Publicité

Une exposition sur Egon Schiele

En un siècle il est devenu une fierté nationale et un des peintre les plus célèbre au monde, pourtant son pays (l'Autriche) l'a mal traité de son vivant. Egon Schiele, le peintre des nus, a vu ses oeuvres confisquées par la justice et a fait de la prison. Malgré sa courte carrière, le mot qui vient à l'esprit est l'érotisme. Dans une exposition à l'Albertina de Vienne on peut voir également la violence et la fragilité humaine.

Un corps décharné, assétique, presque squelettique. Autoportrait de l'artiste en fou, malade, combattant ou Saint. Il est souvent nu, de dos ; érotique ou végétal. Nul autre ne lui aira autant servit de modèle. Egon Schiele s'est glissé dans de nombreux acoutrements pour se représenter.

Dans un autoportrait, les doigts en V, avec un veston en plumes de paon, est une référence célèbre à la mozaïque d'Istanbul. Klaus Albrecht Schröder, le directeur du musée Albertina, rappelle que Schiele comprend que l'art sauve le monde d'une manière excessive. Sa tête est entourrée d'un halo, mais ne dit pas "c'est moi qui vait sauver le monde", car en même temps il se présente d'une manière différente. Chez lui toutt est excentrique, représenté de façon symétrique : la tête, les oreilles, l'expression du visage, les mains.

Des êtres étrangers à eux même. Même lorsqu'il représente des amants enlacés, Schiele fait ressentir la solitude de chacun. Le peintre cherche aussi à provoquer par ses oeuvres. Il renonce à toute pudeur et en fait son credo artistique. Mais au début du siècle dernier s'en est trop pour ses contemporains.
Il ose briser les tabous dans ses dessins, ce qui a souvent généré des mal-entendus. Quand il montre le femme dans une nudité crue, par réflèxe on y voit une libération de l'érotisme. En vérité ses oeuvres ne sont pas érotiques. Elles ne sont pas sexuelles. Elles témoignent de la précarité de l'être humain qui voit le sol se dérober sous ses pieds.

Outre ses maitresses et plus tard son épouse Edith, sa petite soeur lui servira également de modèle.

Egon Schiele sera condamné par la justice pour outrage à la morale publique. L'artiste meut peu après de la grippe espagnole à 28 ans. Aujourd'hui les oeuvres de cet artiste longtemps méconnu sont estimées à plusieurs millions d'euros.

Une exposition sur Egon Schiele au musée de l'Albertina

Art

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire