentation qui respectait le caractère vivant de l’aliment et de la vie qui nous entoure. Ce n’est qu’après la seconde guerre mondiale que les produits biologiques ont été remplacés par les produits industriels. Les gens ne voulaient plus souffrir de famine et comme la population augmentait sans cesse, l’agro-industrie a inventé des stratagèmes pour augmenter les ratios, malheureusement au détriment de la qualité. Résultat : une alimentation dénaturée, carencée et polluée qui a mené en l’espace de 50 ans à de nouvelles maladies inconnues avant. Dans cette spirale de la surproduction et de la surconsommation dans laquelle nous sommes depuis les années 1960, nous devons faire face à de nouveaux problèmes (sanitaires, écologiques, énergétiques, sociétaux, éthiques…). Il va sans dire que je défends l’alimentation la plus brute, la plus naturelle possible, en ne gardant que les conservateurs naturels (comme l’ail et le citron par exemple, ou des méthodes de conservation naturelles comme la lacto-fermentation, le séchage…) ou les colorants naturels (comme le curcuma par exemple). Les additifs chimiques ne sont pas tous testés avant d’être mis sur le marché et il faut souvent attendre plusieurs années avant que l’on nous informe des réactions (allergies…) ou effets secondaires possibles (indigestion, maux de tête…).

Quelle a été votre réaction lorsque vous avez reçu la distinction de la Personnalité de l'année en 2017 par We’re Smart World Benelux ?
J’ai été honorée lors de ce moment de reconnaissance de mon travail et de mon investissement, parce que cela représentait pour moi le fruit de plus de 15 années de lectures, de recherches, de tests culinaires et au potager, d’écriture… mais aussi et surtout de partage car toute passion est contagieuse et je prends beaucoup de plaisir à partager mes passions avec générosité et gratitude !
Les petits mots de témoignages sur mon site en sont le reflet et cela me fait chaud au cœur.

Merci à Valérie Motsert d'avoir répondu à notre interview.

Qui est Valérie Motsert ?

« Person of the year » 2017 par l’organisme We’re Smart World Benelux en collaboration avec le Gault&Millau Vert.
Créatrice culinaire, formatrice et Life Coach, Valérie Mostert partage depuis plus de 10 ans sa passion de la biogastronomie, de la nutrition et de la permaculture. Elle est aussi l’auteure de Légumes de la Terre et Douceurs de la Terre.

« J’ai créé, testé, partagé et écrit ces 150 recettes en espérant qu’elles vous inspireront, qu’elles vous inciteront à faire un pas vers plus de bien-être, dans le respect de votre personne, de votre temps et de votre énergie. 
Lisez, intégrez les conseils nutritionnels de ce livre, testez les recettes pas à pas, et vous serez surpris de voir à quel point ces petits changements sont transformateurs.
Quel que soit votre profil alimentaire, vos envies ou vos questionnements en cette période de transition, ce livre vous apportera de vraies réponses. » Valérie

Cuisine de la Terre - Les 4 saisons de Valérie Motsert
Livre disponible aux Editions Racine

192 pages, 29,95€ (prix public conseillé)

Commander et lire un extrait du livre

interview Livres Gastronomie

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire