Publicité

Thirteen prépare l'album Spirale

Thirteen est un groupe de rock et de rap, qui partage essentiellement leur art sur scène avec le public. Il va sortir le 9 février un album intitulé Spirale et soutenu par les internautes.

Thirteen

Pouvez-vous nous présenter Thirteen et son univers ?
Thirteen c'est un contraste. C'est la douceur et la folie, l'obscurité et l'éclaircie, le rap et le rock.

Pourquoi mélanger rock et rap dans vos compositions ?
C'est pour nous une évidence d'allier ces deux styles musicaux, en sachant que Julien (batteur) est issu du Rock, et que moi même (Mayeul) je suis issu du Rap.
De plus nous avons grandi avec des influences communes telles que Linkin Park, Rage Against the Machine ou plus tardivement Hollywood Undead, qui sont des groupes ayant également mixé ces des deux styles.

Vous vous apprêtez à sortir votre album Spirale, que pourra-on retrouver dessus ?
Du rap avec des textes cru et poignants, du Rock avec des guitares et une batterie qui frappe comme on l'aime, mais aussi un peu de chant et de l'electro (dubstep).

D'où vient l'idée du nom Spirale ?
De ce que représente ce mot dans notre société actuelle. Une spirale positive peut vous amener très haut très vite avec tous les moyens de communications actuels. Mais à l'inverse jamais autant de dépression et de burn-out ont été décelés durant cette décennie, qui sont régulièrement la cause à effet d'une spirale négative.

Quelles ont été vos sources d'inspirations pour les textes de cet album ?
Moi (Mayeul). Je parle énormément de moi dans cet album, non pas au sens mégalo, mais sur le plan sentimental et dans l'approche de l'environnement dans lequel je/on vit.

L'enregistrement a eu lieu il y a quelques semaines et vous en êtes aux arrangements. Pas trop stressant ? Comment se passent les différentes étapes ?
Bizarrement non. L'album a bien été réfléchie en aval, plus de quarante titres ont été maquettés pour n'en prendre que les treize "meilleurs", donc nous savons où nous allons et ce que nous recherchons artistiquement.
L'enregistrement s'est bien passé et le mixage est déjà bien avancé. Nous travaillons avec la même équipe depuis le début. Une synergie s'est créée autour de ce projet ce qui permet d'évacuer une grosse dose de stress.

Parlez nous de l'un de vos titre : Pardon...
C'est le premier titre et premier clip du projet. C'est un morceau assez sombre qui explique, et qui montre via le clip, aux auditeurs et auditrices une partie de moi qu'ils ne soupçonnaient peut être pas. Il parle également du droit à l'erreur artistique, humaine ou autre et de la force que peut générer une passion tellement présente qu'elle devient une partie de vous.

En quoi le financement participatif va vous aider dans votre projet ?
Sans le financement participatif, la qualité du projet n'aurait pas été la même, car il est facile aujourd'hui de pouvoir enregistrer un album chez soi avec la MAO. Mais les membres de l'équipe mettent un point d'honneur sur la qualité du travail réalisé et sans ce financement l'album n'aurait pu voir le jour que dans un an ou deux. C'est donc un véritable boost pour l'avancé du projet. Le financement participatif ira en quasi totalité à la production de l'album (enregistrement, mixage et mastering) dans un studio professionnel. Le reste va être utilisé pour la communication des différents événements à venir et ainsi faire connaitre le projet de manière plus conséquente.

Vous pouvez soutenir l'album Spirale de Thirteen sur KissKissBankBank.

 

Que ressentez-vous sur scène et des concerts seront-ils prévus après la sortie de l'album Spirale ?
La scène a un goût et une importance particulière pour nous, car c'est vraiment ce qui nous anime. Avant de monter sur scène il y a du stress évidemment, mais un bon stress qui fait que quand vous rentrez sur scène vous avez envie de tout "déchirer". De plus le partage avec le public est quelque chose qui nous tient à cœur car sans public il n' y aurait pas d'artistes. Et quand vous ne trichez pas et que vous êtes authentique avec le public très souvent il vous le rend au triple. C'est justement ce qui est si fort en live, il n'y a pas de filtre, pas d'écran juste eux et vous à vivre ce moment sur l'instant T.
Plusieurs dates sont prévues pour le début de l'année. Nous avons le tremplin Emergenza au Mondo Bizarro à Rennes le 27/01, un showcase au Bar le BZH à Mordelles le 09/02, La Release Party de l'album le 23/02 au Jardin Moderne à Rennes puis un concert en Mars à Nantes.

Vous participerez au festival Emergenza cette année. En tant qu'artistes, comment vivez-vous ce moment ?
On pourrait croire que c'est un tremplin comme un autre mais pas du tout. Tout d'abord parce qu’il permet à des groupes amateurs de jouer dans des salles normalement inaccessibles pour eux telle que L'Etage du Liberté à Rennes (des artistes de renommée nationale et internationale y ont joué : Stromae, Nekfeu, Damso...). Deuxièmement parce que le temps de passage est très court, il faut convaincre un public en 25 minutes ce qui est très difficile scéniquement mais aussi sur le travail en aval concernant le choix de la setlist. Je compare ce tremplin à un combat de boxe olympique où il n'y a que trois round, il faut être prêt dès le début sous peine de perdre le combat ou dans notre cas le public.

Que souhaitez-vous dire pour terminer ?
Merci et Peace'n Rock !

Merci à Thirteen d'avoir répondu à notre interview !
Retrouvez les également sur Facebook.

Maxime Lopes sur Google+

Musique interview

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire