Publicité

Une issue pour le futur album de Samuel Cajal ?

Le guitariste et compositeur du groupe 3 minutes sur mer se livre seul en scène avec ses propres chansons.On y découvre un artiste accompli pour qui chaque mot et chaque note ont un sens, une importance et une résonance.De la musique qui parle au cœur et qu'on écoute avec les oreilles bien ouvertes pour y entendre toutes les subtilités. Entre tension rock, mélancolie douce et programmation.

Samuel Cajal

Crédit photo : Frédéric Petit

Vous préparez un album solo pour 2017. Pouvez-vous nous le présenter ?
L'album n'étant pas encore enregistré, il m'est difficile de le présenter, on ne peut pas vraiment présenter quelqu'un avant qu'il ne soit né ! Pour l'instant, j'ai préparé toutes les pré-maquettes chez moi. L'album sera enregistré par mon ami Johan Guidou, le batteur de 3 minutes sur mer. Je crois que j'ai besoin de rester en famille pour ce 1er essai. Concernant ce disque, j'espère qu'on aboutira à quelque chose d'élégant et d'accidenté ! 

Quelle importance accordez-vous aux paroles et à la musique ? 
C'est un juste équilibre à trouver, un ping pong permanent entre le sens et le son. Le son doit sublimer le sens et ne pas être juste un gentil accompagnement. Quincy Jones, je crois, disait : « on vient à une chanson pour la musique et on y revient pour les paroles ». J'aime lorsque l'émotion générée par la musique entre en collision avec le sens des mots pour accoucher d'un troisième sentiment. La partie instrumentale mêle rock et électro Lo-Fi. 

Peut-on en savoir plus sur vos arrangements et nous expliquer ce qu'est l'électro Lo-Fi ?
L’électro low-fi c'est quand on travaille avec des sons électroniques mais qu'on ne sait pas trop les régler, ce qui est mon cas. Pour me rassurer, je me dis que ça fait un style. (rire) Plus sérieusement, j'adore utiliser les sons cheap, dégradés, imparfaits et chercher l'élégance dans leur agencement. 

Est ce qu'il y a une thématique qui sortira le plus sur l'album ? 
Si je réponds à cette question, je suis définitivement certain de ne vendre aucun disque ! (rire) De toutes façons, il n'y a pas 36 000 thématiques pour une chanson à part l'amour et la mort. Ce qui est le plus difficile à trouver, c'est l'angle de vue pour glisser sur le sujet avec singularité. J'ai parfois l'impression qu'il n'y a qu'une seule histoire avec une infinité de variantes. 

On va essayer de tenir un peu le suspens, mais pouvez-vous nous dire quelques mots sur le titre Lâche prise
Je ne sais pas, j'ai jamais vraiment compris les paroles... Mais c'est une jolie chanson. (rire) 

L'album a-t-il déjà un nom ? 
Je pense qu'il s'appellera Une issue. C'est le titre d'une de mes chanson et j'aime bien l'idée que le mot « issue » signife « problème » en anglais, car il faut en résoudre des problèmes pour sortir un album sans gros moyen en 2017. 

En attendant sa sortie, avez-vous prévu quelques scènes ? Peut-être pour expérimenter quelques compositions...
  Je tâcherai d'écumer l'underground parisien autant que faire se peut. Il faut me suivre sur Facebook pour avoir toutes les infos sur les dates, les heures et les minutes. En dehors des café-concert, je serai le 4 novembre au Bateau El Alamein avec Nans Vincent et Valérian Renault, l'ancien chanteur des Vendeurs D'enclumes, un des meilleurs auteurs français que je connaisse. Et le 2 Décembre à la Menuiserie avec Sylvain Baron. 

Pourquoi faites-vous une pause avec votre groupe 3 minutes sur mer et aura-t-on l'occasion de vous revoir ensemble ? 
À vrai dire, nous ne sommes pas en pause, c'est juste que la sortie de notre album L'endroit d'où l'on vient a pris du retard. J'en profte pour annoncer que l'album sortira fn Janvier ou début Février 2017 et qu'on sera en 1ère partie de Zazie au Bataclan le 15 décembre prochain pour une soirée riche en émotion.

Merci à Samuel Cajal d'avoir répondu à nos questions !
Retrouvez le également sur sa page Facebook.

Musique interview

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire